GW5065/B55
f5r
¶Des inscauens et folz medicins.
1
¶Aultre satyre par laquelle sont reprins
2
les folz qui se disent et contrefont les me
3
decins et si ne congnoissent que cest de
4
corps humain de la nature des herbes et aul
5
tres medecines parquoy ilz sont mocquez et
6
desprisez de gens congnoissans. Dont dit
7
le prolude. Qui sefforce donner aux mala⸗
8
des tremblans sante et en eulx essayer lart
9
de medeci ne: et toutesfoys de sa main non
10
enseignee il ne les scait medeciner: car il est
11
sans art et si ne scait les forces de nature et
12
les herbes: il est mocquable fol et ridicule
13
demeure. Et de ceste follie oultrecuidee
14
aduient souuent que plusieurs simples gens
15
qui se fient a iceulx folz medecins se trou⸗
16
uent mal et en meurent. Dont met lescriptu
17
re. Iacoit que au medecin la venue de mor
18
talite ne doyue point estre imputee. Tou⸗
19
tesfoys la faulte de son experience est anom
20
bree auecques la culpe quant il luy donne
21
medecine nuisante: ou quil ne luy baille pas
22
a heure et a temps. Et pourtant aux mede
23
cins seullement appartient et est droit de
24
occire vng homme sans pugnition. Pour⸗
f5v

25
ce dit vng commun prouerbe. Du medecin
26
non congnoissant en son art. De viande deux
27
foys cuite et de la mauuaise femme seigneur
28
dieu vueilles nous deliurer.
29
ICy aussi que les aultres folz
30
precedens monter pourra en
31
nostre curre et porter mainte
32
nant les carbases de la nef
33
stultifere quiconques sans ex
34
perience visite celluy quil voit greue ou la⸗
35
bourant par mort. Et luy dit. Actens et en
36
dure tant que ie regarde les enseignemens
37
de mes liures parquoy ie te puisse bien et re
38
gulierement garir. Et ainsi durant que le
39
medecin retourne a la maison scrute et en
40
qiert les choses conceues en son liure les
41
vrayes dispositions de mort foullent le ma
42
lade tant quil meurt Expire son ame et sont
43
defliez les membres de son corps. Et ainsi
44
trop tardiue a este la medelle du medecin.
45
Car plusieurs sefforcent de traicter lart de
46
medecine qui totalement rien ne scauent .
47
Pourtant quilz ne voluent pas et tournent
48
les liures ou les ars que trouua Esculapius
49
et ne lisent point les enseignemens de mesue
50
Ne de auicenne qui nenseigne point aux me
51
decins tant vains enseignemens. Tu aussi
52
saige galien ne nourriz telz medecins. Mais
53
les folz medecins qui sans science dient quilz
54
feront raige aprennent leurs medicamens
55
ou liure des herbes qui est vne grande super
56
sticion dont les faulx enseignemens sont pa
57
tens et manifestes. Et de ce faulx medica⸗
58
ment les vielles donnent lusaige mauuais
59
et les suyt par tout hastiuement la tourbe
60
des gens. Car ilz promettent garir toutes
61
douleurs par toutes heures: par lieux et par
62
iours.Et disent que leurs collyres/ breua⸗
63
ges/ emplastres: ou aultres abusiues ma⸗
64
nieres de faire prouffitent a lenfant: cestas⸗
65
sauoir au ieune et a lancien. Et que celle
66
chose mesme qui a prouffite a la mere aide
67
et prouffite a lancien. Et en leur manie⸗
68
re de faire nest point necessite de regar⸗
69
der les causes des choses et les elemens
70
Ne les forces et puissances de nature Et
71
par tant vient que ceste medecine foule
72
la personne et tue: car vieille qui se dit me
73
decine dissoult toutes diuerses maladies
74
en vne herbe que par aduenture on luy a
75
donnee: et dit quelle est venue de thessale
76
ou du dyable de vauuert. O fol cirur
77
gien qui ne vses que dung emplastre et
78
es semblable a vng coucou qui iamais
79
ne chante que vne chanson. Qui ta aprins
80
et enseigne dung emplastre ou alabastre
81
preuenir a toutes maladies: il est impos⸗
82
sible Mais le medecin sans art et experi
83
ence est ainsi que celluy qui veult estre pa
84
tron du conseil et ne scait rien conseillier.
85
Et pource ne te dy point medecin ou aprens
86
a medeciner: ou soyes medecin et fol en⸗
87
semble.
GW5065/B55
f5r
¶Des inſcauens et folʒ medicins.
1
¶Aultre ſatyꝛe par laquelle ſont repꝛīs
2
les folʒ qui ſe diſent et contrefont les me
3
decins et ſi ne congnoient que ce de
4
coꝛps humaī de la nature des herbes ⁊ aul
5
tres medecines parquoy ilʒ ſōt mocqueʒ ⁊
6
deſpꝛiſeʒ de gens congnoians. Dont dit
7
le pꝛolude.Qui ſeoꝛce donner aux mala⸗
8
des tremblans ſante et en eulx eayer lart
9
de medeci ne:ct touteſfoys de ſa main non
10
enſeignee il ne les ſcait medeciner: car il e
11
ſans art ⁊ ſi ne ſcait les foꝛces de nature et
12
les herbes:il e mocquable fol et ridicule
13
demeure. Et de cee follie oultrecuidee
14
aduient ſouuēt que pluſieurs ſimples gēs
15
qui ſe fient a iceulx folʒ medecins ſe trou⸗
16
uent mal ⁊ en meurent.Dont met leſcriptu
17
re.Jacoit que au medecin la venue de moꝛ
18
talite ne doyue point ere imputee.Tou⸗
19
teſfoys la faulte de ſon experiēce e anom
20
bꝛee auecques la culpe quant il luy donne
21
medecine nuiſāte:ou quil ne luy baille pas
22
a heure et a temps.Et pourtant aux mede
23
cins ſeullement appartient et e dꝛoit de
24
occire vng homme ſans pugnition.Pour⸗
f5v

25
ce dit vng commun pꝛouerbe.Du medecin
26
non cōgnoiant en ſon art.De viāde deux
27
foys cuite et de la mauuaiſe fēme ſeigneur
28
dieu vueilles nous deliurer.
29
JCy aui que les aultres folʒ
30
pꝛecedens monter pourra en
31
nore curre et poꝛter mainte
32
nant les carbaſes de la nef
33
ultifere quicōques ſans ex
34
perience viſite celluy quil voit greue ou la⸗
35
bourant par moꝛt.Et luy dit. Actens et en
36
dure tant que ie regarde les enſeignemens
37
de mes liures parquoy ie te puie bien ⁊ re
38
gulierement garir.Et ainſi durant que le
39
medecin retourne a la maiſon Scrute ⁊ en
40
qiert les choſes conceues en ſon liure les
41
vrayes diſpoſitiōs de moꝛt foullent le ma
42
lade tant quil meurt Expire ſon ame ⁊ ſōt
43
deflieʒ les membꝛes de ſon coꝛps. Et ainſi
44
trop tardiue a ee la medelle du medecin.
45
Car pluſieurs ſeffoꝛcent de traicter lart de
46
medecine qui totalement rien ne ſcauent .
47
Pourtant quilʒ ne voluent pas et tournēt
48
les liures ou les ars que trouua Eſculapiꝰ
49
et ne liſent point les enſeignemēs de meſue
50
Ne de auicēne qui nenſeigne point aux me
51
decins tāt vains enſeignemens.Tu aui
52
ſaige galiē ne nourriʒ telʒ medecīs. Mais
53
les folʒ medecins qui ſans ſcience dient qlʒ
54
feront raige apꝛennent leurs medicamens
55
ou liure des herbes qui e vne grāde ſuper
56
icion dont les faulx enſeignemens ſōt pa
57
tens et manifees.Et de ce faulx medica⸗
58
ment les vielles donnent luſaige mauuais
59
et les ſuyt par tout haiuement la tourbe
60
des gens.Car ilʒ pꝛomettent garir toutes
61
douleurs par toutes heures:par lieux et ꝑ
62
iours.Et diſent que leurs collyꝛes bꝛeua⸗
63
gesemplares:ou aultres abuſiues ma⸗
64
nieres de faire pꝛouffitent a lenfant:ceaſ⸗
65
ſauoir au ieune et a lancien. Et que celle
66
choſe meſme q a pꝛouffite a la mere aide
67
et pꝛouffite a lancien.Et en leur manie⸗
68
re de faire ne point neceite de regar⸗
69
der les cauſes des choſes et les elemens
70
Ne les foꝛces et puiances de nature Et
71
par tant vient que cee medecine foule
72
la perſonne ⁊ tue:car vieille qui ſe dit me
73
decine dioult toutes diuerſes maladies
74
en vne herbe que par aduenture on luy a
75
donnee:et dit quelle e venue de theale
76
ou du dyable de vauuert. O fol cirur
77
gien qui ne vſes que dung emplare et
78
es ſemblable a vng coucou qui iamais
79
ne chante que vne chanſon.Qui ta apꝛīs
80
et enſeigne dūg emplare ou alabare
81
pꝛeuenir a toutes maladies:il e impoſ⸗
82
ſible Mais le medecin ſans art ⁊ experi
83
ence e aīſi que celluy qui veult ere pa
84
tron du conſeil et ne ſcait rien conſeillier.
85
Et pource ne te dy poīt medecī ou apꝛēs
86
a medeciner:ou ſoyes medecin et fol en⸗
87
ſemble.

6
Artem qui me⸗
dicam tremu
lis. etc.

16
Licet medi
co euentus. etc.

29
Hic etiam
nostram poterit
etc.

46
Non voluunt
libros. etc.

57
Et vetule pre
stant prauum.
etc.

76
O cucule em
plastro quis
te. etc.