GW5065/B34
d6v
¶Des consultations trop
apertes.
Die Überschrift gehört zum Kapitel 39, richtig wäre De celluy qui est fol en tous temps. Das Exemplar Wien hat die richtige Überschrift. Auch der Holzschnitt ist der von Kapitel 39.
1
¶Ensuyt vne aultre satyre en laquelle la
2
cteur blasme celluy qui est tousiours fol et
3
pour quelque doctrine ou enseignement que on luy
4
baille ne veult deuenir saige Et pource le com
5
pare a vng oyson qui tousiours est oyson
6
autant viel comme ieune. dont le prolude met. croy
7
a moy que celluy est fol qui rien ne scait totale⸗
8
ment: et contend tousiours estre cuide saige com
9
bien quil nait aprins aucunes meurs et nest point
10
amateur de vertu: et ainsi demeure maleureux
11
et oyson ainsi que deuant. A ce propos dit lescrip
12
ture icy alleguee. Lhomme prudent dresse ses
13
voyes: et regarde par ou il va mais le fol non.
14
Ceulx qui courent par la mer muent le ciel mais
15
non leur couraige vng fol se cuide plus saige que
16
sept hommes parlans sentences et iamais nen veult
17
rien: mais se resiouyt a estre tousiours fol.
18
QVi voit plusieurs biens list
19
les nobles ars oyt tout ce qui
20
est de noble ou monde regar⸗
21
de les monumens de sacree
22
vertu et les polies meurs et
23
voit les delectables fleuues destude. La di
24
sputation et gymnasie: les ieux honnora⸗
25
bles Lustre les spectacles du monde et les
26
choses admirables vole et va par plusieurs
27
lieux: et toutesfoys rien il naprent celluy
28
est fol et ne luy prouffitent rien les monu⸗
29
mens vetustes et antiques: affin quil soit
30
fait meilleur et plus vtille. Et est vng fol
31
de ceste nature quil desire auoir en ses mai
32
sons toutes choses quil voit es maisons
33
daultruy. Et par ce desir sont notez et co⸗
34
gneuz les folz veux. Car les choses nou⸗
35
uelles plaisent tousiours aux folz pour leur
36
nouueaulte. Sont aussi les folz de telle con⸗
37
dition quilz courent a diuerses gens peragrent
38
et cheminent les peuples incongneuz: lustrent
e1r

Fueillet. xxv
39
et regardent tout ce qui gist ou monde affin
40
que es estranges regions ne demeure rien
41
incongneu et ainsi va vng fol voller en pe⸗
42
lerinaige Lune foys courent les folz aux
43
murs de pauie Lautre de la grant romme
44
en hierusalem en assyrie a libie aux regnes
45
memphitiques Et lustrent les pyramides
46
voyent les regnes attiques Toutesfoys
47
de tous leurs voyages et visitations na
48
portent aucuns loyers de saige/ aucun re⸗
49
gard de bonnes meurs/ honneur dengin
50
ou de esperit. Pource dit Horace que ceulx
51
qui courent oultre la mer muent le ciel non
52
pas leur couraige Car folz partent de leurs
53
pays et incontinent folz retournent.
54
Mais cest trop execrable folie daller loing
55
pour congnoistre les folles meurs Car en
56
noz cenacles et folles compaignies assez
57
en ya. Et se tu veulx deuenir fol et impru⸗
58
dent il ne fault point partir le pays: arreste
59
toy Car puis que ainsi est que en noz mai
60
sons patriennes nous apprenons assez
61
de folz ars Il nest ia necessite de querir
62
lieux estranges Mais pour deuenir sai
63
ge il est aucunesfoys de necessite daller
64
loing et ensuyure le diuin Platon qui pour
65
scauoir quist les hommes saiges Et sans
66
doctrine ne se conceda point aux parties
67
de grece. Parquoy a la fin il assembla
68
les nobles richesses Et ainsi qui part de
69
sa maison paternelle sans science aussi
70
sot que vng oyson Quant il a bien cou⸗
71
ru et volle et il retourue il demeure oyson
72
et fol comme deuant.
GW5065/B34
d6v
¶Des conſultations trop
apertes.
1
¶Enſuyt vne aultre ſatyꝛe en laquelle la
2
cteur blaſme celluy qui e touſiours fol et
3
pour quel doctrine ou ēſeignet  on luy
4
baille ne veult uenir ſaige Et pource le cō
5
pare a vng oyſon qui touſiours e oyſon
6
autāt viel me ieune. dōt le ꝓlude met. croy
7
a moy  celluy e fol q rien ne ſcait totale⸗
8
mēt: ⁊ cōtēd touſiours ere cuide ſaige cō
9
biē ql nait apꝛīs aucūes meurs ⁊ ne poīt
10
amateur dev᷎tu: et aī meure maleureux
11
⁊ oyſon ainſi  deuāt.A ce ꝓpos dit leſcrip
12
ture icy alleguee. Lhōme pꝛudēt dꝛee ſes
13
voyes:⁊ regarde ꝑ ou il va mais le fol nō.
14
Ceulx q courēt ꝑ la mer muēt le ciel mais
15
nō leur couraige vng fol ſe cuide plꝰſaige 
16
ſept hōmes ꝑlās ſētēces ⁊ iamais nē veult
17
rien:mais ſe reſiouyt a ere touſiours fol.
18
QVi voit pluſieurs biens li
19
les nobles ars oyt tout ce q
20
e de noble ou mōde regar⸗
21
de les monumens de ſacree
22
vertu et les polies meurs et
23
voit les delectables fleuues deude. La di
24
ſputation et gymnaſie: les ieux honnoꝛa⸗
25
bles Lure les ſpectacles du monde et les
26
choſes admirables vole et va ꝑ pluſieurs
27
lieux:et touteſfoys rien il napꝛent celluy
28
e fol et ne luy pꝛouffitent rien les monu⸗
29
mens vetues et antiques:affin quil ſoit
30
fait meilleur et plus vtille. Et e vng fol
31
de cee nature quil deſire auoir en ſes mai
32
ſons toutes choſes quil voit es maiſons
33
daultruy.Et par ce deſir ſont noteʒ et co⸗
34
gneuʒ les folʒ veux.Car les choſes nou⸗
35
uelles plaiſēt touſiours aux folʒ pour leur
36
nouueaulte. Sont aui les folʒ de telle cō⸗
37
ditiō quilʒ courēt a diuerſes gēs peragrēt
38
et cheminēt les peuples incōgneuʒ : lurēt
e1r

Fueillet. xxv
39
et regardent tout ce qui gi ou mōde affin
40
que es eranges regions ne demeure rien
41
incongneu ⁊ ainſi va vng fol voller en pe⸗
42
lerinaige Lune foys courent les folʒ aux
43
murs de pauie Lautre de la grant romme
44
en hieruſalem en ayꝛie a libie aux regnes
45
memphitiques Et lurent les pyꝛamides
46
voyent les regnes attiques Touteſfoys
47
de tous leurs voyages et viſitations na
48
poꝛtent aucuns loyers de ſaige aucun re⸗
49
gard de bonnes meurs  honneur dengin
50
ou de eſperit.Pource dit Hoꝛace que ceulx
51
qui courent oultre la mer muent le ciel non
52
pas leur couraigeCar folʒ partēt de leurs
53
pays et incontinent folʒ retournent.
54
Mais ce trop execrable folie daller loing
55
pour congnoire les folles meurs Car en
56
noʒ cenacles et folles compaignies aeʒ
57
en ya.Et ſe tu veulx deuenir fol et impꝛu⸗
58
dent il ne fault point partir le pays:arree
59
toy Car puis que ainſi e que en noʒ mai
60
ſons patriennes nous appꝛenons aeʒ
61
de folʒ ars Jl ne ia neceite de querir
62
lieux eranges Mais pour deuenir ſai
63
ge il e aucuneſfoys de neceite daller
64
loing ⁊ enſuyure le diuin Platon q pour
65
ſcauoir qui les hōmes ſaiges Et ſans
66
doctrine ne ſe conceda point aux parties
67
de grece. Parquoy a la fin il aembla
68
les nobles richees Et ainſi qui part de
69
ſa maiſon paternelle ſans ſcience aui
70
ſot que vng oyſon Quant il a bien cou⸗
71
ru ⁊ volle ⁊ il retourue il demeure oyſon
72
et fol comme deuant.

6
Est qui conten⸗
dit se pruden
tem. etc.

11
Vir prudens
dirigit. etc.

18
Qui bona
multa videt
etc.

29
Quicquid
habet rerum
etc.

42
Ad pataui
muros