GW5065/P25
o3v
¶Lobiection de volupte blasman
te vertu.
1
¶Lescripture summaire prinse a ce propos
2
dit ainsi Tourne ton pied arriere du mal
3
car nostre seigneur a congneu les voyes qui
4
sont aux dextres et bonnes parties et desclai
5
re que peruerses sont celles qui vont aux sene⸗
6
stres lesquelles tient volupte qui dit Jay vou
7
lu querir mes plaisances et nay point deffendu
8
mon corps quil ne vsast de toute volupte et
9
quil ne se oblectast en toutes choses qui se
10
estoient preparees Qui est doncques qui ainsi
11
deuorera affluera et habondera en delices com
12
me moy Et pourtant vous humains venez
13
mon chemin Et vsons des biens qui sont
14
preparez a lhomme Et vsons hastiuement
15
de la creature ainsi que en ieunesse Car les
16
cielz ne sont faitz que pour nous.
17
ICy est dame volupte en vng
18
iardin de plaisance entre son
19
neurs et danseurs comme vne
20
belle ieune femme toute nue
21
tenante vng peple ou guim⸗
22
ple en ses mains Loeil esueille/ le pied legier
23
la contenance haulte couronnee dung cha⸗
24
peau de lorier comme vne dame forte et victo
25
rieuse qui retourne en triumphe de bataille
26
et dit ainsi Je volupte ennemye a pure et sin
27
cere vertu suis icy en presence couronnee et aui
28
ronnee de laurier victorieux Et par tout le
29
monde les signes de mon triumphe suffultz
30
de chasteaulx resplendissent Tousiours
31
aspirent mes temps fleurs achemeniennes
32
Et sent violettes nouuelles la fascie et cou⸗
33
uerture de ma cheueleure cueillie Iay cou⸗
34
stume de porter quant il me plaist manches
35
grandes et larges en mes costez plus blancs
36
que neige Mes bras fulgens et resplendissans
37
cueuurent vestemens de tyrie en la facon de la
38
terre du tyr Ma face est treslasciue et ioyeu⸗
39
se Mes yeulx et regardz trop plus enuieux
40
que ieux/ Car ie les monstre petulans et
41
sans arrest tant que ilz froissent molle
42
et tendre ieunesse Je respandz mes delices
43
et doulceurs par le monde affin que mes
o4r

Fueillet. lxxxii
44
rays prennent les tendres pensees des ieu⸗
45
nes. En mes mains ie tien la harpe et le plec⸗
46
tre sonore/ luz/ ou aultre instrument qui
47
se ioue a la touche Autour de moy et iouste
48
moy se siet la molle tourbe et compaignie
49
des ieunes. Les blandicieux choraulles et
50
menestriers chantent doulces chansons et dictiez
51
deuant ma statue. Et iouste moy est vne fen⸗
52
me saulteresse auecques sa harpe faconde. Et
53
pourtant quelle est seur de dieu les folles mena
54
des luy rendent sacrees solennitez adorations et
55
veux Le cheualier aussi qui suyt mes banie
56
res viura franc et ne sera subiect a aucuns la⸗
57
beurs: mais vsera de liberte. Car il nest
58
point contrainct de obiecter sa teste aux cru
59
elles procelles des vens: ne de courir la mer
60
Vng cheualier qui ayme luxure et volup⸗
61
tuosite iamais ne orra les estonnemens de
62
guerre ne les tristes classiques du dieu mars
63
Et quiconques me suyt et comite il ne am⸗
64
bule point par dur sentier: mais experimen
65
tera toutes doulces et plaisantes amours.
66
Ceulx qui iadis ont desprise mes admon⸗
67
nestemens il ont clos et finy leur vie par
68
douleur plongiez dedans griefz perilz et
69
dangiers. En ce point voit on que ie Venus
70
suis vne deesse de qui lempire est congneu
71
par tout le monde spacieux. Et de nostre
72
poictrine courent molles et souefues delices
73
riset cantiques pleins de ieux. Soubz moy
74
aussi sont les treslongues destinees et dis⸗
75
positions de saine antiquite. Soubz moy
76
se auigorent les iours blans et chanuz et
77
les heures secondes. Iadis Paris le filz de
78
Priam par lequel troye donna lieu aux
79
achins et gregoys porta en ses mains de
80
nostre royaume les signes florissans: et
81
obeist aux biens desquelz est ma puissance
82
Cleopatre aussi par honnorement et culti⸗
83
uement fier et orgueilleux iadis seruit a
84
moy. Et si menay mes blandices iusques
85
aux murs canopeens. Affrique me congnoist
86
et Hammon le cornu aussi. Les Numydes in
87
fernees Athlas maurisien me honnorent In
88
de venere noz delices. Et tous ceulx qui
89
soubz le soleil rutilant a son leuer nourris⸗
90
sent leurs membres candides et beaulx.
91
Par moy ducteure sobriete est pulsee et chas
92
see de tout le monde. Le sarmate nen est point
93
exempt de mes dartz. Le partain/ Le gete/
94
Le hystrien/ Le tracien/ Le sicambre qui a
95
tousiours les cheueux crespes nen sont point
96
exemps aussi. Car noz traitz sont enuoyez
97
par les lieux et places de diuerses gens. Ia⸗
98
dis honnorerent noz autelz les anciens phi⸗
99
losophes desquelz les escriptz demeurent def
100
fendans moy et ma secte: pourtant que noz biens
101
prouffitent sans labeur ou trauail corporel
102
Et tousiours auecques nous est glouton⸗
103
nie et la feruente gloire de la table. Ma vie
104
nest point soubz les heaulmes. Noz corps
105
ne couchent point en dur estrain ou lit maul
106
uais. Mais leur baille fine plume et mol
107
lit pour leur repos. Et doit on noter que si
108
molles delices et toute luxure ne me suiuoy
109
ent tant de si grans roys neussent pas entre
110
mes doulx et amoureux chasteaulx: ne te⸗
111
nu mes doctrines par lesquelz roys qui ne
112
querent que volupte ie domineray victori⸗
113
euse en tout le monde. Et de ce vous donne
114
exemple le roy sardanapalus qui delais⸗
115
sant les faitz royaulx honnora les illecebres
116
et voluptez du corps en la fleur de ses ans.
117
Iadis romme la belliqueuse sur toutes ter
118
res crainte sua par nostre amour. Car les
119
ioyes de plusieurs leurs sont donnees en plu⸗
120
mes molles. Et ne desirent point les ieunes
121
cueurs/ froit/ cruelle fain ou necessite: mais
122
nous est repos tresagreable. Car realement
123
nous nourrissons noz oysiuetez sans per⸗
124
turbation. Toute nostre felicite est en ieux
125
ris/ plaisances/ esbatemens/ a boire bons
126
vins et mengier viandes delicates: fouyr
127
soucy/ trauail/ et peine/ dormir longue ma
128
tinee/ prendre les plaisances damours: et
129
vser de toutes gentillesses. Et pourtant vous
130
ieunes hommes dont les cueurs sont ten⸗
131
dres et molz. Vous pareillement anciens
132
desquelz laage est plus pleine dans baillez
133
sa voz oreilles et les porrigez a ce que ie dy
134
Querez voz plaisances et ioyeusetez tant
135
que vous estes en ce monde: car laage aux
136
mortelz court a la maniere deaue. Les
137
iours courent sans fin et pourtant que vous
138
auez temps/ lieu/ et espace prenez viandes
139
melliflues et toutes deliciositez. Car apres
140
la mort il nest aucune volupte.
o iiii
GW5065/P25
o3v
¶Lobiection de volupte blaſman
te vertu.
1
¶Leſcripture ſummaire pꝛinſe a ce ꝓpos
2
dit ainſi Tourne ton pied arriere du mal
3
car nore ſeigneur a congneu les voyes q
4
ſont aux dextres et bōnes parties ⁊ deſclai
5
re  ꝑuerſes ſont celles qui vont aux ſene⸗
6
res leſquelles tient volupte q dit Jay vou
7
lu rir mes plaiſances ⁊ nay poīt deffendu
8
mon coꝛps quil ne vſa de toute volupte ⁊
9
quil ne ſe oblecta en toutes choſes qui ſe
10
eoient pꝛeparees Qui e doncq̄s qui aīſi
11
deuoꝛera affluera ⁊ habōdera en delices cō
12
me moy Et pourtant voꝰ humains veneʒ
13
mon chemin Et vſons des biens qui ſont
14
pꝛepareʒ a lhomme Et vſons haiuemēt
15
de la creature ainſi  en ieunee Car les
16
cielʒ ne ſont faitʒ que pour nous.
17
JCy e dame volupte en vng
18
iardin de plaiſance entre ſon
19
neurs et danſeurs cōme vne
20
belle ieune femme toute nue
21
tenante vng peple ou guim⸗
22
ple en ſes maīs Loeil eſueille  le pied legier
23
la contenance haulte couronnee dung cha⸗
24
peau de loꝛier cōme vne dame foꝛte et victo
25
rieuſe qui retourne en triumphe de bataille
26
⁊ dit aīſi Je volupte ennemye a pure⁊ ſin
27
cere vertu ſuis icy en ſence courōnee ⁊ aui
28
rōnee de laurier victoꝛieux Et par tout le
29
monde les ſignes  mon triumphe ſuffultʒ
30
de chaeaulx reſplendient Touſiours
31
aſpirent mes temps fleurs achemeniennes
32
Et ſent violettes nouuelles la faſcie ⁊ cou⸗
33
uerture de ma cheueleure cueillie Jay cou⸗
34
ume de poꝛter quāt il me plai manches
35
grādes ⁊ larges en mes coeʒ plus blācs
36
 neige Mes bꝛas fulgens⁊ reſplendians
37
cueuurēt veemēs  tyꝛie en la facon de la
38
terre du tyꝛ Ma face e treſlaſciue ⁊ ioyeu⸗
39
ſe Mes yeulx et regardʒ trop plus enuieux
40
que ieuxCar ie les monre petulans et
41
ſans arre tant que ilʒ froient molle
42
et tendꝛe ieunee Je reſpandʒ mes delices
43
et doulceurs par le monde affin que mes
o4r

Fueillet. lxxxii
44
rays pꝛennent les tendꝛes penſees des ieu⸗
45
nes.En mes maīs ie tien la harpe ⁊le plec⸗
46
tre ſonoꝛe luʒ ou aultre inrument qui
47
ſe ioue a la touche Autour de moy ⁊ ioue
48
moy ſe ſiet la molle tourbe et compaignie
49
des ieunes. Les blandicieux choꝛaulles et
50
menerierſ chātēt doulces chāſōs⁊ dictieʒ
51
deuāt ma atue.Et ioue moy e vne fē⸗
52
me ſaulteree auecs ſa harpe faconde.Et
53
pourtāt lle e ſeur de dieu les folles mena
54
des luy rēdēt ſacrees ſolēniteʒ adoꝛatiōs ⁊
55
veux Le cheualier aui q ſuyt mes banie
56
res viura frāc et ne ſera ſubiect a aucūs la⸗
57
beurs:mais vſera de liberte. Car il ne
58
point cōtrainct de obiecter ſa tee aux cru
59
elles pꝛocelles des vēs:ne de courir la mer
60
Vng cheualier qui ayme luxure et volup⸗
61
tuoſite iamais ne oꝛra les eonnemens de
62
guerre ne les tries clais du dieu mars
63
Et quiconques me ſuyt et comite il ne am⸗
64
bule point par dur ſentier:mais experimē
65
tera toutes doulces et plaiſantes amours.
66
Ceulx qui iadis ont deſpꝛiſe mes admon⸗
67
neemens il ont clos et finy leur vie par
68
douleur plongieʒ dedans griefʒ perilʒ et
69
dangiers.En ce point voit on que ie Venꝰ
70
ſuis vne deee de qui lempire e congneu
71
par tout le monde ſpacieux. Et de nore
72
poictrine courēt molles ⁊ ſouefues delices
73
ris⁊ cātiques pleins de ieux. Soubʒ moy
74
aui ſont les treſlongues deinees et diſ⸗
75
poſitions de ſaine antiquite. Soubʒ moy
76
ſe auigoꝛent les iours blans et chanuʒ et
77
les heures ſecōdes.Jadis Paris le filʒ de
78
Pꝛiam par lequel troye donna lieu aux
79
achins et gregoys poꝛta en ſes mains de
80
nore royaume les ſignes floꝛians:et
81
obei aux biens deſquelʒ e ma puiance
82
Cleopatre aui par honnoꝛement et culti⸗
83
uement fier et oꝛgueilleux iadis ſeruit a
84
moy.Et ſi menay mes blandices iuſques
85
aux murs canopeens.Affriq̄ me cōgnoi
86
et Hāmon le coꝛnu aui.Les Numydes in
87
fernees Athlas mauriſiē me hōnoꝛēt Jn⸗
88
de venere noʒ delices.Et tous ceulx qui
89
ſoubʒ le ſoleil rutilant a ſon leuer nourriſ⸗
90
ſent leurs membꝛes candides et beaulx.
91
Par moy ducteure ſobꝛiete e pulſee⁊ chaſ
92
ſee de tout le mōde. Le ſarmate nen e poīt
93
exēpt de mes dartʒ.Le partain Le gete
94
Le hyrienLe tracien  Le ſicambꝛe qui a
95
touſiours les cheueux creſpes nen ſōt poīt
96
exemps aui. Car noʒ traitʒ ſōt enuoyeʒ
97
par les lieux et places de diuerſes gēs.Ja⸗
98
dis honnoꝛerent noʒ autelʒ les anciēs phi⸗
99
loſophes deſquelʒ les eſcriptʒ demeurēt def
100
fendās moy ⁊ ma ſecte:pourtāt q̄ noʒ biēs
101
pꝛouffitent ſans labeur ou trauail coꝛpoꝛel
102
Et touſiours auecques nous e glouton⸗
103
nie et la feruente gloire de la table.Ma vie
104
ne point ſoubʒ les heaulmes. Noʒ coꝛps
105
ne couchent poīt en dur erain ou lit maul
106
uais.Mais leur baille fine plume et mol
107
lit pour leur repos.Et doit on noter que ſi
108
molles delices⁊ toute luxure ne me ſuiuoy
109
ent tant de ſi grans roys neuent pas ētre
110
mes doulx et amoureux chaeaulx:ne te⸗
111
nu mes doctrines par leſquelʒ roys qui ne
112
querent que volupte ie domineray victoꝛi⸗
113
euſe en tout le monde.Et de ce vous donne
114
exemple le roy Sardanapalus qui delaiſ⸗
115
ſāt les faitʒ royaulx hōnoꝛa les illecebꝛes
116
et volupteʒ du coꝛps en la fleur de ſes ans.
117
Jadis romme la belliqueuſe ſur toutes ter
118
res crainte ſua par nore amour. Car les
119
ioyes de pluſieurs leurs ſōt dōnees en plu⸗
120
mes molles. Et ne deſirēt point les ieunes
121
cueursfroitcruelle fain ou neceite:mais
122
nous e repos treſagreable. Car realet
123
nous nourrions noʒ oyſiueteʒ ſans per⸗
124
turbatiō.Toute nore felicite e en ieux
125
risplaiſances eſbatemensa boire bons
126
vins et mengier viandes delicates: fouyꝛ
127
ſoucytrauailet peinedoꝛmir longue ma
128
tineepꝛendre les plaiſances damours: et
129
vſer de toutes gentillees.Et pourtāt voꝰ
130
ieunes hommes dont les cueurs ſont ten⸗
131
dres et molʒ. Vous pareillement anciens
132
deſquelʒ laage e plꝰ pleine dans bailleʒ
133
ſa voʒ oꝛeilles et les poꝛrigeʒ a ce que ie dy
134
Quereʒ voʒ plaiſances et ioyeuſeteʒ tant
135
que vous ees en ce monde:car laage aux
136
moꝛtelʒ court a la maniere deaue. Les
137
iours courent ſans fin ⁊ pourtant que voꝰ
138
aueʒ temps lieuet eſpace pꝛeneʒ viandes
139
melliflues et toutes delicioſiteʒ. Car apꝛes
140
la moꝛt il ne aucune volupte.
o iiii

1
Auerte pe⸗
dem tuum a
malo etc.

26
En ego sin
cere virtuti
etc.

55
Qui mea pro
sequitur mi ⸗
les. etc.

66
Qui mea
spreuerunt
quondam etc.

77
Quondam pri
amides. etc.

103
Non mea
sub galeis
vita. etc.