GW5065/P17
a2r
¶Le prologue de maistre Iacques locher
qui composa ce liure de suysse en latin.
1
Affin de mieulx comprendre la
2
substance de ce liure. Il est a no
3
ter quil a este compose en plusi
4
eurs facons. Premierement en alemant: cest
5
ascauoir suysse et estoit rigme par vng clerc
6
rethoricien du pays nomme maistre Seba=
7
stien brant du quel le print vng sien disci⸗
8
ple nomme Iacques locher qui voyant que la
9
matiere dicelluy liure estoit moult prouffi
10
table et que la langue almanique en quoy
11
elle estoit mise ne resonnoit pas bien enuers
12
chacun se efforca soubz la correction dudit
13
brant le mettre en latin. Et dit ainsi. Com
14
me ainsi soit que moult longuement tout a par
15
moy ieusse pense du cours tresconfusible des
16
choses humaines. Saichez de verite le⸗
17
cteurs tresagreables que de ma meditation
18
vigilante iay trouue plusieurs degrez de
19
erreurs par lesquelz lhumain genrre chiet
20
et est cheu en pechie. Et pourtant a garir
21
les egritudes et perturbations intolerables
22
des mortelz: plusieurs sages et litterez hom⸗
23
mes escripuirent et ont escript tresfructueux
24
enseignemens par lesquelz les playes de la
25
pensee laceree et trauaillee seroient garies
26
mieulx que par esculapius qui fut premier in⸗
27
uenteur de medicine naturelle. Veritable⸗
28
ment enuers les grecz premierement furent
a 2
a2v

29
instituez les gymnasies esquelz estoit con
30
fessee et congneue la tressalutaire medecine
31
laquelle aux courages et espris perturbez
32
conferoit et donnoit fomens et nourrissemens
33
tresioyeux. Da la vint que socrates ce grant
34
amateur et cultiueur de philozophie premier
35
commenca disputer des meurs. Et quant
36
il veit quil ne pouuoit mettre es choses na
37
turelles certaine fin des biens et de souue⸗
38
raine felicite il donna aux estudes des ver
39
tuz moralles les haultes contemplacions
40
de sa pensee. Et tellement resplendit en phi⸗
41
lozophie quil fut dit lauoir euoquee du ciel
42
Car comme ainsi fust quil regardast iceulx
43
hommes mortelz procliues et enclins aux
44
vices. Cogitant par ce remede aller a len⸗
45
contre des meurs confuses en la publique
46
place des ioustes aux atheniens il enseigna
47
iceulx commandemens qui cloent et euurent
48
les lipides et cleres fontainnes du souuerain
49
bien. Apres la mort de socrates succeda le
50
diuin platon qui non sans cause consumma
51
et vsa bonne part de son aage en moralle
52
philozophie affin que par icelle estude il peust
53
mieulx et plus sainement subuenir et don⸗
54
ner secours au genre humain. Car il escri
55
uit loix tressalutaires. Ediffia la tresspeci
56
euse et belle chose publique/ constitua la tres⸗
57
ioyeuse societe humaine / imposa frain a
58
libidinosite Et excita lignauie et pourete
59
des hommes mortelz a vertu. Toutesfoys en
60
ceste aage et tempeste des philozophes est
61
entreuenue la fulgente et resplendissante a⸗
62
age des poetes qui pour la ioyeusete de di⸗
63
re et de faindre ne obtenoit pas maindre lieu
64
entre les sages. Desquelz aucuns ont cele⸗
65
bre et fait le dictie heroique auecques tres⸗
66
ornee escripture: par lequel les choses diui⸗
67
nes et humaines ont acoustume de estre de
68
chantees prononcees et dictes. Aucuns ont
69
compose poesies treselegantes de agricul
70
ture. Les aultres des planetes cours des
71
estoilles et du mouuement des cieulx. Au⸗
72
cuns de lempire de amours comme les ele
73
giaques. Aucuns de la miserable ruine des
74
roys et des princes: ainsi que les tragiques
75
Et les aultres auecques grande liberte de
76
dire honnorerent et mirent en bruit la come
77
die que les grecz appellerent archee: com⸗
78
me principalle maniere de dire en ioyeuse⸗
79
te. Du nombre desquelz Aristophanes:
80
Eupolis: et Cratin tresnobles poetes et ora
81
teurs eurent bruit et resplendirent.Car com⸗
82
me ilz veoyent la ieunesse des atheniens et de
83
toutes les aultres parties de grece estre enlas⸗
84
see et prinse en tous genres de libidinositez:
85
voluptez: et ordures. Jlz prindrent occasion
86
de les noter. Et en plain langage franche
87
ment mordoyent et reprenoyent les vices et
88
pechiez de tous hommes pecheurs. De ce⸗
89
ste ancienne comedie noz latins ont forme
90
leur genre de souuent escripre non inele⸗
91
gant: mais tresbien aorne. Et premiere⸗
92
ment vng poete nomme lucilius donna aux
93
latins la poesie nommee satire en laquelle nom
94
meement il chantoit les pechiez des princes
95
romains: et des citoyens priuez resiouissoit
96
et esmouuoit toute la cite par sa ioyeuse ma⸗
97
niere de dire. Non point mene par ceste rai
98
son affin quil exercast vne vanite ou vne
99
effrenee procacite de parler. Mais affin quil
100
excitast les estudes et doctrines salutaires
101
des vertus et chassast les vices de entre les
102
hommes. Ainsi satyre est toute du temps
103
des latins et de leur composition ainsi que
104
dit Quintilianus ou dixiesme liure des instituti⸗
105
ons oratoires. Et ainsi pour satyre laquelle
106
nous auons: les grecz traicterent larchee et
107
premiere comedie. Apres Lucylius rude en lan⸗
108
gage: mais aucteur non a repentir par vrba
109
nite et ciuique mordacite contre les pecheurs
110
succeda orace le venusien qui plus net et plus
111
apparent en langage et doulceur de parler
112
ne desseruit et merita point par satyre peti⸗
113
te gloire. Perse vng seul liure en laissa ou
114
quel il commanda son nom a tousiours estre
115
immortel. Le dernier et prince de tous fut Iu
116
uenal qui en son tresioyeux et tresdoulx lan⸗
117
gage de poetrie a embrasse tout ce qui a re⸗
118
splendy aux dictz des aultres poetes. O
119
meurs. O temps dignes de louenge pour
120
quoy ne commencent les hommes de nostre temps
121
a vous sauorer et gouster. Pourquoy ne hon
122
norent ilz les poetes et les interpretes diceulx
123
Ignorent ilz quilz ne veullent ou profiter ou de
124
lecter ou dire ensemble choses ioyenses et con⸗
125
uenables a vie. Certainement les poetes en
126
seignent qui sont les maulx et les biens
a3r

Fueillet.
127
la ou vertu porte et erreur aussi. Car les
128
poetes lacerent et reprennent les mauuaiz/ les
129
auaricieux/ les orgueilleux/ les luxurieux
130
les lasciuieux/ les delicatz/ les iracundieux
131
les gloutons/ et gourmans/ les enuieux/ les ve
132
nefiques/ les pariures/ les folz hardiz/ les te
133
mulens/ les imprudens sans doctrine et folz
134
Au contraire extollent et honnorent les tresno⸗
135
bles imitateurs de vertu. Et a chacun escrip
136
uent et determinent les loyers de ses merites
137
Comme doncques ainsi soit que en nostre temps et
138
aage plaine de tempeste et misere soyent pres que
139
innumerables folz hommes tant de fait que de
140
dict qui delaisse lamour de vertu tendent et vont
141
aux tenebres et illecebres de ce monde: il a
142
este de necessite et conuenable quil ressuscitast
143
aucun poete sage et subtil qui taxast et manife
144
stast les delictz manifestes et la vie tresorde
145
des folz. Ceste liberte de escripre en langue
146
vernacule et bien ornee: nostre tresioyeux prece
147
pteur et maistre sebastien brant docteur des
148
droitz et poete tresnoble A prinse a la commune
149
vtilite et salut des mortelz. Ensuyuant dan
150
te poete florentin: et francoys petrarche poe
151
tes heroiques qui de leur langue estrange ont
152
assemble merueilleuses poesies. Et pource
153
comme la narragonie ou nef des folz laquel⸗
154
le non ineptement pouons appeller satyre a
155
toutes gens soit tresnecessaire a congnoistre
156
pour euiter le mal et ensuyure le bien iay trou
157
ue estre conuenable la muer et conuertir de
158
suysse en latin qui est langue commune parquoy el⸗
159
le puisse prouffiter aux estranges nations es
160
quelles nostre gros langage theutonique et sca
161
breux est incongneu. Car il y a gauloys/ au
162
soniens/ iberiens/ panoniens: et finablement
163
grecz qui de plain front et prime face ne lecti⸗
164
tent pas nostre langue laquelle est fort Sarma
165
tique et balbuciente. Mais vous lecteurs don
166
nez pardon a Iacques philomuse simple ora
167
teur si pour la mediocrite de son petit enten
168
dement il a aucunement failly. Veritablement
169
ce liure est fait et compose tant a la salutaire
170
doctrine de sapience et de commodite que a ex
171
purger la vanite de demence et de fatuite.
172
Pourtant regarde et lise parfaictement chacun
173
cestuy liure. Et labeure auoir regarde et con
174
gneu sa condition et vie en icelluy ainsi que lon
175
peult veoir son effigie et semblance en vng
176
mirouer affin que plus eureusement en ce mon⸗
177
de icy puisse passer son aage.
GW5065/P17
a2r
¶Le pꝛologue de maiſtre Jacques locher
qui compoſa ce liure de ſuye en latin.
1
AFfin de mieulx compꝛendꝛe la
2
ſubſtāce de ce liure. Jl eſt a no
3
ter quil a eſte compoſe en pluſi
4
eurs facons.Pꝛemierement en almāt:ceſt
5
aſcauoir ſuye et eſtoit rigme ꝑ vng clerc
6
rethoꝛicien du pays nomme maiſtre ſeba⸗
7
ſtien bꝛant du quel le pꝛint vng ſien diſci⸗
8
ple nomme Jacques locher qui voyāt  la
9
matiere dicelluy liure eſtoit moult pꝛouffī
10
table et que la langue almanique en quoy
11
elle eſtoit miſe ne reſōnoit pas bien enuers
12
chacun ſe effoꝛca ſoubʒ la coꝛrection dudit
13
bꝛant le mettre en latin.Et dit ainſi.Com
14
me ainſi ſoit  moult longuement tout a ꝑ
15
moy ieue pēſe du cours treſcōfuſible des
16
choſes humaines. Saicheʒ de verite le⸗
17
cteurs treſagreables que de ma meditatiō
18
vigilante iay trouue pluſieurs degreʒ de
19
erreurs par leſquelʒ lhumain genrre chiet
20
et eſt cheu en pechie. Et pourtant a garir
21
les egritudes et perturbatiōs ītolerables
22
des moꝛtelʒ:pluſieurs ſages et littereʒ hō⸗
23
mes eſcripuirēt ⁊ ont eſcript treſfructueux
24
enſeignemēs par leſquelʒ les playes de la
25
penſee laceree et trauaillee ſeroient garies
26
mieulx que par eſculapius q fut pꝛemier ī⸗
27
uenteur de medicine naturelle. Veritable⸗
28
ment enuers les grecʒ pꝛemieremēt furent
a ii
a2v

29
inſtitueʒ les gymnaſies eſquelʒ eſtoit con
30
feee et cōgneue la trealutaire medecine
31
laquelle aux courages et eſpꝛis perturbeʒ
32
cōferoit et dōnoit fomens ⁊ nourriemēs
33
treſioyeux. Da la vīt que ſocrates ce grāt
34
amateur ⁊ cultiueur de philoʒophie mier
35
commenca diſputer des meurs. Et quant
36
il veit quil ne pouuoit mettre es choſes na
37
turelles certaine fin des biens et de ſouue⸗
38
raine felicite il dōna aux eſtudes des ver
39
tuʒ moꝛalles les haultes contemplacions
40
de ſa penſee.Et tellemēt reſplendit en phi⸗
41
loʒophie quil fut dit lauoir euoquee du ciel
42
Car cōme ainſi fuſt quil regardaſt iceulx
43
hommes moꝛtelʒ pꝛocliues ⁊ enclins aux
44
vices.Cogitant par ce remede aller a len⸗
45
contre des meurs confuſes en la publique
46
place des iouſtes aux atheniēs il ēſeigna
47
iceulx cōmandemens qui cloent ⁊ euurent
48
les lipides et cleres fōtainnes du ſouueraī
49
bien.Apꝛes la moꝛt de ſocrates ſucceda le
50
diuin platon qui non ſans cauſe cōſumma
51
et vſa bonne part de ſon aage en moꝛalle
52
philoʒophie affin  ꝑ icelle eſtude il peuſt
53
mieulx et plus ſainement ſubuenir ⁊ don⸗
54
ner ſecours au genre humain.Car il eſcri
55
uit loix trealutaires.Ediffia la trepeci
56
euſe ⁊ belle choſe publiquecōſtitua la treſ⸗
57
ioyeuſe ſociete humaine  impoſa frain a
58
libidinoſite Et excita lignauie ⁊ pourete
59
des hōmes moꝛtelʒ a v᷎tu.Touteſfoys en
60
ceſte aage et tempeſte des philoʒophes eſt
61
entreuenue la fulgēte et reſplendiante a⸗
62
age des poetes qui pour la ioyeuſete de di⸗
63
re ⁊ de faīdre ne obtenoit pas maīdre lieu
64
entre les ſages.Deſquelʒ aucuns ont cele⸗
65
bꝛe et fait le dictie heroique auecques treſ⸗
66
oꝛnee eſcripture:par lequel les choſes diui⸗
67
nes et humaines ont acouſtume de eſtre de
68
chantees pꝛononcees ⁊ dictes. Aucuns ont
69
compoſe poeſies treſelegantes de agricul
70
ture. Les aultres des planetes cours des
71
eſtoilles ⁊ du mouuement des cieulx. Au⸗
72
cuns de lempire de amours comme les ele
73
giaques.Aucūs de la miſerable ruine des
74
roys ⁊ des pꝛinces:ainſi que les tragiques
75
Et les aultres auecques grande liberte de
76
dire honnoꝛerent ⁊ mirent en bꝛuit la come
77
die que les grecʒ appellerent archee: com⸗
78
me pꝛincipalle maniere de dire en ioyeuſe⸗
79
te. Du nombꝛe deſquelʒ Ariſtophanes:
80
Eupolis:⁊ Cratin treſnobles poetes ⁊ oꝛa
81
teurs eurent bꝛuit ⁊ reſplendirent.Car cō
82
me ilʒ veoyēt la ieunee des atheniēs et
83
toutes les aultres ꝑties de grece eſtre ēlaſ⸗
84
ſee ⁊ pꝛinſe en tous genres de libidinoſiteʒ:
85
volupteʒ:⁊ oꝛdures.Jlʒ pꝛindꝛent occaſiō
86
de les noter.Et en plain langage franche
87
ment moꝛdoyent ⁊ repꝛenoyent les vices ⁊
88
pechieʒ de tous hommes pecheurs. De ce⸗
89
ſte ancienne comedie noʒ latins ont foꝛme
90
leur genre de ſouuent eſcripre non inele⸗
91
gant: mais treſbien aoꝛne. Et pꝛemiere⸗
92
ment vng poete nōme lucilius donna aux
93
latins la poeſie nōmee ſatire en laquelle nō
94
meemētil chantoit les pechieʒ des pꝛinces
95
romaīs:⁊ des citoyens pꝛiueʒ reſiouioit
96
et eſmouuoit toute la cite ꝑ ſa ioyeuſe ma⸗
97
niere de dire. Non point mene par ceſte rai
98
ſon affin quil exercaſt vne vanite ou vne
99
effrenee pꝛocacite de parler. Mais affin ql
100
excitaſt les eſtudes ⁊ doctrines ſalutaires
101
des vertus ⁊ chaaſt les vices de entre les
102
hommes. Ainſi ſatyꝛe eſt toute du temps
103
des latins et de leur compoſition ainſi que
104
dit Fabius ou dixieſme liure des inſtituti⸗
105
ons oꝛatoires.Et aīſi pour ſatyꝛe laquelle
106
nous auōs:les grecʒ traicterent larchee et
107
pꝛemiere comedie. Apꝛes luciliꝰ rude en lā⸗
108
gage:mais aucteur non a repentir ꝑ vꝛba
109
nite et ciui moꝛdacite contre les pecheurs
110
ſucceda oꝛace le venuſien qui plus net ⁊ plꝰ
111
apparent en langage ⁊ doulceur de parler
112
ne deeruit et merita point par ſatyꝛe peti⸗
113
te gloire.Perſe vng ſeul liure en laia ou
114
quel il cōmanda ſon nom a touſiours eſtre
115
immoꝛtel.Le dernier ⁊ pꝛīce de tous fut Ju
116
uenal qui en ſon treſioyeux ⁊ treſdoulx lā⸗
117
gage de poetrie a embꝛae tout ce qui a re⸗
118
ſplendy aux dictʒ des aultres poetes. O
119
meurs.O temps dignes de louenge pour
120
quoy ne cōmencēt les hōmes de nr̄e temps
121
a voꝰ ſauorer ⁊ gouſter.Pourquoy ne hō
122
noꝛēt ilʒ les poetes ⁊ les intertes diceulx
123
Jgnoꝛēt ilʒ quilʒ ne veullēt ou ꝓfiter ou de
124
lecter ou dire ēſemble choſes ioyenſes ⁊ cō⸗
125
vuenables a vie.Certainemēt les poetes en
126
ſeignent qui ſont les maulx et les biens
a3r

Fueillet.
127
la ou vertu poꝛte et erreur aui. Car les
128
poetes lacerent ⁊ repꝛēnēt les mauuaiʒles
129
auaricieuxles oꝛgueilleuxles luxurieux
130
les laſciuieuxles delicatʒles iracūdieux
131
les gloutōs⁊ gourmāsles ēuieux les ve
132
nefisles pariuresles folʒ hardiʒ les te
133
mulēsles impꝛudēs ſans doctrine et folʒ
134
Au cōtraire extollēt ⁊ hōnoꝛēt les treſno⸗
135
bles imitateurs de vertu.Et a chacū eſcrip
136
uent ⁊ determinēt les loyers de ſes merites
137
Cōme doncs ainſi ſoit  en noſtre tēps et
138
aage plaine de tēpeſte ⁊ miſere ſoyēt s 
139
innumerables folʒ hōmes tant de fait  de
140
dict q delaie lamour de vertu tēdēt ⁊ vōt
141
aux tenebꝛes et illecebꝛes de ce monde: il a
142
eſte de neceite ⁊ uenable quil reuſcitaſt
143
aucun poete ſage⁊ ſubtil q taxaſt⁊ manife
144
ſtaſt les delictʒ maīfeſtes ⁊ la vie treſoꝛde
145
des folʒ.Ceſte liberte de eſcripꝛe en lāgue
146
vernacule ⁊ bien oꝛnee: nrē treſioyeux ce
147
pteur ⁊ maiſtre Sebaſtiē bꝛāt docteur des
148
dꝛoitʒ⁊ poete treſnoble A pꝛīſe a la cōmune
149
vtilite ⁊ ſalut des moꝛtelʒ. Enſuyuāt dan
150
te poete florētin:⁊ francoys petrarche poe
151
tes heroiq̄s qui de leur langue eſtrāge ont
152
aemble merueilleuſes poeſies.Et pource
153
cōme la narragonie ou nef des folʒ lal⸗
154
le nō ineptemēt pouons appeller ſatyre a
155
toutes gēs ſoit treſneceaire a cōgnoiſtre
156
pour euiter le mal ⁊ ēſuyure le biē iay trou
157
ue eſtre cōuenable la muer et conuertir de
158
ſuye en latī q eſt lāgue mune ꝑquoy el⸗
159
le puie pꝛouffiter aux eſtrāges natiōs es
160
lles noſtre gros lāgage theuthoni ⁊ ſca
161
bꝛeux eſt īcōgneu.Car il y a gauloys  au
162
ſoniēsiberienspannoniēs: ⁊ finablemēt
163
grecʒ q de plain frōt ⁊ pꝛime face ne lecti⸗
164
tent pas noſtre lāgue lalle eſt foꝛt ſarma
165
tique ⁊ balbuciēte.Mais voꝰ lecteurs don
166
neʒ ꝑdō a Jacques philomuſe ſimple oꝛa
167
teur ſi pour la mediocrite de ſon petit ēten
168
demēt il a aucūemēt failly. Veritablemēt
169
ce liure eſt fait ⁊ cōpoſe tant a la ſalutaiꝛe
170
doctrine de ſapiēce ⁊ de cōmodite que a ex
171
purger la vanite de demence et de fatuite.
172
Pourtāt regarde et liſe ꝑfaictemēt chacū
173
ceſtuy liure.Et labeure auoir regarde⁊ cō
174
gneu ſa cōditiō ⁊ vie en icelluy aīſi que lon
175
peult veoir ſon effigie et ſemblāce en vng
176
mirouer affīn  plus eureuſemēt en ce mō⸗
177
de icy puie paer ſon aage.

13
Cum mecum
diu multum⸗
que cogitas⸗
sem. etc.

20
Ad sanan⸗
das igitur etc.

29
Quippe a⸗
pud grecos
primitus insti
tuta. etc.

33
Vnde et socra
tes ille ma⸗
ximus etc.

49
Post fatum
vero socra
tis. etc.

59
Tempesta⸗
te tamen philosophorum.
etc.

64
Quorum quidem
heroicum. etc.

88
Ex hac ve
teri come⸗
dia. etc.

101
Igitur saty⸗
ra tota lati
norum est. etc.

107
Post lucili
um eloquio
tudem. etc.

118
O mores.
o tempora vt quid
nostrates.
etc.

133
Econtra vir
tutis can⸗
didissimos
et cetera.

137
Cum vero
nostra tempesta
te. etc.

145
Hanc scriben⸗
dit libertatem
etc.

152
Cum vero
narrago⸗
nia etc.

165
At vos le⸗
ctores date
veniam iaco
bo. etc.

172
Intueatur er
go hunc perle⸗
gatque. etc.