GW5065/B64
g5r
¶Des conditions courroux
et grandes mauluaitiez des
femmes.
1
¶Ensuyt vne aultre satyre pour repren⸗
2
dre la follie des femmes iracondieuses. Et
3
les compare a celle qui monte sur vng asne
4
simple et rude: et tant le bat quelle le fait re⸗
5
stif. Et oultre se aucun homme monte dessus
6
elle est si despite quelle se pend a la queue
7
de lasne pour le arrester. Pourtant dit le pro
8
lude. Aucuns hommes sont qui souuent de
9
sireroyent cheuauchier asnes se premier fem
10
me ny eust monte: mais pourtant que fem
11
me tourmente lasne et precipite il fault que tous
12
iours la poure beste obeisse au genre femi⸗
13
nin. Pource demande lescripture. Qui est
14
ce qui trouuera vne bonne femme. pour cer⸗
15
tain le pris delle est loing de ses parties. Et
16
mieulx vault habiter en terre deserte que
17
auecques femme noisiue et iracondieuse.
18
Pareillement demeurer auecques le lyon
19
et le dragon plaira plus a lhomme que han
20
ter et habiter auecques vne mauuaise fem⸗
21
me. Car toute malice du monde est briefue
22
et petite au regard de la malice dune fem⸗
23
me. Et nest aucune ire sur lire de femme par
24
quoy elle est moult a doubter.
25
MAintenant vouldroyent mes
26
dictiez et chans louer le femi
27
nin genre plus que aultre cho
28
se mais la cause mauuaise
29
me meut. Et se nature qui me
30
incline de les priser neye que ie face aucune
31
chose contre elles lindignation que iay de
32
leur mauuaitie fait le vers. Car la mau⸗
33
uaise femme ne me seuffe point taire aucu
34
ne chose que ie nen die verite. Tousiours
35
aymeray louer et commander les bonnes
g5v

36
femmes: mais par vers et satyre il est de⸗
37
cent blasmer et dilacerer les mauuaises: car
38
cest lhonneur des bonnes que les mauuai⸗
39
ses soyent reprinses de leurs maulx. A la⸗
40
quelle chose dicter me fait seur et plus ap⸗
41
pareillee ce que nulle saige femme ne lira
42
ceste satyre. Ie suis seur que cornelie mere
43
des grecz ne lira iamais ces vers icy: nul⸗
44
le femme diserte aussi. pourtant ie mettray
45
hors et demonstreray mon intention de plus
46
hardy regard. loueray les iustes et blasme
47
ray les mauuaises. Car la femme qui est
48
nourrie du ioyeux lait de saigesse et de pru⸗
49
dence et que honneur auecques preudhom⸗
50
mie delecte ne chiet pas. facillement a vice
51
puant ne a meurs honteuses ou essaye que
52
cest de honte et de pechie. Veritablement la
53
femme iuste et bonne adoulcist aucuneffoys
54
le mary courrousse: et rapaise son ire. Ainsi
55
assuere auoit mande tous les hebreux
56
estre occis: cestassauoir les hommes tous
57
esgorgiez. Mais hester rappaisa par doul
58
ces parolles le couraige du roy qui moult
59
estoit courrousse. Pareillement le bon roy
60
Dauid desprise de nabal fut moult cour
61
rousse et proposa de le faire mourir pour
62
tant que ledit Nabal auoit reffuse luy en
63
uoyer des viures. Mais il fut doulcement
64
rapaise par vne saige femme nommee
65
Abygail femme dudit nabal. Ainsi la cha
66
ste femme donne bon conseil et nobles
67
meurs. Mais la mauuaise ne engendre
68
point bons veux ainsi que nous trouuons
69
en lexemple de salomon qui fut infait par
70
le mauuais conseil des femmes et telle⸗
71
ment abuse quil ydolatra et adora les
72
faulx dieux a ses grans dommaiges hon⸗
73
tes et deshonneurs. Femme iangleresse est
74
tousiours preste de profonder et respandre
75
voix et desire sans fin parler cruelles
76
parolles Pieris dont les poetes disent
77
estre descendus iadis engendra innom⸗
78
brables poussins lesquelz femme qui est
79
pie loquace a respandu par tout. Pource
80
pere diuin roy du ciel et conditeur du mon
81
de: ie te prie deliure nous de la faulse et mau
82
uaise femme Car la garrulle tourbe des
83
femmes est semblable aux pies. Car la mau
84
uaise femme garrit/ se complaint/ se tempe
85
ste/ et forcene. La femme qui tousiours aux
86
heures de la nuit litige et ne souffre point
87
paix estre en son lit: elle murmure et comme
88
mal saine blatist et grumelle entre ses dens
89
tacites murmures et comme trop moleste a
90
son mary litige et se debat. Et veritablement
91
femme souuent est si maligne et obstinee que
92
cuidant estre bien saige elle commande tous⸗
93
iours a son mary. Et se son mary est bon ne
94
souffrira point les doctrines et enseignemens
95
de luy. Et sil est paisible elle vouldra ten⸗
96
ser et ne tiendra aucuns de ses veux ou de
97
sirs. Ainsi souuent chiet le iuste mary en dom
98
maiges a craindre lesquelz luy enfante la
99
langue de sa folle femme. Et de ce nous auons
100
exemple de Amphion conditeur de la haul
101
tesse de thebes il fut occis et par mort plora
102
les crimes de sa femme nyobes qui laccusa
103
faulsement de vouloir trair le pais. Et si
g6r

Fueillet. xlii
104
cestoit droit de parler iusques la on deuroit
105
escripre que calphurnie ne fist pas grant
106
honneur aux femmes quant en plain con⸗
107
sistoire ou les femmes estoyent pour lors
108
appellees en conseil comme les hommes elle
109
monstra au iuge son cul tout a descouuert
110
pour luy faire despit et aux assistens par
111
quoy adoncques fut dit que femmes ne auroyent
112
plus de audience es conseilz de iustice. Et
113
ne concite ou esmeut es terres ire aucunes
114
choses ayans ame et crees tant comme elle
115
fait le genre feminin. Et adoncques que vne
116
femme se forcene demenee par mauuaise fu
117
reur et ou il nya point de fiance elle surmon
118
te lire de la cruelle lyonne et est plus terrible
119
telle femme que vng tygre quant il suyt ses
120
enfans que on luy a ostez. Et de ce nous don
121
ne exemple medee couroussee laquelle par
122
fureur coupa la gorge a ses enfans quant
123
elle congneust que iason auoit prins aultre
124
femme quelle apres que par son conseil il
125
eust conquis la toyson dor estant en lisle
126
de colchos. Aultre exemple semblablement
127
nous donnera la mauuaise prognes qui par
128
despit de son mary tua son enfant en rostit
129
les membres et en presenta au pere pour men
130
gier. Et nestoit que Iuuenal le tressaige
131
rapporte tous les crimes que femme souuent
132
scait faindre et les malices. Aucunesfoys ie
133
vouldroye ramener a memoire les antiques
134
et vetustes facons et coustumes des femmes
135
et reciter les grandes fraudes et deceptions
136
du genre feminin. Car le cueur dune femme
137
est plus espineux et plain daguillons poi⸗
138
gnans que toutes herbes. Tousiours senfle
139
de fiel et de amertume tant que le cueur la
140
poictrine et les membres luy en doulent. Et ne
141
demeure rien qui ne soit touchie de la puan
142
te orde et infame bouche de femme. Car tou
143
tes celles qui sont de ceste mauuaise condi⸗
144
cion parturbent les meurs des hommes et se
145
lhomme estoit bon elles le feroyent mauuais
146
Perturbent aussi les alliances traictiez ou
147
appointemens/ Les droictz et la foy: si que
148
quant ores seroit que le mary eust selon droit
149
promis sa foy a aultruy pour aucune pac⸗
150
tion sil ne plaist a la mauuaise femme con
151
trainct sera le poure mary de desdire sa pa
152
ction et souuent sa foy periurer. Les mau⸗
153
uaises femmes fedent et ordissent la sacree
154
chambre de mariage. Et combien que Iuno
155
soit pronube et dicte dame des espousees si
156
ne fait elle pas que les mauuaises femmes
157
ne facent contre le droit de la loy deffendue
158
Car iamais femme ne veult estre loyalle
159
compaigne de lhomme qui est son mary pour
160
ueu quelle soit mauuaise. Elle porte vng
161
grant sourcil cestassauoir vng grant orgueil
162
de regartEuacue les bourses de deniers
163
Contere et gaste tous les sens: et ne pense rien
164
aux faitz de la maison. Trois choses sont
165
qui sollicitent la terre et la mer: et le quart que
166
ne peult souffrir terre ne mers aucunes.
167
Premierement le seruiteur qui deuient sei⸗
168
gneur grant maistre et patron combien quil
169
se enorgueillisse et soit fort mauuais si le
170
souffre la terre ou la mer. Secondement vng
171
fol qui est tousiours saoul ou yure. Tier⸗
172
cement la femme furieuse en mariage dont
173
lire rauist les precordes et luy oste les iuge
174
mens de raison. Et le quart qui tous les aul⸗
175
tres supere: cest la chamberiere qui est faicte
176
heritiere de sa dame: cestassauoir qui apres
177
la mort de sa maistresse espouse son maistre
178
Ou qui durant la vie de sa maistresse sert le
179
maistre et occupe le lit de sa dame. Mais
180
maintenant ie desire me taire de telle femme
181
qui donne a lhomme cruelz venins en ses breu
182
uages: car telle est que fut la puissance agri
183
pine qui son mary empoisonna ou daussi
184
mauuaise pensee que celles que la saige pa
185
gine satyrique de Iuuenal note. Maintenant
186
les bellides par leur occursion espouantent
187
les cueurs des hommes: cestassauoir les hom⸗
188
mes craignent rencontrer femmes daussi
189
cruel couraige que les bellides ou danaydes
190
qui furent cinquante seurs filles de danaus
191
filz de belleis et frere de egisteus. Et ainsi que
192
on treuue aux hystoires: cestuy Egisteus
193
auoit cinquante filz ainsi que son frere Da⸗
194
naus auoit cinquante filles: et pource vou
195
lut les marier ensemble. Et de fait ainsi fut
196
acorde Mais le dyable qui est chief de tout
197
mal par la response dune ydole fist dire a
198
Danaus quil seroit occis par lenfant dune
199
de ses filles. Ainsi Danaus voulant obuier
200
a ceste signification suborna ses filles qui
201
toutes en vng iour furent espousees: telle⸗
g6v

202
ment que la premiere nuit de leurs nopces
203
elles tuerent toutes leurs maris: fors lune
204
la plus ieune nommee ypermestre laquelle
205
eust pitie de son mary lynus a qui elle saul
206
ua la vie et le garda. Mais ainsi ne fist pas
207
la faulse Cytimnestre qui apres quelle
208
se fut habandonnee a egistus quant son ma
209
ry agamenon fut reuenu de la bataille de
210
troye elle lempoisonna. Et ainssi est a crain
211
dre toute mauuaise femme. Car mainte⸗
212
nant les femmes telles que lucresse iointes
213
a leurs maris en honnestes chambres sont
214
cler semees. Mais thais la desloyalle a
215
maintenant ses parties ou monde Et a tart
216
vient que porcie soit ioincte a cathon cestas⸗
217
sauoir que homme treuue vne si saige fem
218
me que cesar trouua quant porcie espousa
219
qui estoit fille de cathon et apres ce quelle
220
ouyt dire que son mary auoit este tue en trai⸗
221
son renoncant iamais a aultre se marier
222
se tua et pource faire en faulte de glayue:
223
charbons tous ardans en sa gorge aua⸗
224
la. Maintenant ne se marie a gueres dhom⸗
225
mes la chaste sabine qui belle fut par ex
226
cellence: mais de paour desmouuoir la
227
concupiscence des hommes en lardeur delle
228
tousiours se veloit et couuroit sa beaul⸗
229
te. Ainsi bien eureux a ceste est et sera qui
230
a peu peut ou pourra tenir femme tous⸗
231
iours preste a son bon desir: et continuer
232
chaste le lit de mariage.
GW5065/B64
g5r
¶Des conditions courroux
et grandes mauluaitieʒ des
femmes.
1
¶Enſuyt vne aultre ſatyꝛe pour repꝛen⸗
2
dre la follie des femmes iracondieuſes.Et
3
les compare a celle qui monte ſur vng aſne
4
ſimple et rude:⁊ tant le bat quelle le fait re⸗
5
if.Et oultre ſe aucū homme mōte deus
6
elle e ſi deſpite quelle ſe pend a la queue
7
de laſne pour le arreer. Pourtant dit le ꝓ
8
lude.Aucuns hommes ſont qui ſouuent de
9
ſireroyent cheuauchier aſnes ſe pꝛemier fē
10
me ny eu monte:mais pourtant que fem
11
me tourmente laſne ⁊ cipite il fault  touſ
12
iours la poure bee obeie au genre femi⸗
13
nin.Pource demande leſcripture. Qui e
14
ce qui trouuera vne bōne femme.pour cer⸗
15
tain le pꝛis delle e loīg de ſes parties. Et
16
mieulx vault habiter en terre deſerte que
17
auecques femme noiſiue et iracondieuſe.
18
Pareillement demeurer auecques le lyon
19
et le dragon plaira plus a lhomme que hā
20
ter ⁊ habiter auecques vne mauuaiſe fem⸗
21
me.Car toute malice du mōde e briefue
22
et petite au regard de la malice dune fem⸗
23
me.Et ne aucune ire ſur lire de femme ꝑ
24
quoy elle e moult a doubter.
25
MAintenāt vouldroyent mes
26
dictieʒ et chans louer le femi
27
nin genre plꝰ que aultre cho
28
ſe mais la cauſe mauuaiſe
29
me meut. Et ſe nature q me
30
incline de les pꝛiſer neye que ie face aucune
31
choſe contre elles lindignation que iay de
32
leur mauuaitie fait le vers. Car la mau⸗
33
uaiſe femme ne me ſeuffe point taire aucu
34
ne choſe que ie nen die verite.Touſiours
35
aymeray louer et commander les bonnes
g5v

36
femmes:mais par vers et ſatyꝛe il e de⸗
37
cēt blaſmer et dilacerer les mauuaiſes:car
38
ce lhonneur des bonnes que les mauuai⸗
39
ſes ſoyent repꝛinſes de leurs maulx.A la⸗
40
quelle choſe dicter me fait ſeur et plus ap⸗
41
pareillee ce que nulle ſaige femme ne lira
42
cee ſatyꝛe. Je ſuis ſeur que coꝛnelie mere
43
des grecʒ ne lira iamais ces vers icy: nul⸗
44
le femme diſerte aui.pourtant ie mettray
45
hoꝛs et demonreray mon intētion de plꝰ
46
hardy regard.loueray les iues ⁊ blaſme
47
ray les mauuaiſes. Car la femme qui e
48
nourrie du ioyeux lait de ſaigee ⁊ de pꝛu⸗
49
dence ⁊ que honneur auecques pꝛeudhom⸗
50
mie delecte ne chiet pas. facillement a vice
51
puant ne a meurs honteuſes ou eaye que
52
ce de honte ⁊ de pechie.Veritablement la
53
fēme iue ⁊ bonne adoulci aucuneffoys
54
le mary courroue:et rapaiſe ſon ire. Aīſi
55
auere auoit mande tous les hebꝛeux
56
ere occis:ceaauoir les hommes toꝰ
57
eſgoꝛgieʒ.Mais heer rappaiſa ꝑ doul
58
ces parolles le couraige du roy q moult
59
eoit courroue.Pareillemēt le bō roy
60
Dauid deſpꝛiſe de nabal fut moult cour
61
roue et pꝛopoſa de le faire mourir pour
62
tant que ledit Nabal auoit reffuſe luy en
63
uoyer des viures.Mais il fut doulcet
64
rapaiſe par vne ſaige femme nommee
65
Abygail fēme dudit nabal. Ainſi la cha
66
e femme donne bon conſeil et nobles
67
meurs.Mais la mauuaiſe ne engendre
68
point bons veux ainſi que noꝰ trouuōs
69
en lexemple de ſalomon qui fut infait ꝑ
70
le mauuais conſeil des femmes et telle⸗
71
ment abuſe quil ydolatra ⁊ adoꝛa les
72
faulx dieux a ſes grās dommaiges hō⸗
73
tes ⁊ deſhonneurs. Fēme iangleree e
74
touſiours e de pꝛofonder ⁊ reſpandre
75
voix et deſire ſans fin parler cruelles
76
parolles Pieris dont les poetes diſent
77
ere deſcendus iadis engendra innom⸗
78
bꝛables pouins leſquelʒ femme qui e
79
pie loquace a reſpandu par tout.Pource
80
pere diuin roy du ciel et conditeur du mō
81
de:ie te pꝛie deliure noꝰde la faulſe ⁊ mau
82
uaiſe fēme Car la garrulle tourbe des
83
femmes e ſēblable aux pies.Car la mau
84
uaiſe femme garritſe complaintſe tempe
85
e⁊ foꝛcene.La femme qui touſiours aux
86
heures de la nuit litige et ne ſouffre point
87
paix ere en ſon lit:elle murmure ⁊ cōme
88
mal ſaine blati ⁊ grumelle entre ſes dens
89
tacites murmures et cōme trop molee a
90
ſon mary litige ⁊ ſe debat.Et veritablet
91
femme ſouuent e ſi maligne ⁊ obinee 
92
cuidant ere bien ſaige elle cōmāde touſ⸗
93
iours a ſon mary.Et ſe ſon mary e bō ne
94
ſouffrira poīt les doctrines ⁊ enſeignemēs
95
de luy.Et ſil e paiſible elle vouldra ten⸗
96
ſer et ne tiendra aucuns de ſes veux ou de
97
ſirs.Ainſi ſouuēt chiet le iue mary en d ō
98
maiges a craindre leſquelʒ luy enfante la
99
langue de ſa folle fēme. Et de ce noꝰ auōs
100
exemple de Amphion conditeur de la haul
101
tee de thebes il fut occis ⁊ par moꝛt ploꝛa
102
les crimes de ſa femme nyobes q laccuſa
103
faulſement de vouloir trair le pais. Et ſi
g6r

Fueillet. xlii
104
ceoit dꝛoit de parler iuſques la on deuroit
105
eſcripꝛe que calphurnie ne fi pas grant
106
honneur aux femmes quant en plain con⸗
107
ſioire ou les femmes eoyent pour loꝛs
108
appellees en conſeil cōme les hommes elle
109
monra au iuge ſon cul tout a deſcouuert
110
pour luy faire deſpit ⁊ aux affiens par
111
quoy adoncs fut dit q̄ fēmes ne auroyēt
112
plus de audience es conſeilʒ de iuice. Et
113
ne concite ou eſmeut es terres ire aucunes
114
choſes ayans ame ⁊ crees tant comme elle
115
fait le genre feminin. Et adoncques  vne
116
femme ſe foꝛcene demenee par mauuaiſe fu
117
reur et ou il nya poīt de fiance elle ſurmon
118
te lire de la cruelle lyōne ⁊ e plus terrible
119
telle femme que vng tygre quāt il ſuyt ſes
120
enfans que on luy a oeʒ. Et de ce noꝰ dō
121
ne exemple medee courouee laquelle par
122
fureur coupa la goꝛge a ſes enfans quant
123
elle congneu que iaſon auoit pꝛīs aultre
124
femme quelle apꝛes que par ſon conſeil il
125
eu conquis la toyſon doꝛ eant en liſle
126
de colchos.Aultre exemple ſemblablemēt
127
nous donnera la mauuaiſe pꝛognes qui ꝑ
128
deſpit de ſon mary tua ſon enfant en roit
129
les membꝛes et en pꝛeſēta au pere pour mē
130
gier. Et neoit que Juuenal le treaige
131
rappoꝛte tous les crimes  femme ſouuēt
132
ſcait faindꝛe ⁊ les malices.Aucuneſfoys ie
133
vouldroye ramener a memoire les antis
134
et vetues facons ⁊ couumes des fēmes
135
et reciter les grandes fraudes ⁊ deceptiōs
136
du genre feminin.Car le cueur dune fēme
137
e plus eſpineux ⁊ plain daguillons poi⸗
138
gnās  toutes herbes. Touſiours ſenfle
139
de ficl ⁊ de amertume tant que le cueur la
140
poictrine ⁊ les mēbꝛes luy en doulēt.Et ne
141
demeure rien qui ne ſoit touchie de la puan
142
te oꝛde ⁊ infame bouche  femme. Car tou
143
tes celles qui ſont de cee mauuaiſe condi⸗
144
cion ꝑturbent les meurs des hommes ⁊ ſe
145
lhōme eoit bon elles le feroyēt mauuais
146
Perturbēt aui les alliances traictieʒ ou
147
appointemens Les dꝛoictʒ ⁊ la foy:ſi que
148
quāt oꝛes ſeroit que le mary eu ſelō dꝛoit
149
pꝛomis ſa foy a aultruy pour aucune pac⸗
150
tion ſil ne plai a la mauuaiſe femme con
151
trainct ſera le poure mary de deſdire ſa pa
152
ction et ſouuent ſa foy periurer.Les mau⸗
153
uaiſes femmes fedent ⁊ oꝛdient la ſacree
154
chambꝛe de mariage.Et cōbien que Juno
155
ſoit pꝛonube ⁊ dicte dame des eſpouſees ſi
156
ne fait elle pas que les mauuaiſes fēmes
157
ne facent contre le dꝛoit de la loy deffendue
158
Car iamais femme ne veult ere loyalle
159
compaigne de lhōme q e ſon mary pour
160
ueu quelle ſoit mauuaiſe. Elle poꝛte vng
161
grāt ſourcil ceaauoir vng grāt oꝛgueil
162
de regartEuacue les bourſes de deniers
163
Cōtere ⁊ gae tous les ſens:⁊ ne penſe riē
164
aux faitʒ de la maiſon. Trois choſes ſōt
165
qui ſollicitent la terre ⁊ la mer:et le quart q̄
166
ne peult ſouffrir terre ne mers aucunes.
167
Pꝛemierement le ſeruiteur qui deuient ſei⸗
168
gneur grant maire ⁊ patron cōbien quil
169
ſe enoꝛgueillie et ſoit foꝛt mauuais ſi le
170
ſouffre la terre ou la mer.Secōdemēt vng
171
fol qui e touſiours ſaoul ou yure.Tier⸗
172
cement la femme furieuſe en mariage dōt
173
lire raui les pꝛecoꝛdes ⁊ luy oe les iuge
174
mens de raiſon.Et le quart q tous les aul⸗
175
tres ſupere:ce la chamberiere q e faicte
176
heritiere de ſa dame:ceaffauoir qui apꝛes
177
la moꝛt de ſa maireffe eſpouſe ſō maire
178
Ou qui durāt la vie de ſa mairee ſert le
179
maire ⁊ occupe le lit de ſa dame. Mais
180
maintenant ie deſire me taire de telle fēme
181
qui dōne a lhōme cruelʒ venins en ſes bꝛeu
182
uages:car telle e que fut la puiāce agri
183
pine qui ſon mary empoiſonna ou daui
184
mauuaiſe penſee que celles que la ſaige pa
185
gine ſatyꝛique de Juuenal note.Maītenāt
186
les bellides par leur occurſion eſpouantēt
187
les cueurs des hōmes:ceaauoir les hō⸗
188
mes craignent rencontrer femmes daui
189
cruel couraige  les bellides ou danaydes
190
qui furent cinquāte ſeurs filles de danaus
191
filʒ de belleis ⁊ frere de egieus.Et ainſi q̄
192
on treuue aux hyoires: ceuy Egieus
193
auoit cinquāte filʒ ainſi que ſon frere Da⸗
194
naus auoit cinquante filles:et pource vou
195
lut les marier enſemble.Et de fait aīſi fut
196
acoꝛde Mais le dyable qui e chief de tout
197
mal par la reſponſe dune ydole fi dire a
198
Danaus quil ſeroit occis par lenfant dune
199
de ſes filles.Ainſi Danaus voulāt obuier
200
a cee ſignification ſuboꝛna ſes filles qui
201
toutes en vng iour furent eſpouſees: telle⸗
g6v

202
ment que la pꝛemiere nuit de leurs nopces
203
elles tuerent toutes leurs maris:foꝛs lune
204
la plꝰ ieune nommee ypermere laquelle
205
eu pitie de ſon mary lynus a qui elle ſaul
206
ua la vie ⁊ le garda.Mais ainſi ne fi pas
207
la faulſe Cytimnere qui apꝛes quelle
208
ſe fut habandōnee a egius quant ſon ma
209
ry agamenon fut reuenu de la bataille de
210
troye elle lempoiſonna.Et aini e a craī
211
dre toute mauuaiſe femme. Car mainte⸗
212
nant les femmes telles que lucree iointes
213
a leurs maris en honnees chambꝛes ſont
214
cler ſemees. Mais thais la deſloyalle a
215
maintenāt ſes parties ou monde Et a tart
216
vient que poꝛcie ſoit ioīcte a cathon ceaſ⸗
217
ſauoir que homme treuue vne ſi ſaige fem
218
me que ceſar trouua quant poꝛcie eſpouſa
219
qui eoit fille de cathon et apꝛes ce quelle
220
ouyt dire  ſon mary auoit ee tue en trai⸗
221
ſon renoncant iamais a aultre ſe marier
222
ſe tua et pource faire en faulte de glayue:
223
charbons tous ardans en ſa goꝛge aua⸗
224
la.Maintenāt ne ſe marie a gueres dhō⸗
225
mes la chae ſabine qui belle fut par ex
226
cellence:mais de paour deſmouuoir la
227
concupiſcēce des hōmes en lardeur delle
228
touſiours ſe veloit et couuroit ſa beaul⸗
229
te.Ainſi bien eureux a cee e ⁊ ſera qui
230
a peu peut ou pourra tenir femme touſ⸗
231
iours pꝛee a ſon bon deſir:et continuer
232
chae le lit de mariage.

8
Sunt pleri⸗
que mares.
etc.

13
Mulierem
bonam quis in
ueniet. etc.

24
Femineum
laudare ge
nus mea. etc.

34
Commenda⸗
re bonas
etc.

46
Femina que
sophie. etc.

54
Exemple.

55
Rex quon⸗
dam assuerus.
etc.

67
Consilio sa⸗
lomon. etc.

78
Erue diue
pater. etc.

99
Amphion te
stis theba⸗
ne. etc.

114
Femina dum
insanit. etc.

130
quod nisi perdo⸗
ctus iuuena⸗
lis. etc.

139
Nil manet
intactum. etc.

153
Et fedant
thalamum
etc.

164
Sunt tria
sollicitant.
etc.

179
At modo de ta
li etc.