GW5065/B113
o2r
¶De la commendation ou recom
mendation de philozophie.
1
¶Apres ce que lacteur a mis les louenges
2
de lhomme prudent et requis que aux sai⸗
3
ges soyent donnez les honneurs et premiers
4
lieux il poursuyt sa matiere en la commen
5
dation de philozophie et de saigesse En re
6
prenant ceulx qui la desprisent et luy veu⸗
7
lent mectre la teste en vng sac Cest a dire
8
mectre a non challoir les sainctes et bon⸗
9
nes doctrines Car plusieurs sont qui com⸗
10
bien quilz oyent les predications et doctri⸗
11
nes des saiges si nen tiennent ilz conte/
12
Mais les mectent en vng sac clos et ferme
13
comme chose sans fruict et de nul effect.
14
Pource dit le prolude. Auiourdhuy nest
15
point en pris ne en aucun honneur la do⸗
16
ctrine des bons Mais par derision le fol
17
crache partout aux saiges chappes et to⸗
18
ques. Et sont de si mauuaise condition
19
que quant ilz voyent passer vng saige par
20
deuant eulx ilz en crachent et en ont hor⸗
21
reur Tant que maintenant la vulgarite
22
cest a dire le commun essaye detruder et me
23
ctre en vng sac les doctiloques ou gecter
24
en la riuiere ceulx qui saigement parlent
25
soustiennent verite et reprennent les vices
26
Et ainsi soubz le pied des folz gist philozo
27
phie et sapience Parquoy les bons sont
28
persecutez Mais a leur confort parle lescri
29
pture icy prinse a propos qui dit Ne ayes
30
point de doubte pour vne repentine terreur
31
et pour les puissances des mauuais irru⸗
32
entes contre toy Car nostre seigneur sera
33
en ton coste. Et gardera ton pied que tu ne
34
soyes prins Et finablement ne sera point le
35
poure mis en oubliance/ ne la pacience des
36
poures ne perira point pource dit le saige
37
tu as cousu mon sac ensemble et mas circum
38
de de lyesse Par ce veult dire la satyre que
39
folz sont ceulx qui se mocquent des bons
40
et les desprisent.
41
QViconques tend paruenir
42
aux haultesses etherealles
43
de la sacree pallas et saincte
44
sapience/ Ou desire auoir
45
son repos en elle vienne pur
46
de mains et de operations
47
pudicque de langue et chaste de parolle:
48
affin quil porte encens fumides Cest a di⸗
49
re les odeurs de vertu aux petis feuz de
50
sophie/ Car philozophie collustre et re⸗
51
garde de ses sacrez yeulx les couraiges/
52
Donne les douayres de lentendement et
53
leloquence. Et par lenseignement de elle
54
nous consolons les pensees luctifiques
o ii
o2v

55
et pleines de pleur et oste celle sapience les
56
mouuemens et illecebres du couraige de lhom
57
me Elle donne les enseignemens et les voyes
58
de bien viure Elle monstre le chemin aux
59
estoilles du pol ethereal Par sapience nous
60
pouuons tourner en arriere les aduentu⸗
61
res tristes de la pensee et qui souruiennent
62
a lhomme Nous pouons aussi par elle exupe
63
rer toutes cheutes griefues et les euitercar
64
le dieu omnipotent la enuoyee de sa haul⸗
65
tesse celeste affin quelle nous donnast les cle
66
res semences du ciel Et affin que les hom
67
mes congnoisset mieulx la figure de sapi
68
ence laquelle se compare a vne espousee or
69
nee de tous monilles et aultres paremens
70
le iour de sa solennite Elle est en sa beaulte
71
naturelle A son col pendent ridimicules et
72
ioyaux sacrez qui maintenant resplendis⸗
73
sent ecspanduz par le genre humain Cest a
74
dire les sciences et belles doctrines dont main
75
tenant tant de saiges sont abreuuez Sa
76
pience cueuure ses membres dung peple
77
fin cueuurechief ou guimple Toutes⸗
78
foys icelle saige minerue par le regard
79
des hommes de present vestue dung poyle
80
noir espand par tout les purpurees et bel
81
les roses rouges soubz le pied Mais non
82
obstant que on la deboute et que mainte⸗
83
nant on nen tienne conte serue a elle cha
84
cun saige pourtant que du ruisseau diuin
85
elle abreuue les cueurs des hommes. et les
86
repaist de ambrosye et de la delectable vi
87
ande du ciel Elle concede les vrays hon
88
neurs de liberte Et par elle ducteure de
89
meurent perpetuellement les cueurs francz
90
et en liberte Elle oste chasse et deboute
91
tout pechie vice et ordure meurs propha⸗
92
nes aussi/ et a en soy les loyers de grace
93
de louenge et de honneur Pour sapience
94
monte le saige au ciel nitide cler et resplen
95
dissant/ car elle oeuure aux iustes les se⸗
96
rains doulx et delectables royaumes du
97
ciel Par elle nous pouuons facilement
98
extirper tous cruelz tyrans/ Car elle est
99
loyalle compaigne de vie et benoist repos
100
Sans elle prince ou roy ne gouuerne deue⸗
101
ment ses sceptres et dominations Car elle
102
est mere de la foy et mere de iustice Pour
103
ce ieunes et anciens properez hastez vous
104
et venez au don de la noble pallas de la
105
vraye et saincte sophie du geron de la quel
106
le scatist vne fontaine irrigue vne saincte
107
eaue qui si doulcement arrouse et fait viure
108
les cueurs des hommes Et sil ya aucune
109
ordure lexpulse et met hors Parquoy vous
110
saiges acourez et defendez vostre minerue
111
Car le mauuais peuple vulgaire trude et
112
gecte par tout ses enseignemens en vng sac
113
Ainsi appert que sapience est moult noble
114
et que ceulx qui mectent sa doctrine en vng
115
sac Cest a dire qui la scayuent et la taisent
116
ou qui loyent et la desprisent sont vrays folz
117
dignes de gouuerner la nef.
GW5065/B113
o2r
¶De la cōmendation ou recom
mendation de philoʒophie.
1
¶Apꝛes ce que lacteur a mis les louenges
2
de lhomme pꝛudent et requis que aux ſai⸗
3
ges ſoyent donneʒ les honneurs et miers
4
lieux il pourſuyt ſa matiere en la commen
5
dation de philoʒophie et de ſaigee En re
6
pꝛenant ceulx qui la deſpꝛiſent et luy veu⸗
7
lent mectre la tee en vng ſac Ce a dire
8
mectre a non challoir les ſainctes et bon⸗
9
nes doctrines Carpluſieurs ſont qui com⸗
10
bien quilʒ oyent les pꝛedications et doctri⸗
11
nes des ſaiges ſi nen tiennent ilʒ conte/
12
Mais les mectent en vng ſac clos et ferme
13
comme choſe ſans fruict et de nul effect.
14
Pource dit le pꝛolude. Auiourdhuy ne
15
point en pꝛis ne en aucun honneur la do⸗
16
ctrine des bons Mais par deriſion le fol
17
crache partout aux ſaiges chappes et to⸗
18
ques. Et ſont de ſi mauuaiſe condition
19
que quant ilʒ voyent paer vng ſaige par
20
deuant eulx ilʒ en crachent et en ont hoꝛ⸗
21
reur Tant que maintenant la vulgarite
22
ce a dire le commun eaye detruder ⁊ me
23
ctre en vng ſac les doctiloques ou gecter
24
en la riuiere ceulx qui ſaigement parlent
25
ſouiennent verite et repꝛennent les vices
26
Et ainſi ſoubʒ le pied des folʒ gi philoʒo
27
phie et ſapience Parquoy les bons ſont
28
perſecuteʒ Mais a leur confoꝛt parle leſcri
29
pture icy pꝛinſe a pꝛopos qui dit Ne ayes
30
point de doubte pour vne repentine terreur
31
et pour les puiances des mauuais irru⸗
32
entes contre toy Car nore ſeigneur ſera
33
en ton coe. Et gardera ton pied que tu ne
34
ſoyes pꝛins Et finablemēt ne ſera point le
35
poure mis en oubliance/ne la paciēce des
36
poures ne perira point pource dit le ſaige
37
tu as couſu mon ſac enſemble et mas circū
38
de de lyee Par ce veult dire la ſatyꝛe que
39
folʒ ſont ceulx qui ſe mocquent des bons
40
et les deſpꝛiſent.
41
QViconques tend paruenir
42
aux haultees etherealles
43
de la ſacree pallas et ſaincte
44
ſapience Ou deſire auoir
45
ſon repos en elle vienne pur
46
de mains et de operations
47
pudicque de langue et chae de parolle:
48
affin quil poꝛte encens fumides Ce a di⸗
49
re les odeurs de vertu aux petis feuʒ de
50
ſophie / Car philoʒophie collure et re⸗
51
garde de ſes ſacreʒ yeulx les couraiges/
52
Donne les douayꝛes de lentendement et
53
leloquence. Et par lenſeignement de elle
54
nous conſolons les penſees luctifiques
o ii
o2v

55
⁊ pleines de pleur et oe celle ſapience les
56
mouuemens⁊ illecebꝛes du couraige de lhō
57
me Elle dōne les enſeignemēs⁊ les voyes
58
de bien viure Elle monre le chemin aux
59
eoilles du pol ethereal Par ſapience noꝰ
60
pouuons tourner en arriere les aduentu⸗
61
res tries de la penſee et qui ſouruiennent
62
a lhōme Nous pouons aui par elle exupe
63
rer toutes cheutes griefues ⁊ les euitercar
64
le dieu omnipotent la enuoyee de ſa haul⸗
65
tee celee affin quelle nous dōna les cle
66
res ſemences du ciel Et affin que les hom
67
mes congnoiet mieulx la figure de ſapi
68
ence laquelle ſe compare a vne eſpouſee oꝛ
69
nee de tous monilles et aultres paremens
70
le iour de ſa ſolennite Elle e en ſa beaulte
71
naturelle A ſon col pendent ridimicules et
72
ioyaux ſacreʒ qui maintenant reſplendiſ⸗
73
ſent ecſpanduʒ par le genre humain Ce a
74
dire les ſciēces ⁊ belles doctrines dōt main
75
tenant tant de ſaiges ſont abꝛeuueʒ Sa
76
pience cueuure ſes membꝛes dung peple
77
fin cueuurechief ou guimple Touteſ⸗
78
foys icelle ſaige minerue par le regard
79
des hōmes de pꝛeſent veue dung poyle
80
noir eſpand par tout les purpurees ⁊ bel
81
les roſes rouges ſoubʒ le pied Mais nō
82
obant que on la deboute ⁊ que mainte⸗
83
nant on nen tiēne conte Serue a elle cha
84
cun ſaige pourtāt que du ruieau diuin
85
elle abꝛeuue les cueurs des hōmes. et les
86
repai de ambꝛoſye ⁊ de la delectable vi
87
ande du ciel Elle concede les vꝛays hon
88
neurs de liberte Et par elle ducteure de
89
meurent perpetuellemēt les cueurs frācʒ
90
et en liberte Elle oe chae et deboute
91
tout pechie vice ⁊ oꝛdure meurs pꝛopha⸗
92
nes auiet a en ſoy les loyers de grace
93
de louenge ⁊ de honneur Pour ſapience
94
mōte le ſaige au ciel nitide cler et reſplen
95
diant/car elle oeuure aux iues les ſe⸗
96
rains doulx ⁊ delectables royaumes du
97
ciel Par elle nous pouuons facilement
98
extirper tous cruelʒ tyꝛans/Car elle e
99
loyalle cōpaigne de vie et benoi repos
100
Sās elle pꝛīce ou roy ne gouuerne deue⸗
101
mēt ſes ſceptres et dominatiōs Car elle
102
e mere de la foy⁊ mere de iuice Pour
103
ce ieunes et anciens pꝛopereʒ haeʒ vous
104
et veneʒ au don de la noble pallas de la
105
vꝛaye et ſaincte ſophie du geron de la quel
106
le ſcati vne fontaine irrigue vne ſaincte
107
eaue qui ſi doulcement arrouſe ⁊ fait viure
108
les cueurs des hommes Et ſil ya aucune
109
oꝛdure lexpulſe ⁊ met hoꝛs Parquoy vous
110
ſaiges acoureʒ ⁊ defendeʒ vore minerue
111
Car le mauuais peuple vulgaire trude et
112
gecte par tout ſes enſeignemēs en vng ſac
113
Ainſi appert que ſapience e moult noble
114
et que ceulx qui mectent ſa doctrine en vng
115
ſac Ce a dire qui la ſcayuent et la taiſent
116
ou q loyent et la deſpꝛiſent ſont vꝛays folʒ
117
dignes de gouuerner la nef.

14
In precio non
est hodie
doctrina
bonorum. etc.

29
Ne paueas
repentino.

41
Quisquis
ad ethere⸗
as etc.

66
Illius in
collo pen⸗
dent.

76
Membra te⸗
git peplo etc

93
Hanc propter
sapiens etc.