Fueillet. xxvi
42
doyue craindre la ruine/ car toutes choses
43
cheyent a la mort. Et comme dit Horace Tou
44
tes choses nees es terres enuieillissent Et
45
chiet tout ce que la terre bien euree a donne
46
Ou est celluy homme mortel mis en tel sort
47
quil se puisse promectre les temps aduenir
48
et estre asseure dung demain Ou que for⸗
49
tune tousiours vne luy promecte viure com
50
me ainsi soit quelle tourne en roe instabile
51
et sans arrest Et aussi la fiere lachesis tous
52
iours prenunciatiue de dure mort ne te permet
53
point longuement tirer son fil et alonger
54
ta vie oultre la disposition Atropos aussi
55
lautre parce turbide et obscure nobeist point
56
a noz veux affin quelle nous donne longz
57
iours en ce monde Et trouuons par exemple que fu
58
neste puissance tire plusieurs a mort subite
59
affin que adonc plus griefuement cheyent
60
Ainsi que Iulle cesar dominateur de tout
61
le grant monde Alors quil honnoroit trop
62
les blancs dieux de son sort ou millieu
millieu ] meillieu GW5065
63
du senat Il sentit les mortelles destinees
64
et ne luy ayda rien fortune a mort/ car il
65
fut tue Et ainsi deuons entendre que la
66
puissance non veue a tousiours voyes
67
doubtables et est lhomme non veu impe
68
rieux a plusieurs Et par tant la puissan
69
ce qui est a craindre donne petites deli⸗
70
ces puis que en sa teste elle porte tristes
71
dommaiges Car tant plus vng homme a
72
este hault esleue et il chiet plus est dolent
73
Parquoy il est necessaire a plusieurs a⸗
74
uoir craint ce que plusieurs craignent et aussi
75
la communite hayt ce quelle craint et estudie le per
76
dre Cest assauoir quant vng peuple a sei
77
gneur quil craint il le hayt et vouldroit
78
quil fust mort. Et ainsi lhomme imperieux
79
constitue par fortune en hault degre nest
80
manie daucune amour Et ne le honnore
81
point le resioyssement du peuple ne la bon
82
ne renommee aussi Et pourtant ne vous
83
confiez point ainsi aux sceptres mobiles
84
car la roe se tournera toutesfoys que dieu
85
vouldra.
¶De limpacient en maladie.
1
ICy parle la satyre du mala
2
de qui est en son lit attendant
3
sante et ne veult croire au me
4
decin et faire ce quil luy ordonne
5
parquoy il est repute fol/ et
6
par merite doit estre mis en la nef auecques les
7
aultres Dont met le prolude. Se aucun mala
8
de sent en son corps tristes maladies et est
9
contrainct par griefue anxiete et nensuyt point
10
les enseignemens donnez du saige medicin
11
sil chiet en plus grande destresse non sans
12
cause et sil a par son merite les dommaiges
13
de douleur Parquoy dit lescripture se tu
14
actens loeuure du medecin il conuient que tu
15
luy monstres et descouures ta playe Et si
16
nest pas ou medecin que le malade soit tous⸗
17
iours releue Parquoy tu qui te sens malade
18
obuie aux commencemens/ car a tart est me
19
decine appareillee quant les maulx sont ve
20
nuz a conualescence par langues demeures
e ii

gw5065_051_providence_e2r
43
Omnia que ter⸗
ris nunc sunt
etc.

58
Ad casum
subitum etc.

7
Egrotus
si quis mor
bos etc.

13
Si opus me
dicantis. etc.