GW5065/B73
h6v
¶De lestat et abus spirituel.
1
¶Ensuyt vne aultre satyre contre les folz
2
qui sans litterature desirent et appetent estre
3
ditz clercz pour auoir et obtenir les digni⸗
4
tez de leglise ce qui ne leur appartient. Et
5
sont comparez a ceulx qui vont a romme
6
pour seruir quelque cardinal a estrillier ses
7
mulles ou ses asnes. Et puis pour leur sa⸗
8
laire sont faitz prestres pourueuz en quelque
9
cure de ames sans rien scauoir: et trop
10
mieulx vaulsist quilz fussent a la charrue
11
ou a garder les pourceaux. Les aultres se
12
mettent ieunes en religion et laissent le mon
13
de sans consideration. Et puis finablement
14
se repentent et en sont marriz. Dont met le
15
prolude. Voicy plusieurs qui appetent lestat
16
spirituel et ordre de leglise tant comme ilz
17
sont ieunes et en leurs premiers ans qui sont
18
folz: car finablement leur poise viure et auoir
19
le monde laisse. Pource dit lescripture icy
i1r

Fueillet. xlix
20
amenee et faicte pour vng ieune homme que
21
ses parens incitoyent souuent daler a rom
22
me pour estre prestre et auoir des benefices
23
et il leur respondoit. Que feuiy ie a romme
24
ie ne scay gouuerner les mules selon la me
25
sure quil leur fault Et toutesfoys se ie al⸗
26
loy a romme pour seruir et estre prestre ce
27
la seroit requis/ Car ceulx qui mieulx
28
estrillent les mulles ou les cheuaulx sont
29
ceulx qui emportent tous les grans bene⸗
30
fices Et saiches clerc qui ne congnois ne
31
scais que cest que de droit et de honneur
32
plus conuenable te est la charrue que lor⸗
33
dre saincte: et y feroyes mieulx ton sauue⸗
34
ment. Ceste satyre doyuent bien conside⸗
35
rer les prestres de maintenant et les prelatz
36
qui tant en fontcar cest a leur grant des⸗
37
honneur.
38
REste encore aucune chose di
39
gne de nostre ditie cestassa⸗
40
uoir destre mise en satyre/
41
car telle chose a coustume de
42
tenir lieu en la nef folle/ cest
43
que maintenant tout homme voue
44
ses enfans aux sainctz autelz Et veult cha
45
cun rustique et paysant auoir vng prestre
46
en sa maison soit son filz ou son nepueu Non
47
pas en ce propos quil honnore droictement
48
les choses sacrees du souuerain tonnant.
49
Mais affin que celluy filz ou nepueu toute
50
sueur et trauail laisse et mis arriere ductite
51
et meine vie quiete et a repos et quil veille
52
aux maulx illecebres Car ainsi que on voyt
53
communement plusieurs tant religieux que
54
prestres seculiers qui sont aiseement nour⸗
55
ris se adonnent aux vices et lasciuetez par
56
faulte de exercice et par trop grande nour
57
riture Mais le fol prins de ceste erreur ne
58
cure ou pense point de lame ne le salut de sa pen
59
see mais seulement luy plaisent les gaingz
60
sordides et vilains des choses spirituel⸗
61
les qui ne luy appartiennent et quil ne a
62
pas meritez. Maintenant rien ne ayde
63
doctrine/ Car mortelle petune qui est prin⸗
64
cesse des folz inuertist les choses de dieu
65
sacrees et les maisons sacrifiques Par
66
tant que lordre sacerdotale est perturbee de
67
tout fol et ainsi tousiours pas a pas chiet
68
lhonneur de la religion. Et certainement quant
69
Nume pompee sacra les prestres aux pre⸗
70
miers temples ilz nestoient pas telz que ceulx
71
de maintenant et car en toutes choses leur
72
vie fut entiere et sans corruption Et est la
73
coulpe et faulte de leuesque de vendre les
74
honneurs diuins et pour argent faire prestres
75
qui ne lont pas merite/ mais ia est la chose
76
acoustumee aux folz hommes et pestiferes
77
O miserables hommes quelle fureur compelle
78
les choses sacrees et mistiques aller a vous
79
prophanes et mauuais Ie vous prie portez
80
voz mains loing de ce et ny atouchez/ car
81
point ne vous appartient Et nest es terres
82
maintenant estat plus damnable que le sacer⸗
83
dotal. O par quelle religion purite de corps et
84
deuotion de pensee ilz honnorent a present
85
les dieux et les choses celestes. Point
86
nest besoing que ie memore les freres
i
i1v

87
ou religieux portans les colz aux cuculles
88
subduytes et qui ordinairement en leurs
89
cloistres ont concubines auecques soy la
90
ou ilz polluent leurs bouches et mains
91
puis irreuerentement et sans crainte en vont
92
manier les vesseaulx de lautel et qui plus
93
est le corps de Iesucrist ou administrer au
94
cuns sacremens O sacerdotal ordre tant tu
95
vaulx maintenant meschamment Iadis
96
sainct augustin auoit donne a ses confreres re
97
ligieux auecques pitie et bonte les salubres ma
98
nieres de viure que maintenant les moynes
99
gardent par coustume sinistre et tout au contrai⸗
100
re Ainsi augustin maintenant pou valent tes
101
escriptz et solennelz enseignemens et main⸗
102
tenant ne vouent point noz siecles telz pre⸗
103
stres que mosses establit ou premier temps
104
que furent prestres faitz Car ie confesse que
105
ceulx qui sont sans quelque doctrine ou sci
106
ence maintenant suyuent les gras veux et
107
possedent les bons benefices et cueuure la
108
tourbe sordide et vilaine leglise de dieu qui
109
est sacree Mais apres leurs mors et desti
110
nees ilz verront que cest dauoir gouuer⸗
111
ne et regi eglise et nauoir pas honnore les
112
bonnes meurs mais du tout tire a laua
113
rice et aux aultres meschansetez vilaines
114
a hommes deglise qui sont sacrez et ont cu
115
res de ames et deussent estre lexemple des
116
aultres.
GW5065/B73
h6v
¶De leat et abus ſpirituel.
1
¶Enſuyt vne aultre ſatyꝛe contre les folʒ
2
qui ſans litterature deſirēt ⁊ appetēt ere
3
ditʒ clercʒ pour auoir ⁊ obtenir les digni⸗
4
teʒ de legliſe ce qui ne leur appartient. Et
5
ſont compareʒ a ceulx qui vont a romme
6
pour ſeruir quel cardinal a erillier ſes
7
mulles ou ſes aſnes.Et puis pour leur ſa⸗
8
laire ſōt faitʒ pꝛeres pourueuʒ en quel
9
cure de ames ſans rien ſcauoir: et trop
10
mieulx vaulſi quilʒ fuent a la charrue
11
ou a garder les pourceaux.Les aultres ſe
12
mettent ieunes en religion et laient le mō
13
de ſans conſideration. Et puis finablet
14
ſe repentent et en ſont marriʒ. Dont met le
15
pꝛolude.Voicy pluſieurs q appetent leat
16
ſpirituel et oꝛdre de legliſe tant comme ilʒ
17
ſont ieunes et en leurs pꝛemiers ans q ſont
18
folʒ:car finablet leur poiſe viure ⁊ auoir
19
le monde laie. Pource dit leſcripture icy
i1r

Fueillet. xlix
20
amenee ⁊ faicte pour vng ieune homme 
21
ſes parens incitoyent ſouuent daler a rō⸗
22
me pour ere pꝛere ⁊ auoir des benefices
23
⁊ il leur reſpondoit.Que feuiy ie a romme
24
ie ne ſcay gouuerner les mules ſelon la me
25
ſure quil leur fault Et touteſfoys ſe ie al⸗
26
loy a romme pour ſeruir et e epꝛere ce
27
la ſeroit requis Car ceulx qui mieulx
28
erillent les mulles ou les cheuaulx ſont
29
ceulx qui empoꝛtent tous les grans bene⸗
30
fices Et ſaiches clerc qui ne congnois ne
31
ſcais que ce que de dꝛoit et de honneur
32
plus conuenable te e la charrue que loꝛ⸗
33
dꝛe ſaincte:⁊ y feroyes mieulx ton ſauue⸗
34
ment. Cee ſatyꝛe doyuent bien conſide⸗
35
rer les pꝛeres de maintenāt et les pꝛelatʒ
36
qui tant en fontcar ce a leur grant deſ⸗
37
honneur.
38
REe encoꝛe aucune choſe di
39
gne de nore ditie ceaa⸗
40
uoir dere miſe en ſatyꝛe
41
car telle choſe a couume 
42
tenir lieu en la nef folle ce
43
 maītenāt tout hōme voue
44
ſes enfans aux ſainctʒ autelʒ Et veult cha
45
cun ruique et payſant auoir vng pꝛere
46
en ſa maiſon ſoit ſon filʒ ou ſon nepueu Nō
47
pas en ce pꝛopos quil honnoꝛe dꝛoictement
48
les choſes ſacrees du ſouuerain tonnant.
49
Mais affin que celluy filʒ ou nepueu toute
50
ſueur et trauail laiffe ⁊ mis arriere ductite
51
et meine vie quiete ⁊ a repos ⁊ quil veille
52
aux maulx illecebꝛes Car ainſi  on voyt
53
communement pluſieurs tant religieux 
54
pꝛeres ſeculiers qui ſont aiſeement nour⸗
55
ris ſe adonnent aux vices et laſciueteʒ par
56
faulte de exercice et par trop grāde nour
57
riture Mais le fol pꝛins de cee erreur ne
58
cure ou pēſe poīt de lame ne le ſalut  ſa pē
59
ſee mais ſeulet luy plaiſent les gaingʒ
60
ſoꝛdides et vilains des choſes ſpirituel⸗
61
les qui ne luy appartiennent et quil ne a
62
pas meriteʒ. Maintenant rien ne ayde
63
doctrineCar moꝛtelle petune q e pꝛin⸗
64
cee des folʒ inuerti les choſes de dieu
65
ſacrees et les maiſons ſacrifiques Par
66
tant que loꝛdꝛe ſacerdotale e ꝑturbee de
67
tout fol ⁊ ainſi touſiours pas a pas chiet
68
lhōneur  la religiō.Et certainet quāt
69
Nume pōpee ſacra les res aux pꝛe⸗
70
miers tēples ilʒ neoiēt pas telʒ  ceulx
71
de maintenantcar en toutes choſes leur
72
vie fut entiere ⁊ ſans coꝛruptiō Et e la
73
coulpe ⁊ faulte de leueſque de vendꝛe les
74
hōneurs diuīs ⁊ pour argēt faire res
75
q ne lont pas meritemais ia e la choſe
76
acouumee aux folʒ hōmes ⁊ peiferes
77
O miſerables hōmes lle fureur cōpelle
78
les choſes ſacrees ⁊ miis aller a voꝰ
79
ꝓphanes ⁊ mauuais Je voꝰ pꝛie poꝛteʒ
80
voʒ maīs loing de ce ⁊ ny atoucheʒ  car
81
point ne voꝰ apꝑtient Et ne es terres
82
maintenāt eat plus dā nable  le ſacer⸗
83
dotal.O ꝑ lle religion purite de coꝛps ⁊
84
deuotion de penſee ilʒ hōnoꝛent a pꝛeſent
85
les dieux et les choſes celees. Point
86
ne beſoing que ie memoꝛe les freres
i
i1v

87
ou religieux poꝛtans les colʒ aux cuculles
88
ſubduytes et qui oꝛdinairement en leurs
89
cloires ont concubines auecques ſoy la
90
ou ilʒ polluent leurs bouches et mains
91
puis irreuerentemēt ⁊ ſans crainte en vont
92
manier les veeaulx de lautel ⁊ qui plus
93
e le coꝛps de Jeſucri ou adminirer au
94
cuns ſacremēs O ſacerdotal oꝛdꝛe tant tu
95
vaulx maintenant meſchamment Jadis
96
ſainct auguin auoit dōne a ſes freres re
97
ligieux auecs pitie ⁊ bōte les ſalubꝛes ma
98
nieres de viure  maintenant les moynes
99
gardēt ꝑ couume ſinire ⁊ tout au trai⸗
100
re Aīſi auguin maintenāt pou valēt tes
101
eſcriptʒ et ſolennelʒ enſeignemens ⁊ main⸗
102
tenant ne vouent point noʒ ſiecles telʒ pꝛe⸗
103
res que moes eablit ou mier temps
104
que furent pꝛeres faitʒ Car ie confee 
105
ceulx qui ſont ſans quelque doctrine ou ſci
106
ence maintenant ſuyuent les gras veux ⁊
107
poedent les bons benefices et cueuure la
108
tourbe ſoꝛdide ⁊ vilaine legliſe de dieu q
109
e ſacree Mais apꝛes leurs moꝛs ⁊ dei
110
nees ilʒ verront que ce dauoir gouuer⸗
111
ne ⁊ regi egliſe ⁊ nauoir pas honnoꝛe les
112
bonnes meurs mais du tout tire a laua
113
rice ⁊ aux aultres meſchāſeteʒ vilaines
114
a hōmes degliſe qui ſont ſacreʒ et ont cu
115
res de ames ⁊ deuent ere lexēple des
116
aultres.

15
En statum
multi mo⸗
do spiritalem
appetunt etc.

23
Quid ro⸗
me faciam
mentiri etc.

38
Restat ad
huc aliquid
quod nostro car⸗
mine dignum
est. etc.

56
Nil anime cu⸗
rat etc.

72
Pontificis
culpa est etc

96
Augustinus
enim dederat.
etc.

104
Indocti fa
teor nunc pin⸗
guia. etc.