GW5065/B85
k2v
¶Du contempnement ou mespri
sement de la mort.
1
¶Aultre satyre par qui lacteur appelle pour
2
venir a la nef les folz qui nont point souue
3
nance de la mort et desprisent a y penser Ceulx
4
aussi qui pour vne gloire mondaine font
5
faire grans sepulcres tombes sarcophages
6
ou epytaphes pour vouloir perpetuyser
7
leurs noms Et ne pensent aucunement de
8
parer et decorer par bonnes vertus leurs
9
poures ames qui par aduenture en faulte
10
de ce faire choirront en enfer Et sont si aueu
11
glez quilz ne regardent point la mort qui
12
les suyt quelque part quilz entrent portant
13
la biere sur son col Dont met le prolude.
14
O mort tu ne pardonnes point au genre et
15
a la noblesse des hommes: a la vertu: aux
16
bonnes meurs. mais comme fiere et despi⸗
17
te executeresse de diuine sentence rauis tou
18
tes choses crees. Parquoy veritablement
19
ie confesse iceulx folz plus forsener qui ne
k3r

Fueillet. lvii
20
pouruoyent point bien et tost a tes dars/
21
Mais comme dit lescripture a ce propos En
22
cecy nous sommes tous deceuz que nous
23
ne preuoyons point la mort combien que
24
soyons aduertis quil nest rien plus certain
25
que la mort. ne rien plus incertain que lheu
26
re. Car nous voyons que cestuy meurt ro
27
buste/ sain/ riche et bien eureux ses entrail⸗
28
les pleines de gresse et ses os sont arrousez
29
de moelles Lautre meurt en la douleur et
30
amertume de son ame et sans aucunes ri⸗
31
chesses Toutesfoys le fort/ le foyble/ le ri⸗
32
che/ le poure/ le bon/ et le mauuais/ dormi ⸗
33
ront ensemble quant au corps: et les couuri
34
ront vers et ordure.
35
O Freres nous sommes de⸗
36
ceuz et tormente erreur tou⸗
37
tes choses du monde portan
38
tes vie. Et veritablement
39
nous allons tous trop pou
40
subtilz en ceste mortelle vie/ car nous me⸗
41
ctons en oubly et non challoir la crainte et
42
terreur de la mort et la disposition grande
43
inexorable et si merueilleuse que a sens hu⸗
44
main ne loyst comprendre Et ne sommes
45
point attendans que le terme de mort est in
46
stant et instantement venant Et iacoit que
47
bien congnoissons que le terme de la mort
48
soit certain et que impossible est aucun gou
49
ster de vie sans souffrir yssue de mort Tou
50
tesfoys tu fol ignores par quelle hardiesse elle
51
soit tant versatile et muable Par quel moyen
52
comment/ ou/ et quant. tu mourras cest chose cer
53
taine Comme dit Ouide ou .x. de methamor
54
phose est conceder a la mort que nous passons
55
tous ensemble comme eaue fluuialle Mais
56
pourtant que nous mourons tant variable
57
ment tu demain ou ennuyt plus tard ou
58
plus tost ton voysin te suyt De la est fait
59
que esperance credule decoyue toutes cho ⸗
60
ses mortelles Et que lheure incertaine pren⸗
61
ne ensemble les ieunes et les anciens car
62
elle a arres Le contract a ses droitz Et
63
ne pourra point estre rescinde lappoincte
64
ment sur ce donne Car les pechiez ont fait
65
la mort nephande et mauuaise Et nya
66
homme assez tardif La mort prent ou temps
67
quelle veult toutes choses iacoit que ta forme
68
soit belle et venuste ou que tu soyes valide et
69
fort rien ny prouffite ou differe tu periras
70
par mort et sans demeure quant tu es corrom
71
pu par le monstre feral Les forces corpo
72
relles ostees tu ne exalles point tu ne ti⸗
73
res ne pied ne main car en grant rigueur
74
le corps se enroidist de sueur froide et adonc
75
ques la beaulte nitente se pourrit de palleur
76
Et comme nous trouuons ou .xvii. de lecclesia⸗
77
ste A lheure de la mort les cueurs trem⸗
78
blent vient vne strideur doubteuse Les
79
parolles sont titubantes et ne scait on parler
80
que on ne congnoisse bien que la parolle se corrompt
81
la vie chiet La mort cruelle et obscure est
82
presente. Et ainsi tous sommes abatuz O di⸗
83
sposition trop cruelle pour certain funeste
84
est lheure dicelle mort par qui meurent ceulx que
85
vaine pecune a vaincuz en ce monde. Et qui seu
86
lement se sont adonnez aux richesses trouuees
87
et que les ioyes du monde ont delectez Mais
88
quelque ioye que lhomme prenne quant lheure vient
k iii
k3v

89
il fault aller/ Car la mort palle frappe
90
de pied egal et semblable toutes choses roy
91
alles Et ainsi que flaccus recite Mort ne
92
cure point ou prent garde aux vestibules
93
tenebres miserables a pompes ne orgueilz
94
Mais desprise les pompeuses poytrines.
95
Par aucuns dons elle nest appaisee. et par
96
son aduenement cessent les florides parolles
97
qui sont proferees par voix et prolation re
98
thorique Le pape sacre: le vilain inert: et le
99
passant par discrime semblable sont tout
100
vng enuers la mort Et celluy qui essaye
101
euader ne la fuyra ia Et pourtant ne sera
102
pas chacun a seur par ce que mort oste tou
103
tes choses et rauist Et si aucun auoit vescu
104
laage de Nestor dont plusieurs hystorio⸗
105
graphes parlent disans quil exceda laage
106
des corbeaulx qui viuent innumerablement
107
ou que vng homme eust laage sybilline/
108
Ou quil vse de briefue vie rien ne refere
109
car par le sentier de mort tous perissent.
110
Que tu viues mille yuers toutesfoys tu
111
mourras et te est donnee fin par mort. Pou
112
treuue lon de hommes qui viuent cent ans
113
Toutesfoys celluy qui les a meurt enuis
114
combien que par les pouretez de vieillesse
115
souuent il desire la mort Et voit on natu⸗
116
rellement que maintenant apres vng pere
117
le filz ne vit que peu de temps: et aucunes⸗
118
foys precede filz pere par mort Lung va
119
apres lautre iusques a ce que pere filz et iouuen
120
ceau soyent failliz Et que a la parfin les
121
flammes et elemens les repurgent cestassa⸗
122
uoir apres le grant iugement et derniere re
123
surrection que pere et filz resuscitez viuront
124
autant lung comme lautre Et pource fol
125
mal sain pourquoy plores tu/ et auecques
126
pleur de horrible son lamentes les mors de
127
tes predecesseurs Folle chose est perturber
128
le repos a celuy qui se dort Les corps mors
129
dorment/ cest folie de plorer et crier pour les
130
esueiller Chacun de eulx a vescu son temps
131
incontinent les suyurons et gousterons les
132
inferies de la mort Et generalement la ou
133
ilz sont allez tous nous irons. Considere
134
aussi et adiouste que iadis a plusieurs fut
135
vtile pouoir mourir deuant le iour et finir
136
les labeurs de la vie miserable. Plusieurs
137
ont conceu la mort a eulx pour medicine: et
138
leur sembloit chose ioyeuse quant mort les
139
prenoit Mais les aultres ont gette leurs
140
ames par le las ou par fer Cest a dire se sont
141
penduz ou dessaitz Et comme perodieux
142
de leur vie sont finiz O combien de captifz
143
deliure mort de chartre obscure Par mort
144
sont desliees les cordes et les tormens et catha
145
stes Cestassauoir du lit de fer ou de lecu ⸗
146
leon Et ceulx qui deuoyent estre sans fin
147
tormentez de fleaux par mort en sont escha⸗
148
pez. Bien est doncques mort franche et en
149
son liberal arbitre exempte des subiections
150
de fortune laquelle par egale moderation
151
tourne les maisons des poures et les tours
152
des roys Et si fortune partist mal les ne⸗
153
phandes et mauldictes richesses se forsenne
154
contre les bons ou eslieue les mauuais
155
iusques aux estoilles Finablement mort
156
horrible repend icelle chose et abat par ega
157
le mesure Et toute telle periode/ mete/ or⸗
158
donnance/ et iour que mort a establi a soy
159
elle garde et la lie dung ferme aymant.
160
Mort ne donne rien pour prieres Elle seul
161
le refuse toute chose qui plaist au monde: et
162
ne craint aucuns commandemens Elle tour
163
ne et verse en ront toutes cruelles vesti⸗
164
ges ou sequelles Et saulte la dance horri⸗
165
dule a laquelle homme ne puisse obsister
166
ou aller au contraire Et souuent mort per
167
fide et mauuaise premierement en sa dance
168
contrainct lasser les piedz et plus tost que
169
tu ne crois Et obseruer le cruel chant de sa
170
tube a laquelle ne peut resister pape/ empereur/
171
roy/ euesque/ citoyen/ ou sorffreteux Que prouf
172
fite que tu faces vng sarcophage de marbre
173
et dor Celluy qui est bon na cure de tombeau
174
dore/ car il est couuert du ciel sil na vne vr⸗
175
ne a se bouter Les hystoriographes reffe⸗
176
rent que Arthemesie iadis royne de Carie
177
contraincte par vne vaine erreur apres la
178
mort de son mary que excellentement ay⸗
179
moit fist faire vng mauseolle Cest a dire
180
sepulchre de si grande magnitude que les
181
anciens le annumerent entre les sept spe⸗
182
ctacles du monde reluisant dor et de pierres
183
precieuses Apres ce le roy chennys fist faire
184
en egypte vne pyramide qui donnoit esba⸗
185
hyssement a tous voyans et donnera a tous
186
oyans. la magnitude delle auecques lartifice
k4r

Fueillet. lviii
187
qui estoit de pierres carrees Comme dit so⸗
188
linus en ses collectanees. Et dit Plinius
189
en sa naturelle hystoire que piramydes
190
estoyent tours faictes en egipte pour met⸗
191
tre le tresor des roys les plus haultes que
192
lon pouuoit faire. Ainsi Chemnys regnant
193
en icelle terre en voulut faire faire vne qui
194
toutes aultres excedast. Et reffere Dyo
195
dorus en ses hystoires que a faire ceste py
196
ramide furent troys cens soixante mille hom
197
mes qui a paine par lespace de vingt ans la peu⸗
198
rent construire. O combien de richesse gai
199
gna et puisa la terre memphitique par qui
200
elle nourrist la compaignie et plebeite de
201
tant de ouuriers seulement de racines et de
202
petites herbes. Car adoncques la viande
203
que lon bailloit a gens de mestier estoyent
204
choux et herbes du pais. Et dit Dyodorus
205
que cela fut estime a mille et six cens talens
206
cestadire grandes pieces de monnoye cou
207
rantes en ce temps la. Qui est doncques qui
208
narrera les aultres viandes bruuages et
209
nourrissemens pour entretenir tant de ou⸗
210
uriers. A grant peine tant fust riche prince
211
payeroit les despens de si grant entreprinse
212
sil nestoit deceptif ou enchanteur. Or na ce
213
de rien prouffite. Et est Chemnys mort son
214
corps pourry: mais de lame on ne scait com⸗
215
ment. Plinius aussi refere que vne dame
216
nommee Rhodopis laquelle estoit meretri⸗
217
ce et habandonnoit son corps pour villain
218
gaing: duquel elle fist faire vne pyramide
219
affin que le monde ne sesbahist plus com⸗
220
me les roys estoyent si riches de faire con⸗
221
struire pyramides pour mettre leurs tre⸗
222
fors quant vne folle femme de son villain
223
gaing en auoit bien fait construire vne.
224
Amasis aussi roy de egipte riche et puissant
225
en fist faire vne moult sumptueuse pour son
226
sepulchre. Mais que vault longuement me
227
ner tout cela en ce monde pour nient quant
228
il fault mourir: veritablement cest chose
229
vaine que a peine concoit nostre presente
230
carine et nauire de inferer pour nient tant
231
de despens aux sepultures des mors: et a
232
cendre boe et ordure ediffier vne si grande
233
spelunque et fosse. Car entretant vng seul
234
salut de lame est contemne et desprise ou
235
mis a nonchalloir iacoit que lame viue
236
par mille siecles et quelle ne meure iamais
237
Nul ne se doit deffier de sepulchre. Car tou
238
te la terre est benoiste de dieu. Et celluy
239
qui est iuste et sans pechie a sepulchres deco
240
res et repose en lieu sainct et diuin ou ail⸗
241
leurs. Car aussi tost va lame du iuste qui
242
est enterre emmy les champs que de celluy
243
qui est en leglise. Et pource dirige la mort
244
aduenir tempestiuement et te concilie a dieu
245
Car la mort du pecheur est tresmauuaise:
246
et celluy tresfol qui ny pense.
GW5065/B85
k2v
¶Du contempnement ou meſpꝛi
ſement de la moꝛt.
1
¶Aultre ſatyꝛe ꝑ qui lacteur appelle pour
2
venir a la nef les folʒ qui nont point ſouue
3
nāce  la moꝛt ⁊ deſpꝛiſent a y pēſer Ceulx
4
aui qui pour vne gloire mondaine font
5
faire grās ſepulcres tombes ſarcophages
6
ou epytaphes pour vouloir perpetuyſer
7
leurs noms Et ne penſent aucunement de
8
parer et decoꝛer par bonnes vertus leurs
9
poures ames qui par aduenture en faulte
10
de ce faire choirrōt en enfer Et ſont ſi aueu
11
gleʒ quilʒ ne regardent point la moꝛt qui
12
les ſuyt quelque part quilʒ entrent poꝛtant
13
la biere ſur ſon col Dont met le pꝛolude.
14
O moꝛt tu ne pardonnes point au genre ⁊
15
a la noblee des hommes: a la vertu: aux
16
bonnes meurs.mais comme fiere et deſpi⸗
17
te executeree de diuine ſentence rauis tou
18
tes choſes crees. Parquoy veritablement
19
ie confee iceulx folʒ plus foꝛſener qui ne
k3r

Fueillet. lvii
20
pouruoyent point bien et to a tes dars
21
Mais cōme dit leſcripture a ce pꝛopos En
22
cecy nous ſommes tous deceuʒ que nous
23
ne pꝛeuoyons point la moꝛt combien que
24
ſoyons aduertis quil ne rien plus certain
25
que la moꝛt. ne rien plus incertain que lheu
26
re.Car nous voyons que ceuy meurt ro
27
bueſainrichebien eureux Ses entrail⸗
28
les pleines de gree et ſes os ſont arrouſeʒ
29
de moelles Lautre meurt en la douleur et
30
amertume de ſon ame et ſans aucunes ri⸗
31
chees Touteſfoys le foꝛtle foyblele ri⸗
32
che le pourele bon⁊ le mauuaisdoꝛmi ⸗
33
ront enſemble quant au coꝛps:⁊ les couuri
34
ront vers et oꝛdure.
35
O Freres nous ſommes de⸗
36
ceuʒ et toꝛmente erreur tou⸗
37
tes choſes du monde poꝛtan
38
tes vie. Et veritablement
39
nous allons tous trop pou
40
ſubtilʒ en cee moꝛtelle vie/car nous me⸗
41
ctons en oubly et non challoir la crainte et
42
terreur de la moꝛt et la diſpoſition grande
43
inexoꝛable et ſi merueilleuſe que a ſens hu⸗
44
main ne loy compꝛendꝛe Et ne ſommes
45
point attendans que le terme de moꝛt e in
46
ant ⁊ inantement venant Et iacoit que
47
bien congnoions que le terme de la moꝛt
48
ſoit certain ⁊ que impoible e aucun gou
49
er de vie ſans ſouffrir yue  moꝛt Tou
50
teſfoys tu fol ignoꝛes ꝑ lle hardiee elle
51
ſoit tant verſatile ⁊ muable Par l moyen
52
mētou⁊ quāt.tu mourras ce choſe cer
53
taine Cōme dit Ouide ou.x.de methamoꝛ
54
phoſe e ceder a la moꝛt que noꝰpaons
55
tous enſemble cōme eaue fluuialle Mais
56
pourtant que noꝰ mourons tant variable
57
ment tu demain ou ennuyt plus tard ou
58
plus to ton voyſin te ſuyt De la e fait
59
que eſperance credule decoyue toutes cho ⸗
60
ſes moꝛtelles Et que lheure incertaine pꝛē⸗
61
ne enſemble les ieunes ⁊ les anciens car
62
elle a arres Le contract a ſes dꝛoitʒ Et
63
ne pourra poīt ere reſcinde lappoincte
64
mēt ſur ce dōne Car les pechieʒ ont fait
65
la moꝛt nephande ⁊ mauuaiſe Et nya
66
hōme aeʒ tardif La moꝛt pꝛent ou tēps
67
lle veult toutes choſes iacoit  ta foꝛme
68
ſoit belle ⁊ venue ou  tu ſoyes valide ⁊
69
fort rien ny ꝓuite ou differe tu periras
70
ꝑ moꝛt ⁊ ſans demeure quant tu es coꝛrō
71
pu par le monre feral Les foꝛces coꝛpo
72
relles oees tu ne exalles point tu ne ti⸗
73
res ne pied ne main car en grāt rigueur
74
le coꝛps ſe enroidi  ſueur froide ⁊ adōc
75
s la beaulte nitente ſe pourrit  palleur
76
Et cōe noꝰ trouuōs ou.xvii.de leccleſia⸗
77
e A lheure de la moꝛt les cueurs trem⸗
78
blent vimt vne rideur doubteuſe Les
79
parolles ſont titubātes ⁊ ne ſcait on ꝑler
80
 on ne gnoie bien  la ꝑolle ſe coꝛrōpt
81
la vie chiet La moꝛt cruelle ⁊ obſcure e
82
ſente.Et ainſi toꝰ ſōmes abatuʒ O di⸗
83
ſpoſitiō trop cruelle pour certain funee
84
e lheure dicelle moꝛt ꝑ q meurēt ceulx 
85
vaine pecune a vaīcuʒ en ce mōde.⁊q ſeu
86
let ſe ſōt adōneʒ aux richees trouueeſ
87
⁊  les ioyes du mōde ont delecteʒ Mais
88
l ioye  lhōme pꝛēne quāt lheure viēt
lꝛ iii
k3v

89
il fault aller/Car la moꝛt palle frappe
90
de pied egal ⁊ ſemblable toutes choſes roy
91
alles Et ainſi que flaccus recite Moꝛt ne
92
cure point ou pꝛent garde aux veibules
93
tenebꝛes miſerables a pompes ne oꝛgueilʒ
94
Mais deſpꝛiſe les pompeuſes poytrines.
95
Par aucuns dons elle ne appaiſee.et par
96
ſon aduenement ceent les floꝛides ꝑolles
97
qui ſont pꝛoferees par voix ⁊ pꝛolation re
98
thoꝛique Le pape ſacre:le vilain inert: et le
99
paant par diſcrime ſemblable ſont tout
100
vng enuers la moꝛt Et celluy qui eaye
101
euader ne la fuyꝛa ia Et pourtant ne ſera
102
pas chacun a ſeur par ce que moꝛt oe tou
103
tes choſes ⁊ raui Et ſi aucun auoit veſcu
104
laage de Neoꝛ dont pluſieurs hyoꝛio⸗
105
graphes parlent diſans quil exceda laage
106
des coꝛbeaulx qui viuent innumerablemēt
107
ou que vng homme eu laage ſybilline
108
Ou quil vſe de bꝛiefue vie rien ne refere
109
car par le ſentier de moꝛt tous perient.
110
Que tu viues mille yuers touteſfoys tu
111
mourras et te e dōnee fin par moꝛt. Pou
112
treuue lon de hommes qui viuent cent ans
113
Touteſfoys celluy qui les a meurt enuis
114
combien que par les poureteʒ de vieillee
115
ſouuent il deſire la moꝛt Et voit on natu⸗
116
rellement que maintenant apꝛes vng pere
117
le filʒ ne vit que pou de temps: et aucuneſ⸗
118
foys pꝛecede filʒ pere par moꝛt Lung va
119
as lautre iuſques a ce  pere filʒ et iouuen
120
ceau ſoyent failliʒ Et que a la parfin les
121
flammes ⁊ elemēs les repurgent ceaa⸗
122
uoir apꝛes le grant iugement ⁊ derniere re
123
ſurrection que pere et filʒ reſuſciteʒ viurōt
124
autant lung comme lautre Et pource fol
125
mal ſain pourquoy ploꝛes tu  ⁊ auecques
126
pleur de hoꝛrible ſon lamentes les moꝛs de
127
tes pꝛedeceeurs Folle choſe e perturber
128
le repos a celuy qui ſe doꝛt Les coꝛps moꝛs
129
doꝛmentce folie de ploꝛer ⁊ crier pour les
130
eſueiller Chacun de eulx a veſcu ſon tēps
131
incontinent les ſuyurons et gouerōs les
132
inferies de la moꝛt Et generalement la ou
133
ilʒ ſont alleʒ tous nous irons. Conſidere
134
aui ⁊ adioue que iadis a pluſieurs fut
135
vtile pouoir mourir deuant le iour ⁊ finir
136
les labeurs de la vie miſerable. Pluſieurs
137
ont conceu la moꝛt a eulx pour medicine:et
138
leur ſembloit choſe ioyeuſe quant moꝛt les
139
pꝛenoit Mais les aultres ont gette leurs
140
ames par le las ou ꝑ fer Ce a dire ſe ſont
141
penduʒ ou deaitʒ Et comme perodieux
142
de leur vie ſont finiʒ O combien de captifʒ
143
deliure moꝛt de chartre obſcure Par moꝛt
144
ſont deſliees les coꝛdes ⁊ les toꝛs ⁊ catha
145
es Ceaauoir du lit de fer ou de lecu ⸗
146
leon Et ceulx qui deuoyent ere ſans fin
147
toꝛmēteʒ de fleaux par moꝛt en ſont eſcha⸗
148
peʒ.Bien e doncques moꝛt franche et en
149
ſon liberal arbitre exempte des ſubiectiōs
150
de foꝛtune laquelle par egale moderation
151
tourne les maiſons des poures ⁊ les tours
152
des roys Et ſi foꝛtune parti mal les ne⸗
153
phandes ⁊ mauldictes richees ſe foꝛſenne
154
contre les bons ou eſlieue les mauuais
155
iuſques aux eoilles Finablement moꝛt
156
hoꝛrible repend icelle choſe ⁊ abat par ega
157
le meſure Et toute telle periodemete  oꝛ ⸗
158
donnanceet iour que moꝛt a eabli a ſoy
159
elle garde et la lie dung ferme aymant.
160
Moꝛt ne donne rien pour pꝛieres Elle ſeul
161
le refuſe toute choſe qui plai au monde:et
162
ne craint aucuns cōmandemens Elle tour
163
ne et verſe en ront toutes cruelles vei⸗
164
ges ou ſequelles Et ſaulte la dance hoꝛri⸗
165
dule a laquelle homme ne puie obſier
166
ou aller au contraire Et ſouuent moꝛt per
167
fide et mauuaiſe pꝛemierement en ſa dance
168
contrainct laer les piedʒ ⁊ plus to que
169
tu ne crois Et obſeruer le cruel chant de ſa
170
tube a lalle ne peut reſier papeemꝑeur
171
royeueſq̄citoyē ou ſorffreteux Que ꝓuf
172
fite  tu faces vng ſarcophage de marbꝛe
173
⁊ doꝛ Celluy qui e bon na cure de tōbeau
174
doꝛecar il e couuert du ciel ſil na vne vꝛ⸗
175
ne a ſe bouter Les hyoꝛiographes ree⸗
176
rent que Arthemeſie iadis royne de Carie
177
contraincte par vne vaine erreur apꝛes la
178
moꝛt de ſon mary que excellentement ay⸗
179
moit fi faire vng mauſeolle Ce a dire
180
ſepulchꝛe de ſi grande magnitude que les
181
anciens le annumerent entre les ſept ſpe⸗
182
ctacles du monde reluiſant doꝛ ⁊ de pierres
183
cieuſes Apꝛes ce le roy chēnys fi faire
184
en egypte vne pyꝛamide qui donnoit eſba⸗
185
hyement a tous voyans ⁊ dōnera a tous
186
oyans.la magnitude delle auecq̄s lartifice
k4r

Fueillet. lviii
187
qui eoit de pierres carrees Cōme dit ſo⸗
188
linus en ſes collectanees. Etdit Plinius
189
en ſa naturelle hyoire que piramydes
190
eoyent tours faictes en egipte pour met⸗
191
tre le treſoꝛ des roys les plus haultes que
192
lon pouuoit faire. Aīſī Chemnys regnāt
193
en icelle terre en voulut faire faire vne qui
194
toutes aultres exceda. Et reffere Dyo⸗
195
doꝛus en ſes hyoires que a faire cee py
196
ramide furent troys cens ſoixāte mille hō
197
mes q a paine ꝑ leſpace de vīt ans la peu⸗
198
rent conruire.O combien de richee gai
199
gna et puiſa la terre memphitique par qui
200
elle nourri la compaignie et plebeite de
201
tant de ouuriers ſeulement de racines ⁊ de
202
petites herbes.Car adoncques la viande
203
que lon bailloit a gens de meier eoyent
204
choux et herbes du pais. Et dit Dyodoꝛꝰ
205
que cela fut eime a mille et ſix cens talēs
206
ceadire grandes pieces de monnoye cou
207
rantes en ce temps la. Qui e doncques q
208
narrera les aultres viandes bꝛuuages et
209
nourriemens pour entretenir tant de ou⸗
210
uriers.A grant peine tant fu riche pꝛince
211
payeroit les deſpens de ſi grant entrepꝛīſe
212
ſil neoit deceptif ou enchanteur. Oꝛ na ce
213
de rien pꝛouffite.Et e Chemnys moꝛt ſō
214
coꝛps pourry:mais de lame on ne ſcait cō⸗
215
ment. Plinius aui refere que vne dame
216
nommee Rhodope laquelle eoit meretri⸗
217
ce et habandonnoit ſon coꝛps pour villain
218
gaing:duquel elle fi faire vne pyꝛamide
219
affin que le monde ne ſeſbahi plus com⸗
220
me les roys eoyent ſi riches de faire con⸗
221
ruire pyꝛamides pour mettre leurs tre⸗
222
foꝛs quant vne folle femme de ſon villain
223
gaing en auoit bien fait conruire vne.
224
Amaſis aui roy de egipte riche et puiāt
225
en fi faire vne moult ſumptueuſe pour ſō
226
ſepulchꝛe.Mais que vault longuement me
227
ner tout cela en ce monde pour nient quant
228
il fault mourir:veritablement ce choſe
229
vaine que a peine concoit nore pꝛeſente
230
carine et nauire de inferer pour nient tant
231
de deſpens aux ſepultures des moꝛs: et a
232
cendre boe ⁊ oꝛdure ediffier vne ſi grande
233
ſpelunque et foe. Car entretant vng ſeul
234
ſalut de lame e contemne et deſpꝛiſe ou
235
mis a nonchalloir iacoit que lame viue
236
par mille ſiecles et quelle ne meure iamais
237
Nul ne ſe doit deffier de ſepulchꝛe. Car tou
238
te la terre e benoie de dieu. Et celluy
239
qui e iue et ſās pechie a ſepulchꝛes deco
240
res ⁊ repoſe en lieu ſainct et diuin ou ail⸗
241
leurs.Car aui to va lame du iue qui
242
e enterre emmy les champs que de celluy
243
qui e en legliſe.Et pource dirige la moꝛt
244
aduenir tempeiuemēt et te concilie a dieu
245
Car la moꝛt du pecheur e treſmauuaiſe:
246
et celluy treſfol qui ny penſe.

14
Non generi
aut opibus
etc.

22
In hoc om
nes falli⸗
mur etc.

35
Fallimur
o fratres. etc.

56
Sed quia tam
varie mori
mur etc.

82
O fatum cru
dele nimis.
etc.

98
Papa sa⸗
cer villa⸗
nus etc.

110
Mille hye⸗
mes viuas.

124
Cur ergo
ploras ma
le sane etc.

133
Adde quod ante
diem etc.

148
Libera for
tune mors
est etc.

171
Sarcopha
gum faci⸗
as etc.

196
Millia tre⸗
centena hominum
etc.

215
Pyramidem
rhodopis
struxit. etc.

229
Est res va
na quidem. etc.

237
Terra deo
benedicta
omnis. etc.