Fueillet. xxxii
40
aucun honneur/ aucune beaulte ou splen⸗
41
deur de noble clarte. Et ainsi les enfans ne
42
apprennent point les bonnes meurs La fem
43
me ne garde point les signes de chastete et
44
toutes choses laides sonnent Car la fem⸗
45
me prent les mauuais signes de son fol ma
46
ry et ensuyt celle lignee son pere par meurs
47
et par conditions Ainsi le fol pere na point
48
enseigne son enfant a bien viure Et pour
49
tant selon droit lenfant sera semblable en
50
meurs.Et si les peres sont ioueurs aussi et
51
les uepueux ont acoustume en ces petites
52
choses se assimuler et faire comme eulx. Pour
53
tant dient les communs prouerbes des anciens
54
souuent par coustume est le filz sembla⸗
55
ble au mauuais pere Parquoy les moy ⸗
56
nes reputent a droit iouer quant ilz voyent
57
leur abbe qui remet les dez ou tablier et di⸗
58
sent quilz peuuent aussi bien iouer comme
59
luy. O meurs miserables O temps plains
60
de fureur et de follie vous souffrira tous⸗
61
iours dieu Maintenant en folie se rend le
62
filz fol semblable au pere et la fille a la me
63
re et le droit est que a grant peine de folz pa
64
rens pourroyent estre saigement nourriz
65
enfans Car iamais loup nengendra ouaille
66
ne iamais naistre ne peult dung tigre qui
67
est beste cruelle veau ou aigneau. ysopet
68
dit en ses appologies que lescreuisse grauist
69
a reculons et va en arriere comme son pere
70
Et aussi les enfans ensuyuent les mauuais
71
signes de leurs parens Toutesfoys nest
72
il pas dit que ceste reigle tienne par tout/ car
73
il est possible que vng mauuais pere engendre
74
ra vng enfant qui sera bon en suyuant lexem
75
ple des saiges et laissant celle du pere Et
76
peult on veoir par le filz aucunement quel
77
fut le pere Ainsi Dyogenes le grant ora⸗
78
teur cyniq qui veit vng enfant themulent
79
cestassauoir chancelant pour auoir trop
80
beu il luy dist Filz ie voy icy que vng pere
81
yurongne ta engendre. Et pourtant chascun
82
en ses propres maisons viue si honnestement
83
quil ne donne point a ses enfans ou fa⸗
84
miliers mauuais enseignemens.
¶De voluptuosite corporelle.
1
¶Ensuyt vne autre satyre touchant les
2
folz que volupte corporelle attire a soy. Et
3
les compare aux ouailles que le bouchier
4
tient par le licol pour les mener la ou il
5
veult sans que la poure beste saiche sil
6
la maine a la pasture ou a loccision Et
7
sentent ceste volupte de toutes autres
8
abusions mondaines Mais pourtant que
9
labusion de luxure et de volupte char⸗
10
nelle est maintenant plus diuulguee que
11
les autres voluptez et folles plaisances
12
entre les simples et rudes icy la prent no
13
stre acteur pour exemple/ et dit. La femme
14
qui est preparee en abit de meretrice et folle
15
femme a deceuoir les ames a irrety et enla
16
ce par plusieurs parolles le fol quelle a rencon
17
tre et tellement par persuasions de langaige
18
la mis en ses liens que incontinent il la suyt
19
ainsi que vng beuf mene a loccision ou au sa
20
crifice ou ainsi que laigneau saillant et
21
ioyeux qui ne scait ou il va/ ou ainsi que loy⸗
22
seau qui se haste dentrer dedens les las et
f ii

gw5065_063_providence_f2r
41
Non pueri
mores etc.

54
Trita etenim
veterum etc.

67
More patris
cancer etc.

13
Mulier or⸗
natu mere⸗
tricio etc.