30
VNe tresgrande follie est et re
31
putons chose moult vaine que
32
la pecune mortelle et le grant
33
tresor des richesses mondai
34
nes est tant honnore. Et
35
que la mauldicte ardeur de
36
auoir est si grande. Mais la follie est telle:
37
que apres les richesses assemblees et que vng
38
homme a dequoy plus grans honneurs luy
39
sont donnez que a saigesse: et sont les dons
40
du riche tousiours en meilleur degre que du
41
poure tant soit saige. Car ou temps present
42
nous ne prisons rien les sainctes meurs et
43
nest aucun amateur de vertu: par ce que
44
la grant habondance des choses confont et
45
abuse les couraiges des hommes Et est main
46
tenant celluy seul saige conseiller et aucteur
47
du droit qui contient et possede en son coffre
48
habundance de deniers. Et obeist seulement
49
la court et le saige senat au riche: qui seul a
50
les louenges du monde: seul acquiert les hon
51
neurs et les amitiez: iacoit que par aucune
52
vertu il ne les desserue. Mais aux deniers
53
sont donnez si grans loyers Car tousiours
54
la premiere question est quant vient a par
55
ler dung homme pour le marier ou aultre⸗
56
ment sil est riche. Mais iamais de ses meurs
57
si non au dernier par maniere de faire que
58
on dit quil est bon ou aultre. Et suffist sca⸗
59
uoir pour combien dargent il a de beufz de va
60
ches et de charues par les champs Car en tel
61
cas autant a vng homme de soy et de credit quil
62
garde de deniers en son coffre: pose soit quil
63
iure: quil regnie: quil maulgree dieu les anci⸗
64
ens autelz et choses sainctes. Mais le poure
65
est tousiours creu estre mauldit et contemner
66
les sainctes inspirations et les dieux combien
67
quilz nen scaichent rien. Et veritablement
68
quant la tressaincte maieste des richesses es⸗
69
lieue telz tiltres et donne telz noms aux riches
70
on leur enuoye lieures/ poissons/ saueurs
71
doyseaux/ fesses de sengler et tout ce que on
72
peult trouuer de doulceur et de gentillesse.
73
Mais tousiours sont vuides les maisons
74
du poure O fain enragee mal saine et cru⸗
75
elle cupidite des choses tant tu es en bruit
76
maintenant. et toutesfoys que prouffite ce que vng
77
auaricieux deuore toutes choses et tous⸗
78
iours a. Ce ne peult de rien prouffiter: mais
79
a vne bouche ieune rien ne suffist et qui plus
80
a plus veult auoir. Car lauaricieux na point
81
assemble le monceau de deniers pour auoir
82
repos eternel: mais laissera apres sa mort
83
tant du corps que de lame noises et lites subi⸗
84
tes entre ses hoirs. A plusieurs est vtile.
85
Mais il est sans gloire et sans prouffit a cel
86
luy qui ne scait garder maniere et loy mo⸗
87
deste et attrempee. Car dieu tout puissant
88
laissera finablement et a lextremite celluy ri
89
che qui rien de don ne eslargit a ses poures
90
amis. Et pour quelque aduersite qui au riche
91
vienne dieu ne recepura point gracieusement
92
ses veux et prieres: car ce seroit contre rai⸗
93
son que bien fust fait a celluy qui ne la vou⸗
94
lu faire et y estoit grandement tenu: donc cest
95
vne grande follie de accumuler biens et ri⸗
96
chesses qui saigement nen veult vser.
¶Du seruice de deux maistres.
1
¶La satyre ensuyuante parle des folz qui veu
2
lent seruir a dieu et a dyable: et deux mai⸗
3
stres entretenir. Et les compare a vng chas⸗
4
seur qui veult courir et corner et prendre en
5
diuerses places deux lieures a vne foys et
6
na que vng chien. Dont dit le prolude. Cel
7
luy veneur prent en vng mesme temps deux
8
lieures que vng seul chien maine par les bois
9
qui ardamment desire seruir a deux seigneurs
10
et vouldra souuent faire plus quil ne pour⸗
11
ra. A ce propos ramaine nostre acteur les⸗
12
cripture qui dit. Homme ne peult seruir a
13
deux seigneurs. Car ou il haira lung et ai⸗
14
mera laultre ou adherera a lung et lautre
15
contemnera. Vous ne pouez seruir a dieu
16
et a la richesse du monde: dont vng diable
17
nomme mammon est dit dieu maistre et sei⸗
18
gneur. Car qui se haste faire lung et lautre
19
nen fait nul bien. Par tant que le sens en⸗
20
tendant a plusieurs choses est trop petit et
21
le cueur qui va par deux voyes ne aura ia
22
bonne fin.
23
CElluy est fol qui veult ser⸗
24
uir au grant et souuerain ton⸗
25
nant cest a dieu. Et quiert
26
pareillement seruir au mon
27
de prophane et villain. Car
28
ainsi que de celluy qui en vng
gw5065_028_providence_c2v
31
Plurima
stulticia est
etc.

41
Nil mores
colimus san⸗
ctos. etc.

52
De censu in
primis de
moribus. etc.

66
Quando quidem
tales. etc.

74
Ah vesana
fames.

83
Vtilis est num
mus. etc.

6
Ille duos
lepores ve⸗
nator. etc.

12
Nemo potest
duobus. etc.

15
Non potestis
deo seruire.
etc.

23
Stultus et is
summo. etc.