GW5065/B110a
n4v
¶De limmoderee laide
vile et orde turpitude de
la table.
n5r

Fueillet. lxxvii
1
¶Selon que touche la fin de ceste derni
2
ere satyre precedente et le commencement
3
de celle qui ensuyt: cestuy liure fut fait a
4
plusieurs foys: car lacteur cuidoit auoir
5
nombre tous les estatz de follie: mais de
6
puis luy en sont souruenus daultres des
7
quelz premier il fait vne facecie des fol⸗
8
lies et des deshonnestetez qui se font a la
9
table. En laquelle maintenant se contien⸗
10
nent plusieurs a la maniere de pourceaux
11
Et dit le prolude. Droit est de paindre
12
les obscenes et ordes coustumes de la ta
13
ble: et connumerer les folles manieres
14
dicelle. Car entre plusieurs maintenant
15
estans a la table il nya quelque honte en
16
parolles: mais toute paillardise et infa⸗
17
mie. Il nya quelque reuerence de la ta⸗
18
ble. Maintenant le monde y vit en la ma
19
niere des pourceaux. Mais selon lescrip
20
ture a ce propos. Aucuns sont tant adon
21
nez a la gulosite que de la table ilz font
22
leur dieu. Et disent entre eulx Nest ce pas
23
le mieulx que les hommes puissent faire
24
que de mengier et boire: et monstrer a son
25
ame les biens de ses labeurs. Mais no⸗
26
stre saincte escripture dit vng prouerbe
27
attribue a telz gourmans. Soit faicte la
28
table diceulx crapuleux deuant eulx en
29
las pour les prendre. En retribution et en
30
scandale ilz mengeussent le pain de impie⸗
31
te: et boyuent le vin de iniquite. Le iuste men
32
geut et remple son ame: mais le ventre des
33
mauuais est insaciable.
34
IE esperoye ce libelle estre as
35
sez et supplie a tous folz: et
36
auoir mis fin a mes satyres
37
Mais vne aultre tourbe de
38
folz aduole et vient pour mon
39
ter ceste nef et auecques moy requiert en⸗
40
trer en mer. Ce ne sont point les fallacieux
41
folz que ardeur dauoir ou aultre queste ti⸗
42
re a mes voilles: mais sont obscenes et ors
43
folz que le mauluais vsaige paist a table
44
sans aucune bonne honte ou contenance.
45
Car irreuerentement ilz agitent et demai⸗
46
nent les pains et les fercules de la table: ilz
47
boyuent en maniere de pourceaux et deuo
48
rent grans bruuages. Ie chastie premiere
49
ment et blasme les folz villains et ors qui
50
sont coustumiers de acceder et de venir a la
51
table sans lauer leurs mains: et auecques
52
mauluaises pensees. Et si ne sont point a
53
coustumez de rendre graces a iesucrist pour
54
le don de ses biens ne sacriffier veux pour
55
tant de biens que dieu leur donne. Les folz
56
tiennent leurs leures sordides et ordes tou
57
tes pleines de baue et de saliue: et portent en
58
leurs grasses mains ordures fiens et cho⸗
59
ses spurques. Du nez leur distillent pluyes
60
Nymbes moites et tout degoutans. De
61
leurs yeux lippes et chassieux court vne or
62
de goutte. Leurs maschoueres squalissent
63
et pourrissent les dentz: aussi dung roueil
64
noir se sordissent. Si que toute mundicite et
65
nettete de corps deffault: et en est hors Et est
66
la deslie le roy des yuroignes a la maniere
67
des pourceaux qui deuore/ grommit/ boit/ et
n5v

68
vomist. Et appelle ses compaignons au
69
sort de la blee: cestadire du pain: et au don du
70
vin desquelz les bruuages plains moitis⸗
71
sent: et routent tant quilz puissent escumer
72
le vin quilz ont puise tant que par force de
73
souffler en leurs hanaps le vin sault par des⸗
74
sus et en court la table toute souillee et abre
75
uee. Et sollicitent lung lautre par le debat
76
de bachus: cestadire contraignent lung lau⸗
77
tre de boire: et est la chose du monde de quoy
78
ilz sont moins auaricieux: car pour senyurer
79
se lung na beu que vne foys: il vouldroit
80
que lautre en beust quatre en continuant
81
leurs bruuages. Orde et villaine est ceste
82
coustume. Elle polut lame. Lacesse et rompt
83
le corps: et nest rien pire que de ebriete con⸗
84
tinuelle. Elle induit diuerses maladies.
85
Lasche les corps Froesse les nerfz du corps
86
et si contamine le chief O laides meurs: en
87
quelle part est peruenue la reuerence de la
88
table/ le modere honneur/ la frugalite/ la
89
parsymonie precedente. Ou est passe lhon⸗
90
neur de viure. En quelle part est la mondi
91
ce/ la nectete de la table: et le beau cultiue⸗
92
ment dicelle. Helas maintenant la mode⸗
93
ree coustume de la table deffault. Il y a vng
94
aultre vice qui par maniere sinistre turpe
95
et honnist la table et contamine les purs de⸗
96
grez: pour ce que les folz mettent leurs subsel⸗
97
les et marchepiedz es premiers sieges et
98
veult vng ort ieune garson estre a table pre⸗
99
mier que vng ancien. Maintenant honneste
100
te ne monte plus aux premiers sieges. Et
101
tousiours donnons aux plus laitz ors et vil
102
lains hommes les premiers pocules et hanaps.
103
Et nest aucune discretion ou difference des
104
personnes: il nya nulle honte. Si que tous
105
hommes ont maintenant les tables irreue
106
rentement. Ilz pechent auecques leurs mains
107
auecques leurs gorges/ auecques leurs le⸗
108
ures. Et gloutist vng yurongne sa souppe et
109
puis incontinent la vomist. Lung de son ort
110
doy et villain touche premier les viandes
111
de la table: et de son nez morueux et degou
112
tant quant il le torche a main nue conspue les
113
viandes. Lautre seiche le hanap auecques
114
ses leures: et vuide la bouteille: et puis de
115
rechief vomist ce quil a beu. Puis apres quilz
116
sont bien yures ilz chantent: ilz abayent com
117
me chiens: et par grant clameur fatiguent
118
lair tant que tout est estonne. Iurent maugreent
119
et font mille choses nephandes contre dieu
120
Tousiours fureur les rauist. Le vin confont
121
leurs poictrines. Et maintenant aux ta⸗
122
bles tout mauluais homme improbe et fol
123
a ses parties. Maintenant cassent les cali⸗
124
ces/ voirres/ ou hanaps: maintenant est rom⸗
125
pu le baril: maintenant chyent le voirre ou
126
aultre vaisseau de la table. Et souuent de la
127
main en telle yurongnerie rauissons ce que
128
gecte la tierce table. Et goustons tout en⸗
129
semble viandes salees et doulces. Mainte⸗
130
nant a Sardanapalus des compaignons
131
lesquelz orde volupte continuellement re⸗
132
fait et a qui plaisent choses immoderees. Mais
133
pourtant quil nest pas en nostre puissance
134
de paindre toutes les illecebres et villenies
135
de la table et les grifues follies. La manie
136
re de viure aussi nest pas vne a tous sai⸗
137
ges: ne vne coustume egalle ne regist pas
138
toutes choses: soubz breuite nous les passons.
139
Car aultrement viuent les grecz. Aultre⸗
140
ment les latins que la terre theutonique ne
141
vit en sa coustume. En aultre maniere
142
aussi celebrent et font les sauromates leurs
143
conuiz de boire et de mengier. Le turc aussi
144
lethiopien daultre maniere. Les meurs des
145
hommes sont diuers. La volunte diffe⸗
146
rente. Les viures sont diuers: et nest point
147
la vie des hommes toute vne. Parquoy ne
148
peut estre que les vices fussent egaulx. Mais
149
ie admonneste que chacun en sa qualite de⸗
150
uite villaines parolles a table. Et au loing
151
de sa bouche repelle et degecte les meurs
152
des pourceaux. Et de bon cueur rende au
153
pere graces et desire le sacre chemin de pro
154
sperite. Car le diuin conditeur facteur et cre⸗
155
ateur de toutes choses ne nous a point creez
156
au boire/ a la viande/ ne aux gulositez cor⸗
157
porelles. Mais nous prenons le boire et la
158
viande a lapuyement et soustenance du corps
159
et pour les maisons du sang: cestassauoir
160
pour les veines. Pourtant que lesprit du
161
sang: cest nostre ame qui ne scauroit estre
162
en vne chose seiche et sans humidite natu⸗
163
relle homme ne scauroit viure: parquoy re
164
quis est que le sang qui est lhumidite radi⸗
165
cale du corps soit garde: car cest le siege de
n6r

Fueillet. lxxviii
166
lame. Mais il ya maniere aux choses me⸗
167
sure et honneur que quant elle excede ou
168
deffault la vie et lame senfuyt. Car par
169
trop mengier et boire lhomme meurt: par
170
trop pou aussi. Mais nous trouuons que
171
par crapule et gulosite plus dhommes meu⸗
172
rent que par glaiue: ou traitz: ou par mort
173
non engendree: cestadire commune et selon
174
droit cours de nature. La court des grans
175
seigneurs: comme empereurs/ roys/ con⸗
176
tes/ et aultres de grant auctorite aucunes⸗
177
foys donna et bailla aux simples hommes
178
meurs approuuees/ louees/ vrbaines/ di⸗
179
gnes/ et bonnes: si que eureux se reputoit
180
qui vne foys pouuoit approchier de la table
181
dung grant seigneur pour veoir le grant
182
honneur/ la gracieusete/ et moderee conte⸗
183
nance que len y tenoit. Maintenant la court
184
des nobles corrumpue maligne et plei⸗
185
ne de toutes faulsetes. Ebrie et pleine de tou
186
tes crapulositez et gloutonnies. Multibibe:
187
cestadire moult beuuante: et garnie de gens
188
yurongnes Fediloque ordement parlante
189
de paillardises infames: et toutes meschan
190
setez. Et par tant a perdu son nom antique
191
qui tant estoit beau: sa bonne renommee et
192
sa foy: tellement que maintenant honneur
193
par tout le monde na plus aucune vigueur.
GW5065/B110a
n4v
¶De limmoderee laide
vile et oꝛde turpitude de
la table.
n5r

Fueillet. lxxvii
1
¶Selon que touche la fin de cee derni
2
ere ſatyꝛe pꝛecedente ⁊ le commencement
3
de celle qui enſuyt: ceuy liure fut fait a
4
pluſieurs foys:car lacteur cuidoit auoir
5
nombꝛe tous les eatʒ de follie:mais de
6
puis luy en ſont ſouruenus daultres deſ
7
quelʒ pꝛemier il fait vne facecie des fol⸗
8
lies et des deſhonneeteʒ qui ſe font a la
9
table.En laquelle maintenant ſe contiē⸗
10
nēt pluſieurs a la maniere de pourceaux
11
Et dit le pꝛolude. Droit e de paindre
12
les obſcenes et oꝛdes couumes de la ta
13
ble: et connumerer les folles manieres
14
dicelle.Car entre pluſieurs maintenant
15
eans a la table il nya quelque hōte en
16
parolles:mais toute paillardiſe et infa⸗
17
mie.Jl nya quelque reuerence de la ta⸗
18
ble.Maintenant le monde y vit en la ma
19
niere des pourceaux.Mais ſelon leſcrip
20
ture a ce pꝛopos.Aucuns ſont tant adon
21
neʒ a la guloſite que de la table ilʒ font
22
leur dieu.Et diſēt entre eulx Ne ce pas
23
le mieulx que les hommes puient faire
24
que de mengier et boire:et monrer a ſō
25
ame les biens de ſes labeurs. Mais no⸗
26
re ſaincte eſcripture dit vng pꝛouerbe
27
attribue a telʒ gourmans. Soit faicte la
28
table diceulx crapuleux deuant eulx en
29
las pour les pꝛendre.En retribution ⁊en
30
ſcandale ilʒ mengeuent le pain de impie⸗
31
te:et boyuent le vin de iniquite. Le iue mē
32
geut et remple ſon ame:mais le ventre des
33
mauuais e inſaciable.
34
JE eſperoye ce libelle ere aſ
35
ſeʒ et ſupplie a tous folʒ: et
36
auoir mis fin a mes ſatyꝛes
37
Mais vne aultre tourbe de
38
folʒ aduole et vient pour mō
39
ter cee nef et auecques moy requiert en⸗
40
trer en mer.Ce ne ſont point les fallacieux
41
folʒ que ardeur dauoir ou aultre quee ti⸗
42
re a mes voilles:mais ſont obſcenes et oꝛs
43
folʒ que le mauluais vſaige pai a table
44
ſans aucune bonne honte ou contenance.
45
Car irreuerentement ilʒ agitent et demai⸗
46
nent les pains et les fercules de la table:ilʒ
47
boyuent en maniere de pourceaux et deuo
48
rent grans bꝛuuages. Je chaie pꝛemiere
49
ment et blaſme les folʒ villains et oꝛs qui
50
ſont couumiers de acceder ⁊ de venir a la
51
table ſans lauer leurs mains: et auecques
52
mauluaiſes penſees.Et ſi ne ſont point a
53
couumeʒ de rēdre graces a ieſucri pour
54
le don de ſes biens ne ſacriffier veux pour
55
tant de biens que dieu leur donne. Les folʒ
56
tiennent leurs leures ſoꝛdides et oꝛdes tou
57
tes pleines de baue ⁊ de ſaliue:et poꝛtent en
58
leurs graes mains oꝛdures fiens et cho⸗
59
ſes ſpurques.Du neʒ leur diillēt pluyes
60
Nymbes moites et tout degoutans. De
61
leurs yeux lippes et chaieux court vneꝰoꝛ
62
de goutte.Leurs maſchoueres ſqualient
63
et pourrient les dentʒ: aui dung roueil
64
noir ſe ſoꝛdient.Si que toute mundicite ⁊
65
nettete  coꝛps deffault:⁊ en e hoꝛs Et e
66
la deſlie le roy des yuroignes a la maniere
67
des pourceaux qui deuoꝛegrōmit boitet
n5v

68
vomi.Et appelle ſes compaignons au
69
ſoꝛt de la blee:ceadire du pain:⁊ au dō du
70
vin deſquelʒ les bꝛuuages plains moitiſ⸗
71
ſent:et routent tant quilʒ puient eſcumer
72
le vin quilʒ ont puiſe tant que par foꝛce de
73
ſouler en leurs hanaps le vin ſault ꝑ deſ⸗
74
ſus et en court la table toute ſouillee et abꝛe
75
uee.Et ſollicitent lung lautre par le debat
76
de bachus:ceadire contraignēt lung lau⸗
77
tre de boire:et e la choſe du mōde de quoy
78
ilʒ ſōt moīs auaricieux:car pour ſenyurer
79
ſe lung na beu que vne foys: il vouldroit
80
que lautre en beu quatre en continuant
81
leurs bꝛuuages.Oꝛde et villaine e cee
82
couume.Elle polut lame. Lacee et rōpt
83
le coꝛps:et ne rien pire que de ebꝛiete con⸗
84
tinuelle. Elle induit diuerſes maladies.
85
Laſche les coꝛps Froee les nerfʒ du coꝛpſ
86
et ſi contamine le chief O laides meurs:en
87
quelle part e peruenue la reuerence de la
88
tablele modere honneur la frugalite la
89
parſymonie pꝛecedente.Ou e pae lhon⸗
90
neur de viure.En quelle part e la mondi
91
cela nectete de la table: et le beau cultiue⸗
92
ment dicelle.Helas maintenant la mode⸗
93
ree couume  la table deffault.Jl y a vng
94
aultre vice qui par maniere ſinire turpe
95
et hōni la table et contamine les purs de⸗
96
greʒ:pour ce  les folʒ mettēt leurs ſubſel⸗
97
les et marchepiedʒ es pꝛemiers ſieges et
98
veult vng oꝛt ieune garſon ere a table ⸗
99
mier que vng ancien.Maintenāt honnee
100
te ne monte plus aux pꝛemiers ſieges. Et
101
touſiours dōnons aux plꝰ laitʒ oꝛs et vil
102
laīs hōmes les miers pocules et hanaps.
103
Et ne aucune diſcretion ou differēce des
104
perſonnes:il nya nulle honte. Si que tous
105
hommes ont maintenant les tables irreue
106
rentement.Jlʒ pechent auecs leurs maīs
107
auecques leurs goꝛgesauecques leurs le⸗
108
ures.Et glouti vng yurōgne ſa ſouppe⁊
109
puis incontinent la vomi.Lūg de ſon oꝛt
110
doy et villain touche pꝛemier les viandes
111
de la table:et de ſon neʒ moꝛueux et degou
112
tant quāt il le toꝛche a main nue cōſpue les
113
viandes.Lautre ſeiche le hanap auecques
114
ſes leures:et vuide la bouteille:et puis de
115
rechief vomi ce ql a beu.Puis apꝛes qlʒ
116
ſont bien yures ilʒ chantent:ilʒ abayent cō
117
me chiens:et par grant clameur fatiguent
118
lair tāt  tout e eōne.Jurent maugreēt
119
et font mille choſes nephandes contre dieu
120
Touſiours fureur les raui.Le vī confōt
121
leurs poictrines. Et maintenant aux ta⸗
122
bles tout mauluais homme impꝛobe et fol
123
a ſes parties.Maintenant caent les cali⸗
124
cesvoirresou hanaps:maintenāt e rō⸗
125
pu le baril:maintenant chyent le voirre ou
126
aultre vaieau de la table.Et ſouuēt de la
127
main en telle yurōgnerie rauions ce que
128
gecte la tierce table. Et gouons tout en⸗
129
ſemble viandes ſalees et doulces.Mainte⸗
130
nant a Sardanapalus des compaignons
131
leſquelʒ oꝛde volupte continuellement re⸗
132
fait et a q plaiſēt choſes īmoerees. Mais
133
pourtant quil ne pas en nore puiance
134
de paindre toutes les illecebꝛes et villenies
135
de la table ⁊ les grifues follies.La manie
136
re de viure aui ne pas vne a tous ſai⸗
137
ges:ne vne couume egalle ne regi pas
138
toutes choſes:ſoubʒ bꝛeuite noꝰ les paōs.
139
Car aultrement viuent les grecʒ. Aultre⸗
140
ment les latins que la terre theutonique ne
141
vit en ſa couume. En aultre maniere
142
aui celebꝛent ⁊ font les ſauromates leurs
143
conuiʒ de boire et de mengier.Le turc aui
144
lethiopiē daultre maniere. Les meurs des
145
hommes ſont diuers. La volunte diffe⸗
146
rente.Les viures ſont diuers: et ne point
147
la vie des hommes toute vne.Parquoy ne
148
peut ere  les vices fuent egaulx.Mais
149
ie admonnee que chacun en ſa qualite de⸗
150
uite villaines parolles a table.Et au loing
151
de ſa bouche repelle et degecte les meurs
152
des pourceaux. Et de bon cueur rende au
153
pere graces et deſire le ſacre chemin de pꝛo
154
ſperite.Car le diuin cōditeur facteur ⁊ cre⸗
155
ateur de toutes choſes ne noꝰ a point creeʒ
156
au boirea la viandene aux guloſiteʒ coꝛ⸗
157
poꝛelles.Mais nous pꝛenons le boire et la
158
viāde a lapuyemēt et ſouenāce du coꝛps
159
et pour les maiſons du ſang: ceaauoir
160
pour les veines. Pourtant que leſprit du
161
ſang:ce nore ame qui ne ſcauroit ere
162
en vne choſe ſeiche et ſans humidite natu⸗
163
relle homme ne ſcauroit viure:parquoy re
164
quis e que le ſang qui e lhumidite radi⸗
165
cale du coꝛps ſoit garde:car ce le ſiege de
n6r

Fueillet. lxxviii
166
lame.Mais il ya maniere aux choſes me⸗
167
ſure et honneur que quant elle excede ou
168
deffault la vie et lame ſenfuyt. Car par
169
trop mengier et boire lhomme meurt: par
170
trop pou aui.Mais nous trouuons que
171
par crapule et guloſite plus dhōmes meu⸗
172
rent que par glaiue:ou traitʒ: ou par moꝛt
173
non engendree:ceadire commune ⁊ ſelon
174
dꝛoit cours de nature.La court des grans
175
ſeigneurs:comme empereurs roys con⸗
176
teset aultres de grant auctoꝛite aucuneſ⸗
177
foys dōna et bailla aux ſimples hommes
178
meurs appꝛouuees loueesvꝛbaines  di⸗
179
gneset bonnes: ſi que eureux ſe reputoit
180
q vne foys pouuoit appꝛochier de la table
181
dung grant ſeigneur pour veoir le grant
182
honneurla gracieuſeteet moderee conte⸗
183
nance que len y tenoit. Maintenāt la court
184
des nobles coꝛrumpue maligne ⁊ plei⸗
185
ne de toutes faulſetes.Ebꝛie et pleine  tou
186
tes crapuloſiteʒ et gloutōnies. Multibibe:
187
ceadire moult beuuāte:et garnie de gens
188
yurongnes Fediloque oꝛdement parlante
189
de paillardiſes infames:⁊ toutes meſchan
190
ſeteʒ.Et par tant a perdu ſon nom antique
191
qui tant eoit beau: ſa bonne renommee et
192
ſa foy:tellement que maintenant honneur
193
par tout le mōde na plus aucune vigueur.

11
Obscenos
mense ritus.
etc.

22
Nonne me
lius est co⸗
medere. etc.

34
Sperabam
fatuis satis.
etc.

54
Sordida
labra tenent
etc.

82
Polluit hic
animam. etc.

92
Est aliud
vicium. etc.

115
Cantant et
latrant. etc.

130
Sardana⸗
palus habet.
etc.

148
Quilibet in
mensa deui⸗
tet. etc.

166
Sed modus
est rebus. etc.

182
Curia no⸗
bilium nunc
est. etc.