Fueillet. xiiii
60
du vin. donc ebriete est moult a fouir. Par
61
tant quelle aguillonne luxure et incite a ce
62
les rains des hommes en faisant les cueurs
63
petulans tremblans et sans arrest. Ebriete fu
64
rieuse sans raison va et transuole par le mon⸗
65
de. Et ne met sa fin en aucun crime: cestas⸗
66
sauoir: ne cuide point que iamais blasme en
67
doyue venir. Ebriete froisse les meurs.
68
Fait les langues loquaces et trop habundan
69
tes en parolle: et souuent declaire le secret de
70
la pensee. Auecques ce. Rien nest plus en⸗
71
roue: plus ort: plus fascheux: et plus villain
72
que ceulx dont la gourmandise ne se peult
73
lasser. De ce nous auons exemple de Cresus
74
filz de la royne thomiris qui auecques grant
75
excercite ala contre le roy Cyrus: toutes⸗
76
foys non doubtant des insidiations de son
77
ennemy se mist a boire et sen yura: tant quil
78
fut surprins et mis a perdition: ce qui neust
79
pas este sil ne se fust point enyure: et quil eust
80
euite les boires du vin tumide et orgueilleux
81
Semblablement le grant alexandre cor⸗
82
rumpu par ebriete estoit si hors du sens que
83
mesme en sa fureur fist tuer vng de ses
84
compaignons descolle: et portoit glaiue con⸗
85
tre ses propres amys. Parquoy il est re⸗
86
quis que mesure et maniere soit es choses.
87
Mais le plus modere vsaige de vin que
88
lhomme puisse prendre ne nuist point: com⸗
89
bien que aucunesfoys le vin modereement
90
prins garde les espris agus: mais qui boit
91
sans loy et sans mesure euacuant et vui⸗
92
dant les grandes bouteilles il deuient ort
93
et puant. Et a la fin trouuera et experimen
94
tera vne peine dure et amere. Par quoy
95
non sans raison appelle est entre les folz
96
celluy qui de telle follie est plain.
¶Des richesses inutiles.
1
¶Par la satyre ensuyuante est monstre
2
quelle follie cest que la sollicitude des riches⸗
3
ses et destre trop habandonne a les assem
4
bler. Et compare lacteur les mondains
5
pleins de ceste erreur a celluy fol qui a eu
6
des biens largement lesquelz il a tant te
7
nuz clos et serrez que iamais nen eust aide
8
a vng de ses poures amys. Mais fina⸗
9
blement vient a celle pourete que contrainct
10
est de demander et ne treuue pas qui luy en
11
donne. Pource met lescripture Ne vueillez
12
point estre angoisseux et trop adonne en
13
richesses. Car elles ne te prouffiteront rien ou
14
iour de obduction et de vengeance que fortune
15
te sera contraire. Rien ne vauldront les tre⸗
16
sors de mauuaitie. Mais iustice deliurera
17
de la mort par les biens iustement acquis.
18
Et pourtant malediction soit a vous riches
19
qui en ce monde auez vostre consolation Car
20
en ce monde le riche et le poure ont trouue
21
lung lautre. Mais nostre seigneur est ope⸗
22
rateur et facteur des deux: car quant bon luy
23
semble il fait du poure le riche: et du riche le
24
poure. Donc met le prolude. Celluy qui con
25
tient et garde en son arche les richesses de
26
ce monde tellement closes quil nen veult
27
pas consoler son poure amy cheu en men⸗
28
dicite: vne foys viendra que cestuy en de⸗
29
mandera: et rien ne prendra.
c ii

gw5065_027_providence_c2r
67
Ebrietas
mores. etc.

73
Exemples
Non thomi⸗
ris natus. etc.

81
Magnus a⸗
lexander
morbo. etc.

11
Noli anxius
esse. etc.

24
Diuicias
molles. etc.