GW5065/B89
k6r
¶De la folle ou sote per⸗
mutation.
1
¶La satyre ensuyuante intitulee de folle
2
permutation est contre les folz qui laissent
3
a acquerir le royaume de paradis et le per
4
muent aux vanitez de ce monde: ayment
5
mieulx souffrir des peines/ des tourmens/
6
Exposer leur corps a tous dangiers pour
7
le seruice du monde que au seruice de iesu
8
crist. Et permutent le gaing quilz auroyent
9
en seruant dieu au gaing quilz ont en ser⸗
10
uant le monde: parquoy ilz sont appellez
11
folz et comparez a celluy fol qui donne son
12
cheual pour vne tybie ou cornemuse a ber⸗
13
gier qui ne sonne guieres bien. Dont met le
14
prolude. Qui commue son cheual pour
15
vne tybie a bergier qui ne sonne que follie
16
et encores gueres bien il ne consuyt riens
17
de gaing. Et ainsi aduient a celluy qui pour
18
vne chose fragille fuyt et laisse cela qui
k6v

19
est perpetuel. Dont met lescripture a pro⸗
20
pos. Qui voit la chose plus vtile et prent
21
les choses deteriores et mauuaises il est
22
fol et sans demeure soit absent de luy le
23
rays du soleil. Iamais aux folz on ne don
24
ne secours quant ilz sont obstinez: mais aux
25
errans et deliquens qui se veullent bien ra
26
dresser. La vie des mauuais est tenebreu⸗
27
se et ne scauent ou ilz cheyent.
28
SOuuent a le fol acoustume
29
tolerer et souffrir plusieurs
30
labeurs et solliciter a ses es⸗
31
paules plus grief iouc ou pe
32
sant fardeau au moyen de
33
quoy il submerge et plonge son ame dedans
34
les eaues tartariennes et infernalles et voye
35
les gorges larges et ouuertes dung chien
36
stigial. Et par aduenture trauaille plus a
37
ce faire que celluy qui demeure en lermitaige
38
entre les lustres et regardz des bestes sau⸗
39
uaiges: et qui continuellement effonde veux
40
et prieres a dieu. Car auecques la sensua⸗
41
lite de nostre fresle nature maintenant le re
42
gne des vices est si grant que les pechiez
43
nous impellent a soustenir plus de labeurs
44
que vertu. Car la voye a tous maulx est
45
facile. Nous regardons maintenant quelz
46
estatz presumptueux exige et requiert la su
47
perbiete pompeuse de ce monde et par quel
48
les peines elle est polie. Premierement elle de
49
mande ornemens de teste/ les couronnes
50
du frontloignement odorant/ les vestures/
51
le pesant aneau dor: ou dargent. Et ainsi lar⸗
52
deur dauarice et de assembler argent pour
53
suruenir a telles pompes et folles vanitez
54
tire plusieurs par les cruelz perilz et dan⸗
55
giers Par fortunes et aduentures diuerses
56
et finaublement a mort ou exil de corps et
57
de biens. Celluy que lestude et vaine curio
58
site du denier tire a soy: naige la mer
59
adriatique la ou ne se treuue quelque fin
60
et les fluctuations trementes: cestadire
61
les vndes de peril mortel en la mer da⸗
62
uarice et ne craint point les vagues flu
63
ctuantes et les sonores tempestes. Car
64
la sacree fain dor fait les poictrines seu⸗
65
res et les cueurs des hommes hardis. Et
66
ainsi ne prennent point doulx sommes et
67
mol repos ceulx que la rude harpe auec⸗
68
ques ses cordes tire a soy. Tousiours
69
les ioueurs dicelle harpe ont cures et soing
70
de lacorder et sont tous acoustumez de
71
souffrir et pertolerer douleurs et peines
72
par nuitz et par iours. Pourquoy voul⸗
73
droye ie memorer les ganeons qui apres
74
quilz ont le ventre farcy et plain: tousiours
75
se gisent et couchent en leurs delices et crapu
76
les. Pourquoy referery ie celuy que ve⸗
77
xe et trauaille la cure et labeur de sa fem
78
me craignant en sa chambre de mariage
79
les stupres mutuelz. Cestadire qui se tue
80
le corps pour complaire a la folle plaisan
81
ce de sa femme craignant quelle ne voise
82
en dommaige ainsi que luy. Assez de telz
83
folz ya qui pour leurs vanitez sont prestz
84
et appareiliez de souffrir peines et la⸗
85
beurs innombrables: mais pour iesucrist
l1r

Fueillet. lxi.
86
homme nest prompt et appareille souffrir
87
labeurs Ainsi noz corps trebuschent et cou
88
rent a la mort. Iuuenal dit que a tard plai
89
sent les choses tresbonnes/ car maintenant
90
les malfaitz aydent tous hommes et leur
91
plaisent. Et pourtant estudie le saige tous
92
iours embrasser vertu/ car les crimes tres⸗
93
mauuais viennent de leur gre et ne fault que
94
tant soit peu dentree pour leur donner vng
95
grant cours Et ainsi que dit sainct Mathieu
96
en son .vii. non pas en parolles comme icy
97
mais equiualentement Qui pour le royau
98
me des cieulx marchande les iniques illece
99
bres et folles vanitez du monde il demeure
100
fol et inert a tousiours/ car de lung a lau⸗
101
tre il nya point de comparaison mains que
102
dung bon cheual a la musete dung bergier
GW5065/B89
k6r
¶Dela folle ou ſote per⸗
mutation.
1
¶La ſatyꝛe enſuyuante intitulee de folle
2
permutation e contre les folʒ qui laient
3
a acquerir le royaume de paradis et le per
4
muent aux vaniteʒ de ce monde: ayment
5
mieulx ſourir des peinesdes tourmēs/
6
Expoſer leur coꝛps a tous dāgiers pour
7
le ſeruice du monde que au ſeruice de ieſu⸗
8
cri.Et permutēt le gaing quilʒ auroyēt
9
en ſeruant dieu au gaing quilʒ ont en ſer⸗
10
uant le monde: parquoy ilʒ ſont appelleʒ
11
folʒ et compareʒ a celluy fol qui donne ſon
12
cheual pour vne tybie ou coꝛnemuſ e a ber⸗
13
gier qui ne ſonne guieres bien.Dōt met le
14
pꝛolude. Qui commue ſon cheual pour
15
vne tybie a bergier qui ne ſonne que follie
16
et encoꝛes gueres bien il ne conſuyt riens
17
de gaing.Et ainſi aduiēt a celluy qui pour
18
vne choſe fragille fuyt et laie cela qui
k6v

19
e perpetuel. Dont met leſcripture a pꝛo⸗
20
pos.Qui voit la choſe plus vtile et pꝛent
21
les choſes deterioꝛes et mauuaiſes il e
22
fol et ſans demeure ſoit abſent de luy le
23
rays du ſoleil.Jamais aux folʒ on ne don
24
ne ſecours quāt ilʒ ſōt obineʒ: mais aux
25
errans et deliquens qui ſe veullent bien ra
26
dreer.La vie des mauuais e tenebꝛeu⸗
27
ſe et ne ſcauent ou ilʒ cheyent.
28
SOuuent a le fol acouume
29
tolerer et ſouffrir pluſieurs
30
labeurs et ſolliciter a ſes eſ⸗
31
paules plus grief iouc ou pe
32
ſant fardeau au moyen de
33
quoy il ſubmerge ⁊ plonge ſon ame dedās
34
les eaues tartariēnes et infernalles ⁊ voye
35
les goꝛges larges et ouuertes dung chien
36
igial.Et par aduenture trauaille plus a
37
ce faire  celluy qui demeure en lermitaige
38
entre les lures et regardʒ des bees ſau⸗
39
uaiges:⁊ qui continuellet effonde veux
40
et pꝛieres a dieu. Car auecques la ſenſua⸗
41
lite de nore freſle nature maintenant le re
42
gne des vices e ſi grant que les pechieʒ
43
nous impellēt a ſouenir plus de labeurs
44
que vertu. Car la voye a tous maulx e
45
facile.Nous regardons maintenant quelʒ
46
eatʒ pꝛeſumptueux exige ⁊ requiert la ſu
47
perbiete pompeuſe de ce monde et par quel
48
les peines elle e polie. Pꝛemieret elle de
49
mande oꝛnemens de tee les couronnes
50
du frontloignemēt odoꝛantles veures
51
le peſant aneau doꝛ:ou dargēt.Et aīſi lar⸗
52
deur dauarice et de aembler argent pour
53
ſuruenir a telles pompes et folles vaniteʒ
54
tire pluſieurs par les cruelʒ perilʒ et dan⸗
55
giers Par foꝛtunes et aduētures diuerſes
56
et finaublement a moꝛt ou exil de coꝛps et
57
de biens.Celluy que leude et vaine curio
58
ſite du denier tire a ſoy: naige la mer
59
adriatique la ou ne ſe treuue quelque fin
60
et les fluctuations trementes: ceadire
61
les vndes de peril moꝛtel en la mer da⸗
62
uarice et ne craint point les vagues flu
63
ctuantes et les ſonoꝛes tempees. Car
64
la ſacree fain doꝛ fait les poictrines ſeu⸗
65
res et les cueurs des hōmes hardis. Et
66
ainſi ne pꝛennent point doulx ſommes ⁊
67
mol repos ceulx que la rude harpe auec⸗
68
ques ſes coꝛdes tire a ſoy. Touſiours
69
les ioueurs dicelle harpe ōt cures et ſoīg
70
de lacoꝛder et ſont tous acouumeʒ de
71
ſouffrir et pertolerer douleurs et peines
72
par nuitʒ et par iours.Pourquoy voul⸗
73
droye ie memoꝛer les ganeons qui as
74
quilʒ ont le vētre farcy et plaī:touſiours
75
ſe giſēt ⁊ couchēt en leurs delices ⁊ crapu
76
les.Pourquoy referery ie celuy que ve⸗
77
xe et trauaille la cure et labeur de ſa fem
78
me craignant en ſa chambꝛe de mariage
79
les upꝛes mutuelʒ.Ceadire qui ſe tue
80
le coꝛps pour complaire a la folle plaiſā
81
ce de ſa femme craignant quelle ne voiſe
82
en dommaige ainſi que luy.Aeʒ de telʒ
83
folʒ ya q pour leurs vaniteʒ ſont pꝛeʒ
84
et appareilieʒ de ſouffrir peines et la⸗
85
beurs īnombꝛables:mais pour ieſucri
l1r

Fueillet. lxi.
86
homme ne pꝛompt et appareille ſouffrir
87
labeurs Ainſi noʒ coꝛps trebuſchent ⁊ cou
88
rent a la moꝛt.Juuenal dit que a tard plai
89
ſent les choſes treſbonnescar maintenant
90
les malfaitʒ aydent tous hommes et leur
91
plaiſent.Et pourtant eudie le ſaige touſ
92
iours embꝛaer vertucar les crimes treſ⸗
93
mauuais viennent de leur gre ⁊ ne fault 
94
tant ſoit peu dentree pour leur donner vng
95
grant cours Et ainſi  dit ſainct Mathieu
96
en ſon.vii. non pas en parolles comme icy
97
mais equiualentement Qui pour le royau
98
me des cieulx marchande les iniques illece
99
bꝛes et folles vaniteʒ du mōde il demeure
100
fol et inert a touſiours  car de lung a lau⸗
101
tre il nya point de comparaiſon mains 
102
dung bon cheual a la muſete dung bergier

14
Qui pro stul
tisona non
bene. etc.

20
Qui videt
vtilius. etc.

28
Sepe solet
fatuus. etc.

42
Nos scele⸗
ra impellunt.
etc.

57
Nauigat
hadriacum
pelagus. etc.

75
Quid fatu
um referam.
etc.

88
Optima
raro pla
cent etc.