GW5065/B107
n3r
¶Du loyer de sapience
1
¶Ensuyt vne aultre satyre contre aucuns
2
folz qui clerement voyent le bon chemin de ce
3
monde et le mauuais Toutesfoys quelque
4
sens quilz ayent se adonnent plus tost a suy
5
uir le mauuais chemin que le bon Parquoy
6
ilz sont comparez a deux qui voyent sur eulx
7
vne couronne a la main droicte: et a la se⸗
8
nestre les oreilles dune mitre ou testiere
9
de fol Dont dit le prolude commencant a mon
10
strer que cest que de la voye de felicite Nous
11
pouons a la dextre partie de la main regar⸗
12
der la couronne et nous regardons a la sene⸗
13
stre les oreilles dune mitre et testiere de
14
fol. et toutesfoys voycy au sinistre quar
15
tier vne tresgrande tourbe de folz qui va et
16
prent les iustes loyers de sa mort Dont
17
met lescripture a propos Il ya vne voye qui
18
semble a lhomme iuste et les dernieres cho⸗
19
ses delle maynent a la mort Grande et spa
20
cieuse est la voye qui maine a perdition Mais
21
anguste contraincte et estroicte est celle qui
22
mayne a la vie et pou de gens la treuuent
23
Le commencement de bonne vie cest de faire
24
iustice Et adoncques que les voyes de lhom
25
me plairont a nostre seigneur il conuertira
26
les ennemis de luy a paix. Meilleur est
27
pou auecques iustice que plusieurs fruictz
28
auecques iniquite.
29
O Folz nous demandons grace
30
et la donnons lung a lautre.
31
Pardonnez moy si mainte⸗
32
nant nostre thalie vous frappe
33
Maintenant ie chante quelz
34
loyers de iustice combien grans dons de sai⸗
35
gesse il appartient estre eslargiz donnez et consti
36
tuez Plusieurs sont qui par estude auide querent
37
les grans noms/ les tiltres vains/ et lhonneur
38
famigere Lung demande et desire auoir le
39
tiltre et nom de docteur Lautre desire auoir
40
le nom de maistrise Non pas affin quil
41
enseigne les christigenes ou espande les
42
enseignemens de la saincte escripture: for⸗
43
tiffie ou accroisse la foy Mais est tire tel
44
fol par louenges ou par vaine cupidite
n iii
n3v

45
de renommee Et ainsi il va et ambule le chemin
46
dune dure roche. Et ne cogite point les droitz
47
ars par qui il imbuisse et abreuue les courai⸗
48
ges et que iceulx ars leure donnent le cler ruis⸗
49
seau et les viandes de ambrosye et de toute
50
doulceur Enuers le souuerain pere la sapi
51
ence du monde est nulle: mais lapelle stoli⸗
52
de et folie Plusieurs se croyent aller au
53
dextre quartier et pouuoir aller la voye sa
54
lutaire Laquelle par continuelz labeurs mai
55
ne les cueurs au siege ethereal et au lieu pa⸗
56
cifique Mais toutesfoys pour les folles et
57
aueuglees tenebres de pensee ilz ne peuent
58
droictement tendre a la dextre main sainct
59
Luc dit en son .xiii. substantiallement ce que dit
60
icy lacteur que moult estroicte est la voye qui
61
maine aux royaumes des cieulx Mais que
62
le large chemin maine aux mors stygyal
63
les en enfer Tu ensuyuras auecques grans
64
commencemens lamphitrioniade Cestassa⸗
65
uoir lexemple de amphitrion se tu veulx
66
fouyr les illecebres du monde et veoir que cest
67
que de bien Car veritablement quiconques
68
acompaigne folie il aura les iustes loyers
69
de son vice et de son pechie Et le saige
70
aussi ne se partira sans douayre de ses me⸗
71
rites/ Car en son fauste et ioyeux sain il
72
prendra nobles loyers et salaires de ses
73
faitz Ainsi fist platon qui mist en arriere
74
les folz qui communiquer le vouloyent et lu⸗
75
stra les enseignemens de philozophie dont
76
il a maintenant la louenge et renommee de
77
toute la posterite des philozophes qui de
78
puis sont venuz/ Mais maintenant la
79
prudence du monde ne fait aucun bien
80
eureux sil ne honnore la voye etherealle et
81
la droicte partie sur qui est assise la couron
82
ne promise aux saiges iustes et bons.
GW5065/B107
n3r
¶Du loyer de ſapience
1
¶Enſuyt vne aultre ſatyꝛe cōtre aucūs
2
folʒ q cleremēt voyēt le bon chemin de ce
3
mōde ⁊ le mauuais Touteſfoys lque
4
ſens qlʒ ayent ſe adōnent plus to a ſuy
5
uir le mauuais chemī q̄ le bon Parquoy
6
ilʒ ſont cōpareʒ a deux q voyent ſur eulx
7
vne courōne a la main dꝛoicte:⁊ a la ſe⸗
8
nere les oreilles dune mitre ou teiere
9
de fol Dōt dit le ꝓlude cōmencant a mō
10
rer  ce  de la voye de felicite Nous
11
pouōs a la dextre ꝑtie de la main regar⸗
12
der la courōne ⁊ noꝰ regardōs a la ſene⸗
13
re les oꝛeilles dune mitre et teiere de
14
fol.et touteoys voycy au ſinire quar
15
tier vne treſgrande tourbe de folʒ q va ⁊
16
pꝛent les iues loyers de ſa moꝛt Dont
17
met leſcripture a ꝓpos Jl ya vne voye q
18
ſemble a lhōme iue ⁊ les dernieres cho⸗
19
ſes delle maynēt a la moꝛt Gꝛāde ⁊ ſpa
20
cieuſe e la voye q maine a ꝑditiō Mais
21
angue cōtraincte ⁊ eroicte e celle q
22
mayne a la vie ⁊ pou de gēs la treuuent
23
Le cōmencement de bōne vie ce de faire
24
iuice Et adoncques que les voyes de lhō
25
me plairont a nore ſeigneur il conuertira
26
les ennemis de luy a paix. Meilleur e
27
pou auecques iuice que pluſieurs fruictʒ
28
auecques iniquite.
29
O Folʒ noꝰdemandons grace
30
⁊ la donnons lung a lautre.
31
Pardonneʒ moy ſi mainte⸗
32
nāt nore thalie voꝰ frappe
33
Maintenant ie chante quelʒ
34
loyers de iuice cōbien grans dons de ſai⸗
35
gee il apꝑtient ere eſlargiʒ dōneʒ ⁊ cōi
36
tueʒ Pluſieurs ſont q ꝑ eude auide rent
37
les grans nōsles tiltres vains⁊ lhōneur
38
famigere Lung demande ⁊ deſire auoir le
39
tiltre ⁊ nom de docteur Lautre deſire auoir
40
le nom de mairiſe Non pas affin quil
41
enſeigne les chꝛiigenes ou eſpande les
42
enſeignemens de la ſaincte eſcripture:foꝛ ⸗
43
tiffie ou accroie la foy Mais e tire tel
44
fol par louenges ou par vaine cupidite
n iii
n3v

45
de renōmee Et aīſi il va⁊ ambule le chemī
46
dune dure roche.⁊ ne cogite point les dꝛoitʒ
47
ars ꝑ qui il imbuie et abꝛeuue les courai⸗
48
ges ⁊  iceulx ars leure dōnent le cler ruiſ⸗
49
ſeau ⁊ les viandes de ambꝛoſye ⁊ de toute
50
doulceur Enuers le ſouuerain pere la ſapi
51
ence du monde e nulle:mais lapelle oli⸗
52
de et folie Pluſieurs ſe croyent aller au
53
dextre quartier et pouuoir aller la voye ſa
54
lutaire Lalle par continuelʒ labeurs mai
55
ne les cueurs au ſiege ethereal ⁊ au lieu pa⸗
56
cifique Mais touteſfoys pour les folles et
57
aueuglees tenebꝛes de penſee ilʒ ne peuent
58
dꝛoictement tendꝛe a la dextre main Saīct
59
Luc dit en ſon.xiii. ſubātiallemēt ce  dit
60
icy lacteur q̄ moult eroicte e la voye qui
61
maine aux royaumes des cieulx Mais 
62
le large chemin maine aux moꝛs ygyal⸗
63
les en enfer Tu enſuyuras auecs grans
64
cōmencemens lamphitrioniade Ceaa⸗
65
uoir lexemple de amphitrion ſe tu veulx
66
fouyꝛ les illecebꝛes du mōde ⁊ veoir  ce
67
 de bien Car veritablement quicōques
68
acōpaigne folie il aura les iues loyers
69
de ſon vice et de ſon pechie Et le ſaige
70
aui ne ſe ꝑtira ſans douayꝛe de ſes me⸗
71
rites Car en ſon faue ⁊ ioyeux ſain il
72
pꝛendꝛa nobles loyers et ſalaires de ſes
73
faitʒ Aīſi fi platon qui mi en arriere
74
les folʒ q cōmuniquer le vouloyent ⁊ lu⸗
75
ra les enſeignemēs de philoʒophie dōt
76
il a maintenant la louenge ⁊ renōmee de
77
toute la poerite des philoʒophes qui de
78
puis ſont venuʒ Mais maintenant la
79
pꝛudence du monde ne fait aucun bien
80
eureux ſil ne hōnoꝛe la voye etherealle ⁊
81
la dꝛoicte partie ſur qui e aiſe la courō
82
ne pꝛomiſe aux ſaiges iues ⁊ bons.

10
Possumus
ad dextram
etc.

17
Est via que
videtur etc.

29
O stulti ve
niam petimus
etc.

50
Est apud
eternum patrem
etc.

64
Amphitri⸗
oniadem ma
gnus etc.