Fueillet. xvii
33
ont point horreur de commettre couurans
34
et absconsans les propres macules et ordu
35
res du pechie quilz ont fait alors quilz sont
36
prestz et appareillez de blasmer les aultres
37
Et sont maintenant aucuns folz iudica⸗
38
teurs qui follement tournent tous les faitz
39
des aultres hommes en vices: leuent le nez
40
par mocquerie et font aultres grans signes.
41
Toutesfoys ne considerent point quilz por
42
tent les membres des mauuais ors et sen⸗
43
glans auecques maladies nees en leur vi⸗
44
cieuse poictrine. Et ainsi la main ou ensei⸗
45
gne fichee ou droit sentier du champ mon⸗
46
stre le droit chemin par lequel elle ne va pas
47
Et ainsi font telz folz iugeans: notans: et con
48
damnans les delitz des hommes et ne iu⸗
49
gent pas leur propre pechie et vie deshon⸗
50
neste. Parquoy ceulx qui veulent prendre
51
et tirer vne petite espine de loeil de leur fre
52
re: regardent soy que eulx mesmes portent
53
en loeil vng grant cheuron et vng pesant
54
faitz Plusieurs par ceste follie se faignent
55
curieux: durs docteurs et bons fabriciens.
56
Plusieurs aussi essayent monstrer le front
57
socratique et la grant barbe en signe de
58
saigesse: desquelz toutesfoys la vie est tres⸗
59
mauuaise: et desquelz les precordes suent
60
par vne tacite et couuerte nuisance. De ce
61
est amenee a propos la clere sentence du
62
saige et disert ciceron. Par laquelle il en⸗
63
seigne que aucun ne fatige les pechiez daul
64
truy sil ne se sent vuide de vices et expert
65
de pechie. A ce propos ie te pourroye
66
amener plusieurs prouerbes et notables
67
dictz des anciens peres. Car veritable⸗
68
ment celluy qui desire reprendre les meurs
69
daultruy et villainement adhere et demeu
70
re en ses vices: fait comme le medicin ma
71
lade qui sefforce guerir les aultres par me
72
decines et soy mesme ne scait garir. Et
73
realement plusieurs sont en ce monde qui
74
aux aultres scauent bien consulter: mais
75
a soy mesme ne peuent persuader et ensei
76
gner ce qui est licite et honneste. Et pour
77
tant vous prestres qui concionez au peu
78
ple ou preschiez les commandemens de dieu
79
et de la sacree foy: quant vous blasmez
80
les aultres hommes par parolles et par bouche
81
faictes que la vostre soit franche de pechie
82
et prounee sans ordure: aultrement vous
83
estes dictz folz.
¶De concion de sapience.
1
¶Affin de plus euidamment monstrer a ceulx
2
qui desprisent sapience et ses commandemens la
3
grant follie quilz font. En la partie ensuyuante
4
baille lacteur les biens et louenges de sapience
5
affin dy actirer les cueurs des hommes et
6
les mettre hors de follie et de erreur. Et figu
7
re ladicte sapience ainsi que vne chose angelique
8
parlante aux hommes de la terre: dont aucuns
9
lescoutent les aultres noms. Dont met le prolude.
10
Celluy precede tous: dessert les nobles hon
11
neurs et luy est donnee ou ciel digne couron
12
ne. qui se delecte en la sapience diuine et qui
13
de cueur flagrant et ardant honnore les sainctz
14
enseignemens. Et a lopposite fol est repute
15
digne dentrer la nef des folz qui les mande⸗
16
mens de sapience ne suit et au contraire fait.
gw5065_033_providence_c5r
54
Multi se cu
rios. etc.

60
Hinc cicero
nis adest sen
tentia. etc.

76
Vos quo⸗
que presbiteri.
etc.

10
Quem sacra
delectat. etc.