GW5065/B83
i6v
¶Du contempnement de
pourete.
1
¶Iadis souloit estre pourete vne gran⸗
2
de et si singuliere vertu que les saiges et an
3
ciens philosophes qui estoyent nez riches
4
et auoyent grandes richesses de succession
5
les donnoyent ou habandonnoyent pour
6
estre poures. Mais maintenant la chance
7
est retournee et dautant que la vertu de po
8
urete estoit prisee elle est maintenant con⸗
9
tempnee et reputee a vice. Parquoy lacteur
10
a voulu appeller folz ceulx qui desprisent
11
pourete et a fait contre eulx vne satyre:dont
12
le prolude dit. Pourete de tous est mainte⸗
13
nant fouye et par tout le monde trouuee:mais
14
tu denier plais en toutes places: et si le po⸗
15
ure gist par tout. Celluy nya qui mainte⸗
16
nant tant soit riche ne die auoir pourete et
17
ne desire le denier: cest adire lor et largent ou
18
aultres richesses. Ainsi de tous seulement
19
est mocque et desprise le poure et seul chasse
20
Et fault que le poure obeisse a chacun et
21
quil donne lieu a tous: le riche non pourtant
22
que le denier gist en son coffre qui de tous est
23
prise et honnore. Toutesfoys dit lescriptu⸗
24
re prinse a ce propos que pourete nest point
25
du genre des maulx et que les dons de ri⸗
26
chesse qui ne sont iamais entenduz et recon
27
gneuz offensent dieu. Et mieulx vauldroit
28
a lhomme estre purement poure que auoir
29
beaucoup de biens et ne recongnoistre point
30
celluy qui les luy auroit donnez. Mais la
31
pensee de lauaricieux vne foys astrainte et
32
liee tousiours conte or voit tousiours ar⸗
33
gent ou rentes. Et plus gracieusement ou
34
agreablement regarde lauaricieux lor que
35
le soleil qui nest pas signe de vertu et de bon
36
entendement.
k1r

Fueillet. lv
37
CEste carine ou nauire en
38
quoy sont les folz du monde
39
en porte plusieurs riches et
40
plains de deniers auxquelz
41
plaist vaine habondance des
42
choses la seulle Et lesquelz oblecte plus la
43
possession du denier cupide que la probite des
44
meurs et le noble honneur de vertu Tous
45
refusent porter la charge de pourete/ Car
46
la fain dauoir or et argent rompt et casse
47
toutes les sacrees poytrines et bonnes pen
48
sees Facilement ne respandent pas et don⸗
49
nent aumosnes ceulx qui nont de quoy et
50
aux vertuz desquelz est contraire et obstan⸗
51
te la chose estroicte de la maison et la po⸗
52
urete griefue Aussi maintenant ne meri⸗
53
tent plus les nobles tiltres et clers hon⸗
54
neurs ceulx qui honnorent les estudes culti⸗
55
uemens et admonnestemens de philozo⸗
56
phie Maintenant les hommes iustes et sai
57
ges sont logiez et assis ou dernier lieu et ou
58
postreme siege Et aux riches seulement
59
apparoissent les dons et largesses. Et
60
nest pas la coustume de maintenant que
61
pour releuer vng poure on luy voyse
62
faire les grans dons comme pour bien
63
assigner quelque fille sil a ou prendre au⸗
64
cun bon marchie sil le treuue que on luy
65
preste aucune chose qui est vne espece de
66
don Car vng denier preste a la necessite
67
mieulx vault que cent en la prosperite.
68
Mais aux riches tousiours sont por⸗
69
tez les grans dons graces oyes et gras
70
chappons Et ne va lon iamais vers le
71
riche quant on en a a besongner que la
72
bourse en la main ou les bastons ou poing
73
pour faire son commandement et dire mon
74
seigneur commandez et il sera fait Et la rai
75
son est car maintenant le tresor assemble
76
et cueilly donne les honneurs/ les amitiez
77
et le poure gist par tout qui nest ne prise
78
ne ayme Mesme dit salomon ou qua⸗
79
triesme de ses prouerbes que vng poure
80
est odieux et desplaisant a celluy qui est
81
son tresprochain et qui par droit le deuroit
82
plus tost secourir Pource dit Iuuenal ce
83
qui substantialement est dit ou cinquiesme
84
de lecclesiaste: et ou sixiesme du prophete
85
michee et icy mis Que qui tente auoir gran⸗
86
des et ingentes richesses et prent cure de as⸗
87
sembler choses pesantes a soy il fault quil
88
constitue et ordonne sa vie en ceste manie⸗
89
re/ Cestassauoir quil soit despriseur et non
90
challant de tout honneur: et quil ne garde
91
aucuns des gaiges promesses ou ordonnan
92
ces de la sacree foy Quil iure par les souue ⸗
93
raines puissances quil iactite et vante sou⸗
94
uent ses fallacieux veux et desirs par les
95
autelz sacrez et que en sa bouche ne appa⸗
96
roisse aucune honte Que il ne estime rien
97
pechie et mauuaitie Ne les pechiez parfaitz
98
et long temps a passez Et ainsi que vng aueu
99
gle tresbuche et chaye a tous maulx Quil
100
exerce vsure rapide et auecques doy tenant
101
prenne des malleureux gaiges et vsures cru
102
elles. Face les fraudes dung delateur et
103
mauuais raporteur et die les voix de luy
104
deceptiues et pleines de deception Et aux
105
oreilles des bons/ instille et face degouter les
k
k1v

106
cruelz venins et choses qui les peruertisse
107
et face perdre leur bonte Par ainsi il deui ⸗
108
endra rien et fuyra pourete Car tout le mon
109
de infait de telz vices est maintenant enue
110
lope et aux deniers court et chiet la hastiue
111
et sedule compaignie des folz. Maintenant
112
tout pechie est vendu Pour le menu qua⸗
113
drant et pour la petite piece est vendue ver
114
tu et la rigueur de iustice Et encourroyent
115
plusieurs mort pour leur merite et piteuses
116
fins pour les pechiez et grans crimes de
117
leur vie orde et mauuaise. Plusieurs pour
118
larrecin seroyent condamnez et submis
119
aux fourches ou a leschielle se le sacre de⸗
120
nier ne les ostoit et rachaptoit du las Main
121
tenant plusieus crimes et pechiez des hom
122
mes demeurent impugniz par tant que le
123
denier les deliure dexil et de mort Et dit
124
Iuuenal que la censure et cest a dire la sen⸗
125
tence de iustice pardonne aux grans lar⸗
126
rons sans faire semblant de congnoistre
127
leurs malfaitz et vexe et trauaille les cou⸗
128
lombes et lie au las les petites gorges. ainsi
129
ne pend on point les gros larrons: mais
130
les petis par le moyen de dandenier qui don
131
ne leur remission Nous auons exemple du
132
roy Achab escripte au. iii. liure des roys
133
xxi. chapitre la ou il dit que cestuy Achab
134
non content de son royaume cogita ex⸗
135
polier les hommes souffreteux et de fait ge
136
cta son regard sur la vigne de lung de ses
137
subiectz nomme Naboth homme simple
138
et de bonne vie Lequel auoit vng iardin
139
que selon la loy du pays il cultiuoit iu⸗
140
stement et selon dieu Le roy Achab riche et
141
puissant demandoit auoir du poure Na
142
both ce iardin/ mais Naboth auecques
143
bonne raison luy denya disant que cestoit
144
son heritaige paternel et que pour aucun
145
denier il ne le vouloit vendre ne permuer
146
Pour ceste cause se courroussa le mauuais
147
et fol roy: et fut le poure Naboth misera⸗
148
blement tormente de roches lapide de pierres
149
et puis mis a mort par coupz despee/ Mais
150
dieu qui est le vray iuge et vindicateur des
151
tors faitz et ires iniustes ne laissa pas la
152
chose impugnie/ car finablement le maul⸗
153
dit roy souffrit cruelles destinees et misera
154
ble mort Tous hystoriographes poetes
155
et orateurs sont de ceste opinion que le po⸗
156
ure sans richesse est seul foulle et luy est ne⸗
157
cessaire porter les sacs et est le poure baillie
158
tousiours contre vng grant sac et a porter
159
le pesant fardeau Toutesfoys tant que laa
160
ge doree illuminoit et regardoit le monde
161
la gloire et la louenge de pourete fut gran
162
de et estoit vng homme bien glorieux quant
163
on lestimoit poure. Adoncques estoit le vi
164
ure espargne Cest a dire que les gens ne⸗
165
stoyent point si crapuleux habandonnez
166
aux vins viandes gourmandises et frian
167
dises comme ilz sont maintenant. La vie
168
des hommes estoit bonne et frugalle Le
169
labeur estoit commun: et ne regnoit aucune
170
ferueur ou ardeur dauarice. Les plus
171
grans tenoyent toutes choses en commun
172
droit Et ny auoit aucun ayeul qui eust as⸗
173
semble ainsi et cuilly richesses quilz ont
174
maintenant Cest a dire que les biens estoyent
175
communs et ne vsoit on point de tresors pour
176
laisser apres soy grandes successions Ainsi
177
lamour et dilection de pourete engendra ia
178
dis les annunciations de louenge aux
179
premiers saiges desquelz la gloire acquise
180
reuerdist perpetuellement Iadis fut Rom
181
me poure et le senat poure Et eut celle no⸗
182
ble cite ducz et capitaines poures Cestassa
183
uoir qui estoyent contens de bien petis gai
184
ges bataillans seulement pour le bien de la
185
chose publique et sans aucun blesser Curius
186
le noble duc et capitaine des rommains beau
187
par pourete/ car il ne extorquoit rien et souf
188
froit beaucoup pour la cite tant fut fort et
189
vertueux quil subiuga et tira soubz la do⸗
190
mination de romme les samnitez et les au
191
soniens qui estoient deux regions pleines
192
de peuple belliqueux et mauuais a dompter
193
les croniques et hystoires de Romme ex⸗
194
tollent eslieuent et magnifient porutant que
195
par benigne pourete merita les louenges
196
des hommes et lhonneur ethereal Nous honno
197
rons Fabricius qui refusa les dons de Pyrrhus
198
qui le vouloit suborner/ toutesfoys le tresor di
199
celluy et son reuenu fut petit Regulus aussi
200
merita les grans precones ou annunciations de
201
louenges et honneur/ toutesfois auquel les riches
202
ses furent petites et en petit lieu. Finablement
203
se nous voulons veoir les hystoires antiques
k2r

Fueillet. lvi
204
nous trouuerons que pourete donna les
205
primordes et premieres naissances a noz
206
siecles Elle establit les citez et donna les
207
nobles et dignes sceptres Elle establit les
208
magistratz et les royaumes du monde
209
Et par ses merites inuenta et trouua tous
210
enseignemens Et veritablement grece la
211
noble auecques belle pourete promerita ia
212
dis grant louenge et honneur perpetuel.
213
Aristides fut poure Epamynundas duc
214
des cheualiers de grece fut poure/ toutes⸗
215
foys estoit fort et sans crainte sique aultre
216
ne le domina Et pareillement Homere le
217
noble poete fut poure et estoit lors que en
218
metre et pied heroique il tournoit et descrip⸗
219
uoit les fatalles dispositions troyennes. So
220
crates aussi qui fut succint en lart et philo⸗
221
zophie etherealle combien que vuide de biens
222
ne fut point sans louenge Et royalement
223
comme dit le .xi. de leclesiaste Il nest rien
224
au monde tant hault ou tant orgueilleux
225
qui ne soit couru et venu dung petit russeau
226
Lhonneur de pourete a Romme ainsi que dit
227
sainct Augustin esleua les haultesses tra⸗
228
peyennes et donna tiltre et commencement a
229
la cite Iadis fut romme nee de poures et
230
simples pasteurs/ et luy donna vng poure
231
rustique si grans noms. Ouide dit que les
232
richesses molles trop desirees iadis froisse
233
rent les regnes orgueilleux Et que pour
234
lauarice des richesses romme: la puissante
235
cheut iadis et cherra Pour les richesses mi
236
serables a souffert carthage tant de ruines
237
miseres et pouretez Mais toutesfoys lhon
238
neur de pourete entre les saiges nest point
239
perdu/ mais sans fin resplendist. Pour
240
quoy desirons nous tant qui par exemples
241
veritables congnoissons que la pecune fu⸗
242
neste et mortelle a commande plusieurs mor
243
telz et contrainctz entrer grief dommaige.
244
Ainsi que nous auons de Cresus roy dont
245
parle Herodotus en son premier et dit que les
246
richesses orgueilleuses luy nuysirent/ Car
247
pour elles il souffrit les tristes dispositions
248
de mort Et pourtant soit a honnorer enuers
249
tous mortelz lusaige du poure Car comme
250
dit sainct Marc en son .x. Nul riche ne peut
251
entrer ou ciel.
GW5065/B83
i6v
¶Du contempnement de
pourete.
1
¶Jadis ſouloit ere pourete vne gran⸗
2
de et ſi ſinguliere vertu que les ſaiges ⁊ an
3
ciens philoſophes qui eoyent neʒ riches
4
et auoyent grandes richees de ſucceion
5
les donnoyent ou habandonnoyent pour
6
ere poures.Mais maintenant la chance
7
e retournee et dautant que la vertu de po
8
urete eoit pꝛiſee elle e maintenant con⸗
9
tempnee ⁊ reputee a vice.Parquoy lacteur
10
a voulu appeller folʒ ceulx qui deſpꝛiſent
11
pourete ⁊ a fait contre eulx vne ſatyꝛe:d ōt
12
le pꝛolude dit. Pourete de tous e mainte⸗
13
nant fouye et ꝑ tout le mōde trouuee:mais
14
tu denier plais en toutes places:⁊ ſi le po⸗
15
ure gi par tout.Celluy nya qui mainte⸗
16
nant tant ſoit riche ne die auoir pourete et
17
ne deſire le denier:ce adire loꝛ ⁊ largēt ou
18
aultres richees.Ainſi de tous ſeulement
19
e mocque et deſpꝛiſe le poure et ſeul chae
20
Et fault que le poure obeie a chacun et
21
quil dōne lieu a tous:le riche non pourtāt
22
que le denier gi en ſon coffre qui de toꝰe
23
pꝛiſe ⁊ honnoꝛe.Touteſfoys dit leſcriptu⸗
24
re pꝛinſe a ce pꝛopos que pourete ne point
25
du genre des maulx et que les dons de ri⸗
26
chee qui ne ſont iamais entenduʒ ⁊ recon
27
gneuʒ offenſent dieu.Et mieulx vauldroit
28
a lhomme ere purement poure que auoir
29
beaucoup de biens ⁊ ne recongnoire poīt
30
celluy qui les luy auroit donneʒ. Mais la
31
penſee de lauaricieux vne foys arainte ⁊
32
liee touſiours conte oꝛ voit touſiours ar⸗
33
gent ou rentes.Et plus gracieuſement ou
34
agreablemēt regarde lauaricieux loꝛ que
35
le ſoleil qui ne pas ſigne de vertu ⁊ de bō
36
entendement.
k1r

Fueillet. lv
37
CEe carine ou nauire en
38
quoy ſont les folʒ du monde
39
en poꝛte pluſieurs riches et
40
plains de deniers auxquelʒ
41
plai vaine habondāce des
42
choſes la ſeulle Et leſquelʒ oblecte plus la
43
poeion du denier cupide  la pꝛobite des
44
meurs et le noble honneur de vertu Toꝰ
45
refuſent poꝛter la charge de pourete Car
46
la fain dauoir oꝛ et argent rompt et cae
47
toutes les ſacrees poytrines et bonnes pen
48
ſees Facilement ne reſpandent pas et dō⸗
49
nent aumoſnes ceulx qui nont de quoy et
50
aux vertuʒ deſquelʒ e contraire et obā⸗
51
te la choſe eroicte de la maiſon et la po⸗
52
urete griefue Aui maintenant ne meri⸗
53
tent plus les nobles tiltres et clers hon⸗
54
neurs ceulx qui hōnoꝛent les eudes culti⸗
55
uemens et admonneemens de philoʒo⸗
56
phie Maintenant les hommes iues ⁊ ſai
57
ges ſōt logieʒ ⁊ ais ou dernier lieu ⁊ ou
58
poreme ſiege Et aux riches ſeulemēt
59
apparoient les dons et largees. Et
60
ne pas la couume de maintenant que
61
pour releuer vng poure on luy voyſe
62
faire les grans dons comme pour bien
63
aigner quelque fille ſil a ou pꝛendꝛe au⸗
64
cun bon marchie ſil le treuue que on luy
65
pꝛee aucune choſe qui e vne eſpece de
66
don Car vng denier pꝛee a la neceite
67
mieulx vault que cent en la pꝛoſperite.
68
Mais aux riches touſiours ſont poꝛ⸗
69
teʒ les grans dons graces oyes et gras
70
chappons Et ne va lon iamais vers le
71
riche quant on en a a beſongner que la
72
bourſe en la main ou les baōs ou poīg
73
pour faire ſon cōmandement ⁊ dire mon
74
ſeigneur mandeʒ ⁊ il ſera fait Et la rai
75
ſon e car maintenant le treſoꝛ aemble
76
et cueilly donne les hōneursles amitieʒ
77
⁊ le poure gi par tout qui ne ne pꝛiſe
78
ne ayme Meſme dit Salomon ou qua⸗
79
trieſme de ſes pꝛouerbes que vng poure
80
e odieux et deſplaiſant a celluy qui e
81
ſon treſpꝛochain et q par dꝛoit le deuroit
82
plus to ſecourir Pource dit Juuenal ce
83
q ſubantialement e dit ou cinquieſme
84
de leccleſiae:⁊ ou ſixieſme du pꝛophete
85
michee et icy mis Que q tente auoir grā⸗
86
des et ingentes richees et pꝛent cure de aſ⸗
87
ſembler choſes peſantes a ſoy il fault quil
88
conitue et oꝛdonne ſa vie en cee manie⸗
89
reCeaauoir quil ſoit deſpꝛiſeur et non
90
challant de tout honneur:et quil ne garde
91
aucuns des gaiges pꝛomees ou oꝛdonnā
92
ces de la ſacree foy Quil iure ꝑ les ſouue ⸗
93
raines puiances quil iactite et vante ſou⸗
94
uent ſes fallacieux veux et deſirs par les
95
autelʒ ſacreʒ et que en ſa bouche ne appa⸗
96
roie aucune honte Que il ne eime rien
97
pechie ⁊ mauuaitie Ne les pechieʒ parfaitʒ
98
⁊ long temps a paeʒ Et ainſi  vng aueu
99
gle treſbuche et chaye a tous maulx Quil
100
exerce vſure rapide et auecques doy tenāt
101
pꝛēne des malleureux gaiges ⁊ vſures cru
102
elles. Face les fraudes dung delateur et
103
mauuais rapoꝛteur et die les voix de luy
104
deceptiues et pleines de deception Et aux
105
oꝛeilles des bōsinille⁊ face degouter les
lꝛ
k1v

106
cruelʒ venins et choſes qui les peruertie
107
et face perdꝛe leur bonte Par ainſi il deui ⸗
108
endꝛa rien et fuyꝛa pourete Car tout le mō
109
de infait de telʒ vices e maintenant enue
110
lope et aux deniers court et chiet la haiue
111
et ſedule compaignie des folʒ. Maintenāt
112
tout pechie e vendu Pour le menu qua⸗
113
dꝛant et pour la petite piece e vendue ver
114
tu et la rigueur de iuice Et encourroyent
115
pluſieurs moꝛt pour leur merite et piteuſes
116
fins pour les pechieʒ et grans crimes de
117
leur vie oꝛde et mauuaiſe. Pluſieurs pour
118
larrecin ſeroyent condamneʒ et ſubmis
119
aux fourches ou a leſchielle ſe le ſacre de ⸗
120
nier ne les ooit et rachaptoit du las Maī
121
tenant pluſieus crimes et pechieʒ des hom
122
mes demeurent impugniʒ par tant que le
123
denier les deliure dexil et de moꝛt Et dit
124
Juuenal que la cenſurece a dire la ſen⸗
125
tence de iuice pardonne aux grans lar⸗
126
rons ſans faire ſemblant be congnoire
127
leurs malfaitʒ et vexe et trauaille les cou⸗
128
lombes et lie au las les petites goꝛges.aīſi
129
ne pend on point les gros larrons:mais
130
les petis par le moyen de dandenier qui dō
131
ne leur remiion Nous auons exemple du
132
roy Achab eſcripte au. iii. liure des roys
133
xxi. chapitre la ou il dit que ceuy Achab
134
non content de ſon royaume cogita ex⸗
135
polier les hommes ſoureteux ⁊ de fait ge
136
cta ſon regard ſur la vigne de lung de ſes
137
ſubiectʒ nomme Naboth homme ſimple
138
et de bonne vie Lequel auoit vng iardin
139
que ſelon la loy du pays il cultiuoit iu⸗
140
ement et ſelon dieu Le roy Achab riche ⁊
141
puiant demandoit auoir du poure Na⸗
142
both ce iardin mais Naboth auecques
143
bonne raiſon luy denya diſant que ceoit
144
ſon heritaige paternel et que pour aucun
145
denier il ne le vouloit vendꝛe ne permuer
146
Pour cee cauſe ſe courroua le mauuais
147
et fol roy: ⁊ fut le poure Naboth miſera⸗
148
blemēt toꝛmēte de roches lapide de pierres
149
⁊ puis mis a moꝛt par coupʒ deſpeeMais
150
dieu qui e le vꝛay iuge ⁊ vindicateur des
151
toꝛs faitʒ et ires iniues ne laia pas la
152
choſe impugniecar finablement le maul⸗
153
dit roy ſouffrit cruelles deinees et miſera
154
ble moꝛt Tous hyoꝛiographes poetes
155
et oꝛateurs ſont de cee opinion que le po⸗
156
ure ſans richee e ſeul foulle ⁊ luy e ne⸗
157
ceaire poꝛter les ſacs ⁊ e le poure baillie
158
touſiours contre vng grant ſac ⁊ a poꝛter
159
le peſant fardeau Touteſfoys tant  laa
160
ge doꝛee illuminoit et regardoit le monde
161
la gloire et la louenge de pourete fut gran
162
de ⁊ eoit vng homme bien gloꝛieux quāt
163
on leimoit poure.Adoncques eoit le vi
164
ure eſpargne Ce a dire que les gens ne⸗
165
oyent point ſi crapuleux habandonneʒ
166
aux vins viandes gourmandiſes et frian
167
diſes comme ilʒ ſont maintenant. La vie
168
des hommes eoit bonne et frugalle Le
169
labeur eoit cōmun: et ne regnoit aucune
170
ferueur ou ardeur dauarice. Les plus
171
grans tenoyent toutes choſes en commun
172
dꝛoit Et ny auoit aucun ayeul qui eu aſ⸗
173
ſemble ainſi et cuilly richees quilʒ ont
174
maintenant Ce a dire  les biens eoyēt
175
cōmuns ⁊ ne vſoit on point de treſoꝛs pour
176
laier apꝛes ſoy grādes ſucceions Ainſi
177
lamour et dilection de pourete engendꝛa ia
178
dis les annunciations de louenge aux
179
pꝛemiers ſaiges deſquelʒ la gloire acquiſe
180
reuerdi perpetuellemēt Jadis fut Rom⸗
181
me poure ⁊ le ſenat poure Et eut celle no⸗
182
ble cite ducʒ ⁊ capitaines poures Ceaa
183
uoir qui eoyent contens de bien petis gai
184
ges bataillans ſeulement pour le bien de la
185
choſe publique ⁊ ſans aucun bleer Curiꝰ
186
le noble duc et capitaine des rōmains beau
187
par pouretecar il ne extorquoit rien ⁊ ſouf
188
froit beaucoup pour la cite tant fut foꝛt et
189
vertueux quil ſubiuga et tira ſoubʒ la do⸗
190
mination de romme les ſamniteʒ ⁊ les au⸗
191
ſoniens qui eoient deux regions pleines
192
de peuple belliqueux ⁊ mauuais a dōpter
193
les croniques et hyoires de Romme ex⸗
194
tollent eſlieuent et magnifient porutāt que
195
par benigne pourete merita les louenges
196
des hōmes ⁊ lhōneur ethereal Nous hōno
197
rōs Fabꝛicius q refuſa les dōs de Pyꝛrhꝰ
198
q le vouloit ſuboꝛnertouteoys le treſoꝛ di
199
celluy ⁊ ſon reuenu fut petit Regulus aui
200
merita les grās cones ou annūciatiōs de
201
louēges ⁊ hōneurtouteſfois aul les richeſ
202
ſes furēt petites ⁊ en petit lieu. Finablet
203
ſe noꝰ voulōs veoir les hyoires ātiques
k2r

Fueillet. lvi
204
nous trouuerons que pourete donna les
205
pꝛimoꝛdes et pꝛemieres naiances a noʒ
206
ſiecles Elle eablit les citeʒ et donna les
207
nobles et dignes ſceptres Elle eablit les
208
magiratʒ et les royaumes du monde
209
Et par ſes merites inuenta et trouua tous
210
enſeignemens Et veritablement grece la
211
noble auecques belle pourete pꝛomerita ia
212
dis grant louenge et honneur perpetuel.
213
Ariides fut poure Epamynundas duc
214
des cheualiers de grece fut poure touteſ⸗
215
foys eoit foꝛt et ſans crainte ſique aultre
216
ne le domina Et pareillement Homere le
217
noble poete fut poure et eoit loꝛs que en
218
metre ⁊ pied heroique il tournoit ⁊ deſcrip⸗
219
uoit les fatalles diſpoſitiōs troyēnes.So⸗
220
crates aui qui fut ſuccint en lart et philo⸗
221
ʒophie etherealle cōbien que vuide de biēs
222
ne fut point ſans louenge Et royalement
223
comme dit le.xi.de lecleſiae Jl ne rien
224
au monde tant hault ou tant oꝛgueilleux
225
qui ne ſoit couru ⁊ venu dung petit rueau
226
Lhonneur de pourete a Rōme ainſi que dit
227
ſainct Auguin eſleua les haultees tra ⸗
228
peyēnes et donna tiltre et cōmencement a
229
la cite Jadis fut romme nee de poures et
230
ſimples paeurset luy donna vng poure
231
ruique ſi grans noms.Ouide dit que les
232
richees molles trop deſirees iadis froie
233
rent les regnes oꝛgueilleux Et que pour
234
lauarice des richees romme:la puiante
235
cheut iadis et cherra Pour les richees mi
236
ſerables a ſouert carthage tant de ruines
237
miſeres et poureteʒ Mais touteſfoys lhon
238
neur de pourete entre les ſaiges ne point
239
perdumais ſans fin reſplendi. Pour
240
quoy deſirons nous tāt qui par exemples
241
veritables congnoions que la pecune fu⸗
242
nee et moꝛtelle a cōmande pluſieurs moꝛ
243
telʒ et contrainctʒ entrer grief dommaige.
244
Ainſi que nous auons de Creſus roy dōt
245
parle Herodotus en ſon pꝛemier ⁊ dit  les
246
richees oꝛgueilleuſes luy nuyſirent Car
247
pour elles il ſourit les tries diſpoſitiōs
248
de moꝛt Et pourtant ſoit a hōnoꝛer enuers
249
tous moꝛtelʒ luſaige du poure Car cōme
250
dit ſainct Marc en ſon.x.Nul riche ne peut
251
entrer ou ciel.

12
Paupertas
fugitur. etc.

23
Paupertas
non est degenere
etc.

37
Nummosos
plures fa⸗
tuos. etc.

57
Iamque viri
iusti postre
ma sede etc

74
Nam quia col⸗
lectus tri⸗
buit. etc.

85
At qui diui
tias ingen⸗
tes etc.

102
Delatoris
agat frau⸗
des etc.

111
Venditur omne
nephas. etc.

155
Solus inops
premitur etc.

163
Parcus erat
victus etc.

180
Paupera
roma fuit.
etc.

193
Publicolam
extollunt etc.

207
Paupertas
tribuit etc.

222
In mundo
nihil est tamen
celsum etc.

231
Diuitie
molles fre⸗
gerunt etc.

244
Diuitie cre
so regi.