GW5065/B108
o5v
¶La nef latine ou barque
socialle.
1
¶Ainsi que dit est fina vertu sa response
2
et demeu a volupte confondue sans bail⸗
3
ler aucune replique contraincte de se aller
4
cachier soubz le tillac de la folle nef entre
5
ses folz et ses folles qui la suyuent. Main⸗
6
tenant fait lacteur de ce liure vne aultre nef
7
dicte latine ou barque socialle: pourtant quil
8
ymagine bien quil ya plus de folz en ce mon
9
de quil nen a particularise de especes pour
10
tant aussi que cest ioyeusete a voyagiers
11
dauoir grant compaignie de leur sorte. Ainsi
12
est faicte ceste nef socialle comme vng lieu
13
de toute communite appareillee a recepuoir
14
tous folz de quelque estat ou condition quilz
15
soyent qui ne pourroyent auoir place en la
16
grant nef ou seroyent trop tart venus pour
17
y entrer. Dont met le prolude satyrial. Main⸗
18
tenant nous plaist et est conuenable mener
19
en nostre classe tourbe compaignie et conuo
20
cation: innumerables classes folles et furen
21
tes sans fin. Et pourtant se aucun na pas
22
trouue lieu acommode el propre pour luy en
23
la grant pour nagier vienne icy et tire aux
24
cordes et auirons de la nest auecques les
25
compaignons il sera receu. Ainsi le cry faict
26
tous folz vacabons entrent la nef dont le⸗
27
standart est au vent signe dune teste de fol
28
et: le cry et chant ou celeusine de ceste nef est
29
gaudeamus quilz chantent comme gens en
30
toutes liesses et sans aucun soucy: mais bien
31
aises destre beaucoup a leur solemnite. Car
32
comme dit lescripture prinse a ce propos. Ioye
33
est aux meschans et miserables dauoir com
34
paignons en leurs peines: mais pourtant
35
ne ardront pas moins ceulx qui seront
o6r

Fueillet. lxxxiiii
36
auecques plusieurs a brusler que ceulx qui
37
seront en petite compaignie. Car tant plus ya
38
de combustibles en vng feu et plus est grant
39
Pourtant ceulx qui se resiouissent entre les
40
sotz de ceste maniere et computent leurs de
41
lices en folle compaignie. Ilz sont filz des
42
folz et des non nobles opprimez en leurs
43
sentes: comme de fluctuations et tempestes
44
de mer. Ilz sont freres des dragons et com⸗
45
paignons des structions: mais ainsi fut
46
est et sera:tousiours vng homme quiert son
47
semblable et desire auoir compaignie: par
48
expres folz iamais ne veulent estre soli⸗
49
taires.
50
ACourez folz de toutes sortes
51
nous sulcons/ tournons/ et vi
52
rons/ auecques hastifz aui⸗
53
rons les mers. Si que la grant
54
mer immense et sans mesure
55
foule noz carbases. Mais voicy la classe
56
sociale compaignons hastez vous. Hastez
57
vous aussi folz purement folz et sans aucu
58
ne espece de saigesse. Car le nombre de no⸗
59
stre secte est immensurable et tend les oreil
60
les a diuerses gens et peuples. Certainement
61
nostre cohorte complectist et embrasse tout
62
le monde. Et ya pou de gens que noz allian
63
ces de follie ne touchent. A nostre nef vien
64
nent folz de asie crees soubz le soleil rutillant
65
qui auecques nous tirent les voilles hasti⸗
66
ues. Des fins aussi et metes de la terre de
67
lybie. De la terre chaulde. Les mausires im⸗
68
belles. Les Ethiopiens noirs/ Hesperiens/
70
tons/ Cymbre torues/ Flaues sycambres/
72
Argoliques/ Et toutes gens ensemble que
73
regarde le monde viennent et passent pour
74
entrer en la nef. Les ieunes viennent auec⸗
75
ques les anciens. La folle pucelle auecques
76
la folle mere. Si que en nostre nef aucun lieu
77
ne peut estre qui ne soit touchie et plain.
78
Et pourtant vous folz sodaulx properez
79
et courez a la classe legiere et hastiue: car
80
toute demeure de nauire nuist. Voicy le
81
temps quil fault sulquer et auironner la
82
mer et monstrer la voille. Pource tourez
83
hastiuement: car la nef contraincte des
84
fluctuations court desia. Maintenant re
85
ste a penetrer vne tresgrande region. O
86
folz sodaulx ie vous requiers courez a⸗
87
uecques piedz hastifz. Nous tendons au
88
pais des narragones et aux contrees pro
89
mises et sommes contrainctz dentrer vo
90
luntairement la terre stolide. Toutes⸗
91
foys plusieurs discrimes vices et pechiez
92
nous gectent en la mer grande tumide et
93
enflee tant que leaue frape a grande roi⸗
94
deur contre les bortz du nauire dont les
95
pieces romproyent soudainement se el⸗
96
les nestoyent doubles. Et fault que nous
97
appellons fortune auecques cruelle cla⸗
98
meur:car les mauluais veux et desirs de
99
ce monde ne nous aydent en rien. Par va
100
riables cas/ aduentures/ et cruelz dangiers
101
de la mer nous courons: cestassauoir par
102
les dangiers de ce monde qui se bien nous
103
les comparons sont plus grans/ plus hor
104
ribles/ et plus incongneuz que ceulx de
o6v

105
la mer. Et nya aucune maniere ou mesu⸗
106
re de vie. Car il fault que nous souffrons
107
les cheutes/ les tempestes fluantes et les
108
dispositions naufragues ou meillieu de la
109
mer. Dedans les eaues siculiennes nous
110
voyons et actendons la raige du peril de
111
mer nomme sylla. Et volent noz transtres
112
ou gurgite et engorgement dung aultre
113
dangier de mer dict caribdis la ou les naui
114
res perissent: et ne scait on quilz deuiennent
115
Auecques inert et mauluais auiron nous
116
sulcons et enuironnons par les syrtes liby
117
ques qui sont aultres dangiers de mer en
118
la coste de lybie. Voyons et actendons de⸗
119
uant nous les tristes et horribles monstres
120
de la mer tumide et enflee: poissons inesti⸗
121
mables: comme daulphins phoques et grans
122
balaines. Nous oyons les seraines trito
123
nes qui sont les blandices et deceptions du
124
monde qui nous endorment ainsi que les
125
poethes faignent les seraines de la mer en
126
dormir par suauite de chanter les hommes
127
mariniers tellement quilz perissent et ne pren
128
nent point garde a leurs nauires. Ainsi est
129
nous voyons tout genre de mal non veu et
130
chacun iour renouueller. Nous torpissons
131
et dormons au chant par lequel syren: cest
132
assauoir le monde empoysonne et infait noz
133
oreilles. Et nous foule de sommeil languis
134
sant. Nous actendons et si regardons de⸗
135
dans la fosse sicule et de tyrannie le grant Cy
136
clops et tyrant inhumain que Vlixes prince
137
dulichien tresdoulcement parlant et forme
138
de elegance peut bien auoir craint Ou est
139
doncques lieu seur la ou maintenant les folz
140
se peuent confier et ediffier certaines mai⸗
141
sons quant chacun iour nous sommes iu⸗
142
cessamment prosternez et gectez dedans
143
les eaues tumides et fuyt nostre nauire le
144
port seur. Cestadire comment serons nous
145
a seurete en ce monde qui est vne mer plai⸗
146
ne de si grans dangiers quant a chacune
147
heure nous sommes plongiez es vndes des
148
vices: et ne veult nostre nef cest nostre vo⸗
149
lente tirer a bon port ne a quelque vertu.
150
Helas ce vient par nostre merite. Car par
151
aucun cultiuement sapience ne nous atire
152
a soy ou nourrist. Mais en stolide et folle
153
main fichons armes contre elle. Helas la deesse
154
de follie nous a bien baille maintenant les
155
breuuages de cyrce et par son chant decep⸗
156
tif a frape noz poictrines lasses et debilitees
157
O miserables sodaulx que nous prouffite
158
errer et tant adonner noz cueurs aux vices
159
et follies. Ostez les en et plus tost querez
160
auecques pie stabile et ferme les riues de
161
la mer et la terre ferme sans vous bouter
162
ou grant dangier: affin que les monstres
163
neptuniens ne rauissent point voz fragil⸗
164
les carines et petites nacelles: que leaue de
165
la mer aussi ne absorbisse point et succombe
166
noz nefz. Cestadire que les vanitez de ce
167
monde ne corrompent point noz cueurs/ noz
168
sens/ et noz entendemens qui sont les nacel
169
les qui nous conduisent aux vens et tem⸗
170
pestes du monde: et se bien ne les gouuer⸗
171
nons par le gouuernail de raison: et par les
172
auirons et enseignemens de sapience: a cha
173
cune heure nous sommes en dangier de estre
174
noyez entre les monstres horribles et espou⸗
175
uentables dedans la cauerne denfer.
GW5065/B108
o5v
¶La nef latine ou barque
ſocialle.
1
¶Ainſi que dit e fina vertu ſa reſponſe
2
et demeu a volupte confondue ſans bail⸗
3
ler aucune replique contraincte de ſe aller
4
cachier ſoubʒ le tillac de la folle nef entre
5
ſes folʒ et ſes folles qui la ſuyuent. Main⸗
6
tenāt fait lacteur de ce liure vne aultre nef
7
dicte latine ou barque ſocialle: pourtāt ql
8
ymagine bien quil ya plus de folʒ en ce mō
9
de quil nen a particulariſe de eſpeces pour
10
tant aui que ce ioyeuſete a voyagiers
11
dauoir grant cōpaignie de leur ſoꝛte. Aīſi
12
e faicte cee nef ſocialle comme vng lieu
13
de toute cōmunite appareillee a recepuoir
14
tous folʒ de quelque eat ou condition qlʒ
15
ſoyent qui ne pourroyent auoir place en la
16
grāt nef ou ſeroyent trop tart venus pour
17
y entrer.Dōt met le ꝓlude ſatyꝛial.Main⸗
18
tenant nous plai ⁊ e conuenable mener
19
en nore clae tourbe compaignie et cōuo
20
cation:innumerables claes folles et furē
21
tes ſans fin.Et pourtant ſe aucun na pas
22
trouue lieu acōmode el pꝛopꝛe pour luy en
23
la grāt pour nagier viēne icy et tire aux
24
coꝛdes et auirons de la ne auecques les
25
compaignōs il ſera receu.Ainſi le cry faict
26
tous folʒ vacabons entrent la nef dont le⸗
27
andart e au vent ſigne dune tee de fol
28
et:le cry et chant ou celeuſine de cee nef e
29
gaudeamus quilʒ chantent cōme gens en
30
toutes liees ⁊ ſans aucun ſoucy:mais biē
31
aiſes dere beaucoup a leur ſolēnite. Car
32
cōme dit leſcripture pꝛīſe a ce ꝓpos. Joye
33
e aux meſchans et miſerables dauoir cō
34
paignons en leurs peines:mais pourtant
35
ne ardront pas moins ceulx qui ſeront
o6r

Fueillet. lxxxiiii
36
auecques pluſieurs a bꝛuſler que ceulx qui
37
ſerōt en petite cōpaignie. Car tāt plus ya
38
de combuibles en vng feu ⁊ plus e grāt
39
Pourtāt ceulx qui ſe reſiouient entre les
40
ſotʒ de cee maniere et computent leurs de
41
lices en folle compaignie. Jlʒ ſont filʒ des
42
folʒ et des non nobles oppꝛimeʒ en leurs
43
ſentes:comme de fluctuatiōs et tempees
44
de mer.Jlʒ ſont freres des dragons et cō⸗
45
paignons des ructions: mais ainſi fut
46
e et ſera:touſiours vng homme quiert ſō
47
ſemblable et deſire auoir compaignie: par
48
expꝛes folʒ iamais ne veulent ere ſoli⸗
49
taires.
50
ACoureʒ folʒ de toutes ſoꝛtes
51
nous ſulconstournōset vi
52
ronsauecques haifʒ aui⸗
53
rōs les mers.Si que la grāt
54
mer immenſe et ſans meſure
55
foule noʒ carbaſes. Mais voicy la clae
56
ſociale compaignons haeʒ vous.Haeʒ
57
vous aui folʒ purement folʒ ⁊ ſans aucu
58
ne eſpece de ſaigee.Car le nombꝛe de no⸗
59
re ſecte e immenſurable et tend les oꝛeil
60
les a diuerſes gens ⁊ peuples.Certainet
61
nore cohoꝛte complecti et embꝛae tout
62
le monde.Et ya pou de gens que noʒ alliā
63
ces de follie ne touchent. A nore nef vien
64
nēt folʒ de aſie crees ſoubʒ le ſoleil t utillāt
65
qui auecques nous tirent les voilles hai⸗
66
ues.Des fins aui et metes de la terre de
67
lybie.De la terre chaulde. Les mauſires ī⸗
68
belles. Les Ethiopiens noirs / Heſperiēs/
69
Gauloys /Bactriens / Tylenois/ Bre⸗
70
tons/Cymbꝛe toꝛues/Flaues ſycambꝛes/
71
Laciens/Sauromates/Getes/ Traces
72
Argoliques/Et toutes gens enſemble que
73
regarde le monde viennent et paent pour
74
entrer en la nef.Les ieunes viennent auec⸗
75
ques les anciēs. La folle pucelle auecques
76
la folle mere.Si  en nore nef aucun lieu
77
ne peut ere qui ne ſoit touchie et plain.
78
Et pourtant vous folʒ ſodaulx ꝓpereʒ
79
et coureʒ a la clae legiere et haiue:car
80
toute demeure de nauire nui. Voicy le
81
temps quil fault ſulquer et auironner la
82
mer ⁊ monrer la voille.Pource toureʒ
83
haiuement:car la nef contraincte des
84
fluctuations court deſia. Maintenant re
85
e a penetrer vne treſgrande region.O
86
folʒ ſodaulx ie vous requiers coureʒ a⸗
87
uecques piedʒ haifʒ.Nous tendons au
88
pais des narragones et aux contrees ꝓ
89
miſes et ſommes contrainctʒ dentrer vo
90
luntairement la terre olide. Touteſ⸗
91
foys pluſieurs diſcrimes vices ⁊ pechieʒ
92
nous gectent en la mer grande tumide ⁊
93
enflee tant que leaue frape a grande roi⸗
94
deur contre les boꝛtʒ du nauire dont les
95
pieces rompꝛoyent ſoudainement ſe el⸗
96
les neoyent doubles. Et fault que noꝰ
97
appellons foꝛtune auecques cruelle cla⸗
98
meur:car les mauluais veux et deſirs 
99
ce monde ne nous aydēt en rien.Par va
100
riables cas/aduētures/⁊ cruelʒ dāgiers
101
de la mer nous courōs: ceaauoir par
102
les dangiers de ce monde qui ſe bien noꝰ
103
les comparons ſont plus granspl hoꝛ
104
ribleset plus incongneuʒ que ceulx de
o6v

105
la mer.Et nya aucune maniere ou meſu⸗
106
re de vie.Car il fault que nous ſouffrons
107
les cheutes les tempees fluantes et les
108
diſpoſitions naufragues ou meillieu de la
109
mer.Dedans les eaues ſiculiennes nous
110
voyons et actendons la raige du peril de
111
mer nomme ſylla. Et volent noʒ trāres
112
ou gurgite et engoꝛgement dung aultre
113
dangier de mer dict caribdis la ou les naui
114
res perient:et ne ſcait on quilʒ deuiennent
115
Auecques inert et mauluais auiron nous
116
ſulcons et enuironnons par les ſyꝛtes liby
117
ques qui ſont aultres dangiers de mer en
118
la coe de lybie.Voyons et actendons de⸗
119
uant nous les tries et hoꝛribles mōres
120
de la mer tumide et enflee: poions inei⸗
121
mables:comme daulphīs phoques ⁊ grās
122
balaines.Nous oyons les ſeraines trito⸗
123
nes qui ſont les blandices et deceptions du
124
monde qui nous endoꝛment ainſi que les
125
poethes faignent les ſeraines de la mer en
126
doꝛmir par ſuauite de chāter les hommes
127
mariniers tellemēt quilʒ perient et ne pꝛē
128
nent point garde a leurs nauires.Ainſi e
129
nous voyons tout genre de mal non veu ⁊
130
chacun iour renouueller.Nous toꝛpions
131
et doꝛmons au chant par lequel ſyꝛen: ce
132
aauoir le monde ēpoyſonne et infait noʒ
133
oꝛeilles.Et nous foule de ſommeil languiſ
134
ſant.Nous actendons et ſi regardons de⸗
135
dans la foe ſicule ⁊ de tyrānie le grāt Cy
136
clops et tyrant inhumain  Vlixes pꝛince
137
dulichien treſdoulcement parlant et foꝛme
138
de elegance peut bien auoir craint Ou e
139
doncques lieu ſeur la ou maītenāt les folʒ
140
ſe peuent confier et ediffier certaines mai⸗
141
ſons quant chacun iour nous ſommes iu⸗
142
ceamment pꝛoerneʒ et gecteʒ dedans
143
les eaues tumides et fuyt nore nauire le
144
poꝛt ſeur. Ceadire commēt ſerons nous
145
a ſeurete en ce monde qui e vne mer plai⸗
146
ne de ſi grans dangiers quant a chacune
147
heure nous ſommes plōgieʒ es vndes des
148
vices:et ne veult nore nef ce nore vo⸗
149
lente tirer a bon poꝛt ne a quelque vertu.
150
Helas ce vient par nore merite.Car par
151
aucun cultiuement ſapience ne nous atire
152
a ſoy ou nourri. Mais en olide et folle
153
maī fichōs armes tre elle.Helas la deee
154
de follie nous a bien baille maintenāt les
155
bꝛeuuages de cyꝛce et par ſon chant decep⸗
156
tif a frape noʒ poictrines laes ⁊ debilitees
157
O miſerables ſodaulx que nous pꝛouffite
158
errer ⁊ tant āōonner noʒ cueurs auxvices
159
et follies.Oeʒ les en et plus to quereʒ
160
auecques pie abile et ferme les riues de
161
la mer et la terre ferme ſans vous bouter
162
ou grant dangier:affin que les monres
163
neptuniens ne rauient point voʒ fragil⸗
164
les carines et petites nacelles:que leaue de
165
la mer aui ne abſoꝛbie point ⁊ ſuccombe
166
noʒ nefʒ.Ceadire que les vaniteʒ de ce
167
mōde ne coꝛrompent point noʒ cueurs/noʒ
168
ſenset noʒ entendemens qui ſont les nacel
169
les qui nous conduiſent aux vens et tem⸗
170
pees du monde:et ſe bien ne les gouuer⸗
171
nons par le gouuernail de raiſon: et ꝑ les
172
auirons ⁊ enſeignemens de ſapience:a cha
173
cune heure nous ſōmes en dangier de ere
174
noyeʒ entre les mōres hoꝛribles ⁊ eſpou⸗
175
uentables dedans la cauerne dēfer.

17
Innume
ros classes
fatuos sine
fine. etc.

31
Gaudium est
miseris. etc.

51
Currite sul
camus. etc.

73
Cum seni⸗
bus iuue⸗
nes. etc.

137
Qui locus
est tutus. etc.