Fueillet. lxiiii
50
ENcores nauons pas par noz
51
satyres precedentes appelle
52
et conuocque tous les folz
53
pour venir a la nef. Reste
54
la pire et plus probreuse tour
55
be des folz que les chiens sa
56
tyriques. cestassauoir les repreneurs de vi
57
ces desirent dilanier et mordre: pourtant quel
58
le est trop menteresse/ trop sordide/ laide/
59
auaricieuse. Et nest faicte saoulle par au⸗
60
cunes richesses innombrables Et selon rai
61
son la puissance du droit doit tourmenter et
62
pugnir ceste pestifere et venimeuse tourbe
63
et la perdre par supplice et tourment meri⸗
64
te. Pourtant que la tresrapide tourbe aua
65
ricieuse de pecule veritablement digne de
66
fleaux et de pugnition se estudie sans pitie
67
et sans misericorde despouiller ceulx qui sont
68
despouilliez. Et par auides deniers cumu⸗
69
le et assemble fourmens et bon vin: et fait
70
ses garniers plains des blez champestres.
71
Et tient en sa caue ou celier les vaisseaux
72
de vin tous bouillans. En ses greniers aussi
73
contient la blee et les grains trop anciens.
74
Et quant le poure laboureur a tire son vin
75
du pressouer il na pas a demy loisir de le
76
porter a lusurier. Lautre de recueillir son ble
77
pour luy porter en son grenier: la ou tant en
78
assemble que souuent par trop garder ilz
79
empirent: et ne valent denier. Ainsi la folle
80
et tresmauuaise tourbe des vsuriers seule
81
tient de bledz et de vin ce qui suffiroit par long
82
temps a innombrables citoyens et sont con
83
tens de veoir leur prochain auoir extreme
84
necessite luy et sa famille plustost que de le
85
secourir de ce qui en fin ne vault rien. Mais
86
cela est pourtant que celle folle compaignie
87
ne craint rien les puissances diuines et les
88
cruelles fouldres du dieu tonnant. Ains par
89
fas et par nephas: cestadire par droit et par
90
tort appareille toutes choses a ses gaingz
91
et prouffitz. Parquoy icelle tresorde tourbe
92
enfante fain et soif: et par impiete et mau⸗
93
uaitie tue plusieurs souffreteux qui sont sans
94
aide. Et maintenant est plus iuste et meil⸗
95
leure la recutite caterue: cestassauoir la con
96
gregation des iuifz que ne sont les vsuriers
97
qui portent nom de chrestien: combien que
98
icelle caterue recutite exige en ses faitz gran
99
de et pesante vsure. Mais toutesfoys est plus
100
intolerable et mains a souffrir lusure telle
101
que maintenant rauissent les nostres: et le
102
genre christicole. Le iuif est degecte au loing
103
et mis en exil hors de noz fins et metes
104
pourtant que aux hommes christigens ses
105
vsures sont congneues. O combien vexe
106
les poures et desnuez la trop dure exaction
107
sa hache trescruelle perce de part en part le
108
coste de lhomme qui est souffreteux. Ceulx
109
que laquest de vsure et le gaing deceptif ti⸗
110
re. Lardeur aussi et la soif dauarice ne de⸗
111
mandent point choses fecundes et les bonnes
112
semences de la terre: mais exoptent et desi⸗
113
rent les forces steriles: affin que par ce fa⸗
114
mine coure: car quant les vsuriers ont plains
115
leurs grans greniers de ble et leurs caues
116
de vins ilz seroyent contens que la terre nap
117
portast rien: que bledz et vins faillissent: affin
118
quilz vendissent les leurs a leur taux. Et
119
pourtant quilz ont grande habondance de
120
biens lauaricieux se rit quant la gresle fra
121
pe de sa corne les haulteurs des vins et des
122
bledz. Ainsi sont totalement spurques et vil
123
lains les vsuriers qui requerent les gaingz
124
sordides et ou dommage daultruy cueillent
125
et assemblent richesses: car cest la perdition
126
de leurs ames: dont par raison vsuriers
127
sont dictz folz et appellez pour venir a la nef
¶De la vaine esperance dauoir
et succeder.
1
¶Ensuyt vne satyre contre les folz qui ont
2
esperance en la mort daultruy. Et leur sem
3
ble pour ieunesse ou maniere de viure deli⸗
4
cate que la mort ne soit pas aussi preste de
5
venir fraper sur eulx que sur celluy quilz
6
desirent mourir. Ainsi sont comparez a celluy
7
qui contemple la mort estre sur vng grant mu⸗
8
let hastiuement courant: et pour larrester
9
luy lieuent le pie sans considerer que cest
10
sur luy que la mort vient fraper. Dont met
11
le prolude. Celluy est fol qui espere estre
12
eu successeur en choses dernieres et qui se
13
resiouyt de la cruelle mort daultruy. Tou
14
tesfoys il gouste premier la mort. Et souuent
l iiii

gw5065_127_providence_l4r
50
Peior ad⸗
huc superest.
etc.

60
Pestiferam
hanc turbam
etc.

79
Sola tenet
frugum. etc.

94
Iustior et
melior. etc.

105
O quam dura
nimis. etc.

10
Rebus in ex⸗
ternis est
qui. etc.